Musée du Paysan roumain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée du Paysan roumain
RO B Romanian peasant museum 1.JPG
Informations générales
Ouverture
Site web
Bâtiment
Protection
Localisation
Adresse
Soseaua Kisselef, 3Voir et modifier les données sur Wikidata
Bucarest
Flag of Romania.svg Roumanie
Coordonnées

Le musée du Paysan roumain (Muzeul Țăranului Român) a été fondé en 1990 à Bucarest. Il occupe le n° 3 de la chaussée Kiseleff, baptisée ainsi en l'honneur du comte Paul Kisseleff. Les amateurs d'art considèrent que c'est un des plus beaux musées du monde[réf. nécessaire]. Il a reçu, en 1996, le prix du musée européen de l'année.

Son élaboration collective pendant les années 1990 a généré une recherche muséographique hors normes menée par le peintre et photographe Horia Bernea[1]. Le musée propose une présentation originale de l'art paysan, en rupture avec son usage idéologique par la propagande communiste et en esquivant la muséographie la plus répandue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

En France, l'artiste Florian Fouché a présenté un ensemble documentaire sur le musée du Paysan roumain lors d'une exposition au Centre d'art Passerelle, à Brest, en 2014: le musée antidote. Fouché a décrit les propositions expérimentales du musée dont l'activité est une forme artistique en soi. Par ses procédés, le musée invente un nouvel espace d'interprétation des productions vernaculaires dans leur rapport avec l'histoire de l'art moderne et contemporain, notamment via la mise en perspective du travail de Constantin Brancusi. Fouché met particulièrement en avant le rôle de l'ethnologue et linguiste Irina Nicolau, au sein de l'équipe du musée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Guide vert de la Roumanie, Michelin, édition 2015, (ISBN 978-2-06-720707-3), page 168

Liens externes[modifier | modifier le code]