Nekemte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une ville éthiopienne
Cet article est une ébauche concernant une ville éthiopienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nekemte
ነቀምት
Administration
Pays Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
Région Oromia
Zone Misraq Welega
Woreda Guto Wayu
Démographie
Population 84 506 hab. (est. 2005)
Géographie
Coordonnées 9° 05′ 00″ nord, 36° 33′ 00″ est
Altitude 2 088 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte administrative d'Éthiopie
City locator 14.svg
Nekemte

Géolocalisation sur la carte : Éthiopie

Voir la carte topographique d'Éthiopie
City locator 14.svg
Nekemte

Nekemte (Ge'ez: ነቀምት) est une ville d'Éthiopie, dans la région de l'Oromia. C'était la capitale de l’ancienne province de Welega. C'est là que se trouve le musée de la culture Wollega Oromo, l'université Wollega, ainsi que la sépulture d'Onesimos Nesib, premier traducteur (avec Aster Ganno) de la Bible en langue Oromo. Nekemte est le siège d'un vicariat apostolique[1]. La ville est desservie par un aéroport réservé aux lignes intérieures.

Nekemte se trouve au cœur du réseau routier du sud-ouest de l’Éthiopie. Les premières grandes routes, dont celle reliant Addis Ababa à Addis-Alem,ont été tracées au début des années 1930. La route d'Addis-Alem n'était carrossable qu'en camion sur les 255 kilomètres séparant Addis-Alem de Nekemte[2]. La route reliant Nekemte à Gimbi, distante de 110 kilomètres, constituait le premier tronçons de l'autoroute n°3 en 1963. Les postes sont en service depuis 1923, le téléphone depuis 1957[1]. L’Ethiopian Electric Light and Power Authority a raccordé la ville au réseau électrique en 1960.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b D'après « Local History in Ethiopia » [PDF], sur The Nordic Africa Institute web (consulté le 27 janvier 2008).
  2. D'après Richard Pankhurst, Economic History of Ethiopia, Addis Ababa, Université Haïlé Selassié, , p. 293. Dans cet ouvrage, Pankhurst observe que cette route possède cinq péages (p. 522).