Paul Kisseleff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kisseleff.
Comte Paul Kisseleff (portrait de Franz Krüger en 1851).

Comte Paul Kisseleff (en russe : Па́вел Дми́триевич Киселёв, Pavel Dmitrievitch Kisseliov), né à Moscou le 19 janvier 1788 et mort à Paris le 26 novembre 1872, général puis ministre et enfin diplomate de l’Empire russe qui a exercé la fonction de gouverneur des principautés roumaines de 1829 à 1834.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Paul Kisseleff est un chevalier de la Garde impériale, auquel le déclenchement des guerres napoléoniennes permet de réaliser une brillante carrière. Il devient rapidement général et aide de camp du comte Mikhaïl Andreïevitch Miloradovitch et il participe à la bataille de Borodino et à la marche victorieuse de l’armée russe jusqu’à Paris. Le 30 mars 1814 il livre un combat sous les murs de la ville qui le fait remarquer par le tsar Alexandre Ier de Russie qui se l’attache comme aide de camp.

Cinq ans plus tard Paul Kisseleff est nommé chef d’état major de la cinquième armée cantonnée à Toultchine en Podolie. De nature libérale il tente de mettre en œuvre des réformes dans l'armée notamment l'abandon des châtiments corporels ce qui lui attire l’animosité du Ministre de la Guerre.

Gouverneur des principautés roumaines[modifier | modifier le code]

Au cours de la Guerre russo-turque de 1828-1829 Paul Kisseleff est le commandant des troupes russes en Moldavie et la Valachie, deux États chrétiens vassaux de l'Empire ottoman. Il est nommé président des Divans des deux principautés, c'est-à-dire en fait régent, le 19 octobre 1829 : poste qu’il occupera jusqu’à l'adoubement par le Sultan Mahmoud II des princes roumains Alexandre II Ghica et Mihail Sturdza en 1834.

L’administration de Paul Kisseleff est considérée comme bénéfique pour les Roumains[1]. Lié aux sociétés philanthropiques locales, il fait promulguer un « Règlement Organique » (en russe Oрганический регламент, en roumain Regulamentul organic), qui reprend et développe les termes de la Constitution (en roumain « Marele Hrisov ») promulguée en 1741 par un hospodar philanthrope, Constantin Mavrocordato, qui avait aussi aboli le servage en 1746-49 en Valachie et en Moldavie, où il régna successivement. « Marele Hrisov » a été publié in extenso dans le journal « Mercure de France » de juillet 1742[2]. Rédigé en avril 1830, le « Règlement Organique » est validé par la cour de l'Empire russe à Saint-Pétersbourg et promulgué en Valachie en juillet 1831 et en Moldavie le 1er janvier 1832 : il restera en vigueur jusqu’à l’union des deux principautés en 1859, qui scella la naissance de la Roumanie.

Afin de faire face aux conséquences d’un tremblement de terre, d'un incendie et d’une épidémie de peste, Kisseleff a créé deux « Éphories » ou institutions d’utilité publique, une pour les hôpitaux et une autre pour les caisses de bienfaisance. Soucieux d’assurer la sécurité, il crée un corps de police armée payé par l’État de 1 700 hommes en Moldavie et de 4 470 hommes en Valachie, auxquels s’ajoutent des gardes-frontières (« pandoures »).

Il est également à l’origine d’aménagements urbains à Bucarest où en 1832 il fait percer une grande artère sortant de la ville vers le nord, qui est aménagée avec des arbres de jardin et de grandes villas (aujourd'hui des ambassades) et qui fut nommée en 1843 « Chaussée Kisseleff », nom qu'elle porte toujours. Paul Kisseleff quitte Bucarest le 1er avril 1834, mais les Roumains reconnaissants lui accordent en 1841 la citoyenneté d'honneur de la Valachie[3]

Ministre libéral[modifier | modifier le code]

De retour dans son pays en 1835, Paul Kisseleff entre au Conseil d’État de l’Empire russe, participe aux commissions secrètes recherchant les meilleures conditions de l’émancipation des serfs. Le résultat de ces travaux présenté au tsar lui attire l’hostilité des propriétaires terriens conservateurs. En 1837, Kisseleff est nommé Ministre d’État chargé des propriétés publiques, poste qu’il occupe pendant 18 ans avec beaucoup d’efficacité. Il réforme l’administration des serfs d’état et institue un système d’école pour les enfants de ces paysans. Il se heurte toutefois aux forces réactionnaires encouragées par les options politiques conservatrices du tsar Nicolas Ier de Russie.

Après la mort de ce dernier, son fils et successeur Alexandre II de Russie dépêche en 1855 Paul Kisseleff à Paris comme « Ministre plénipotentiaire » afin de tenter de désamorcer les tensions qui allaient aboutir à la Guerre de Crimée. Malgré l’échec de cette mission, Kisseleff demeure dans la diplomatie et poursuit une carrière à l’étranger jusqu’en 1862. Il ne reviendra jamais en Russie jusqu’à sa mort à Paris en 1872.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Paul Kisseleff avait épousé Sofia Potocki, fille du comte polonais Stanislaw Szczęsny Potocki. Après la mort de leur fils unique en bas âge, le couple se brisa, mais le général Kisseleff n’obtient pas du tsar l’autorisation de divorcer. Il vécut alors maritalement avec une boyarde roumaine rencontrée à Bucarest, Zoé Vacarescu, elle-même mariée avec le prince russe Alexis Kirillovitch Bagration. Zoé et Paul eurent six enfants illégitimes dont : Vladimir, Constantin, Alexandrina et Elena Vacarescu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R.W Setton-Watson Histoires des Roumains PUF Paris 1937 p. 177 Paul Kisseleff était un homme de caractère élevé aux vues larges singulièrement compétent et plus semblable à un philosophe français de l’école de Voltaire et Diderot qu’à un général russe à qui le moins éclairé de tous les tsars avait confié le gouvernement d’un province conquise arriérée
  2. Andrei Oțetea, Istoria lumii în Date, Ed. Enciclopedică, Bucarest, 1969
  3. Kisseleff esprit large, caractère droit fait preuve d’une activité et d’une force de travail véritablement hors ligne selon Alexandru Dimitrie Xenopol.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Piccolos Paul Kisseleff et les Principautés de Valachie et de Moldavie Editieur Firmin Didot Paris , 1841.
  • Alexandru Dimitrie Xenopol Histoire des Roumains de la Dacie trajane : Depuis les origines jusqu'à l'union des principautés Tome II de 1633 à 1859. Éditeur Ernest Leroux Paris (1896).
  • Jean Michel Cantacuzène, Mille ans dans les Balkans, Éditions Christian (1992) (ISBN 2-86496-054-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]