Marcel Broodthaers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Broodthaers
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 52 ans)
Cologne
Sépulture
Nationalité
Belge
Activités
Autres informations
Domaine
Mouvement
Représenté par
Konrad Fischer Galerie (d), Marian Goodman Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Cimetière d'Ixelles 06.JPG
Tombe de Marcel Broodthaers

Marcel Broodthaers est un artiste plasticien belge né le à Bruxelles et mort le à Cologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant, Marcel Broodthaers abandonne ses études de chimie pour se consacrer entièrement à la poésie.

Grand admirateur de Mallarmé et de Magritte, il s'intéresse aux rapports entre l'artiste et la société.

En 1957, il publie le premier recueil de poèmes de ses quatre volumes Mon livre d'Ogre[1].

En 1964, il noie son dernier recueil de poèmes, Pense-Bête dans du plâtre et l'expose comme sculpture à la galerie Saint-Laurent à Bruxelles[2].

De 1964 à 1970, ses œuvres se composent d'objets, d'assemblages, d'accumulations (coquilles d'œufs, briques, moules, etc.) où se mêlent humour et absurde.

En 1968, il se nomme lui-même « conservateur du Musée d'Art moderne département des aigles » qu'il a créé. Il propose des environnements, des sortes de ready-made en référence à des écrivains et des poètes. Il développe la relation contradictoire entre le langage et l'image.

Plus tard, il élargit son champ d'action avec des gravures, des films, des montages de diapositives et transforme ses expositions en véritables œuvres d'art ayant pour thème la critique du voir et du montrer, du sens et du contexte, de la mise en scène de l'exposition, du décor et du musée.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1965 : "Triomphe des moules I" : casserole noire, moules.
  • 1966 :
    • La Tour visuelle : pots en verre avec illustration de revues, bois. Dans cette œuvre, Marcel Broodthaers représente les individus et la société.
    • Bureau de moules : bureau, moules.
    • L'erreur : coquilles d'œufs sur toile et le mot Moules peint.
    • Étal de moules : assemblage de coquilles de moules reposant sur un étal, 110 × 110 × 80 cm, musée d'art de Toulon.
    • Petit chariot avec œufs, collection Dr Reiner Speck, à Cologne.
  • 1967 :
    • Maître Corbeau : encre sur feuilles
    • Les Pattes : couleur de pression, huile sur toile
  • 1969 : Un coup de dés, peinture et manuscrit sur toile, collection Dr Reiner Speck, à Cologne.
  • 1974 :
    • Les Animaux de la ferme : lithographie sur papier, 819 × 603 mm. Broodthaers joue sur les mots comme l'a fait René Magritte. Sous chaque représentation de vache se trouve le nom d'un constructeur automobile.
    • Montage de diapositives : ABC ABC, Image d'Épinal, etc.

En 1968, il s’inspire de la fable Le Corbeau et le Renard de Jean de La Fontaine en une œuvre en couleur de pression et encre sur papier. En 1969, il publie Un coup de dés jamais n'abolira le hasard d'après le poème homonyme de Mallarmé en caviardant les mots du poète, élevant ainsi la structure typographique de l’œuvre poétique au rang de chef d’œuvre en soi.

Mort le jour de son anniversaire, il est enterré au cimetière d'Ixelles.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La place Marcel Broodthaers est située dans la commune de Saint-Gilles dans la Region de Bruxelles-Capitale[3].

Expositions[modifier | modifier le code]

2021 : « Marcel Broodthaers. Poèmes industriels, lettres ouvertes. », Wiels, Bruxelles[4].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Les premiers centres d'intérêt connu pour la création sont l'image et le texte.
  • Dans l'hebdomadaire bruxellois Germinal du , Marcel Broodthaers présente un article titré Le ballon, ce n'est pas fait pour se tuer.
  • Cet article est présenté en première page de l'édition Steidl Verlag, Marcel Broodthaers, texte et photos. En feuilletant ce livre on comprend que l'objet regardé, cadré par l'artiste, est à sa juste place pour le rendre praticable.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Broodthaers, 10,000 Francs Reward : Printed Matter, Inc. & Département des Aigles Brussels, New York, 2016[5]
  • Jean-Philippe Antoine, Marcel Broodthaers : moule, muse, méduse, Dijon, les Presses du réel, 2006
  • Marcel Broodthaers, Marcel Broodthaers par lui-même, Gent, Ludion-Flammarion, 1998
  • Marie-Puck Broodthaers, Marcel Broodthaers : livre d'images, Paris, Flammarion, 2013
  • König, Susanne: Marcel Broodthaers. Musée d'Art moderne, Département des Aigles, Berlin 2012
  • Gloria Moure (ed.), Marcel Broodthaers: collected Writings, Barcelone, Ediciones Poligrafa, 2012
  • Christophe Cherix, Marcel Broodthaers : MoMa, New York, 2016[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions Larousse, « Encyclopédie Larousse en ligne - Marcel Broodthaers », sur www.larousse.fr (consulté le )
  2. « Marcel Broothaers », sur www.muhka.be (consulté le )
  3. Région de Bruxelles-Capitale, inventaire du patrimoine architectural, « Place Marcel Broodthaers », sur Irismonument.be (consulté en )
  4. « WIELS | Marcel Broodthaers », sur Wiels (consulté le )
  5. (en) « 10,000 Francs Reward, Marcel Broodthaers, Printed Matter, Inc., Département des Aigles Brussels », sur www.mottodistribution.com (consulté le )
  6. (en) search results, Benjamin Buchloh, Cathleen Chaffee et Jean-François Chévrier, Marcel Broodthaers : a retrospective, New York (New York), The Museum of Modern Art, New York, , 351 p. (ISBN 978-0-87070-962-3, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

On peut entendre Marcel Broodthaers :