Musée Rimbaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée Rimbaud
MUSEE RIMBAUD LE MOULIN CHARLEVILLE MEZIERES.jpg

Musée Rimbaud à Charleville-Mézières

Informations générales
Ouverture
Collections
Collections
manuscrits, peintures, photographies, dessins
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
quai Arthur-Rimbaud
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Ardennes
voir sur la carte des Ardennes
Red pog.svg

Le musée Rimbaud est consacré au poète Arthur Rimbaud, dans sa ville natale de Charleville-Mézières. Il est lui-même installé dans un bâtiment historique de Charleville, un ancien moulin situé sur les bords de la Meuse.

Histoire du musée[modifier | modifier le code]

L'histoire du musée porte d'une part sur le bâtiment, cet ancien moulin et sur le musée installé désormais à l'intérieur.

L'histoire du moulin est liée à la création de toutes pièces de la ville de Charleville en 1606. Dès 1626, Charles de Gonzague décide de construire sur la Meuse un moulin banal digne de la nouvelle cité[1].

L'édifice est construit par Claude Briau, mais il s'inscrit dans le plan d'urbanisme initialisé par l'architecte Clément Métezeau. Par un effet de symétrie voulu, il s'apparente en effet à une quatrième porte monumentale. Sa façade se distingue par quatre colonnes ioniques annelées sur toute la hauteur du bâtiment, un entablement puissant et un fronton triangulaire. Le moulin commence à moudre le grain et à produire de la farine dès 1627. Pendant plus d'un siècle, il apporte des revenus à la cité. Dans la nuit du au , alors que le meunier et sa famille dorment et que le moulin ne tourne pas, un incendie se déclare. La famille du meunier, une célèbre famille de meuniers ardennais, les Payer, échappe de peu au désastre. L'intérieur est détruit entièrement. Une enquête est menée mais l'origine de l'incendie ne sera pas déterminée, provoquant une bataille juridique sur les responsabilités[2] qui fera immédiatement jurisprudence[3]. Pendant plus de deux ans, le grand moulin de Charleville ne fonctionne plus. Les ouvriers s'activent pour le remettre en état et lui redonner sa magnificence. Le meunier, réduit au chômage le temps des travaux, quitte la ville pour s'installer à Vouziers.

L'activité reprend ensuite. Le moulin est vendu comme bien national à la Révolution et il est utilisé comme tel jusqu'en 1887[1]. À l'époque du jeune Rimbaud, deux autres activités se tiennent à proximité du moulin, les tanneurs et le lavoir municipal. Mis en vente en 1893, le moulin est acquis par la municipalité. Celle-ci le restaure. Il est de nouveau restauré en 2015 avec une muséographie rénovée.

Il est classé monument historique en 1981[4].

La collection consacrée à Arthur Rimbaud a commencé à être rassemblée à partir de 1948. Elle est présentée un temps dans la sacristie du Sacré-Cœur[5]... Mais le musée n'a été créé réellement qu'en 1969[6] dans sa ville natale.

Le , le musée Rimbaud est officiellement inauguré, après deux ans de chantier [7].

Images de 2015[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Manuscrit du poème Voyelles

Au rez-de-chaussée est exposée une collection permanente.

Celle-ci comprend des lettres, des télégrammes, et des photographies témoignant de la vie de Rimbaud ainsi que quelques objets originaux sur son périple à Chypre et en Afrique, valise, pièces d'étoffe, montre, livres techniques. Une malle itinérante a également été reconstituée. Une esquisse du fameux tableau de Fantin Latour, le Coin de table, est proposée également au visiteur. Bien sûr, l’œuvre littéraire est évoquée à travers des éditions originales, des manuscrits originaux, en particulier le manuscrit du poème Voyelles, et des fac-similés de manuscrits. Enfin, un hommage est rendu aux artistes du XXe siècle, dont l’œuvre fait référence à Arthur Rimbaud, et en particulier Pablo Picasso, Fernand Léger, Jean Cocteau, Max Ernst. Mais aussi un des pochoirs d’Ernest Pignon-Ernest.

Un escalier conduit aux étages consacrés à des photographies d’Éthiopie et des expositions temporaires sur le poète.

Le musée possède également une sélection d'ouvrages sur Rimbaud, que l'on peut acquérir au rez-de-chaussée.

Situé sur le même quai que le musée Rimbaud, de l'autre côté de la rue, au numéro 7, se trouve un des anciens domiciles où vécut Rimbaud à Charleville. Aujourd'hui, l'immeuble contenant cet ancien appartement est devenu un autre lieu dédié au poète, la Maison des Ailleurs.

Un peu plus loin, le long du quai (dénommé quai Arthur-Rimbaud), se trouve la bibliothèque municipale, place de l'Agriculture. Ce bâtiment est une ancienne école fréquentée par Arthur Rimbaud[5]. À proximité, une nouvelle école, le collège Arthur-Rimbaud, comprend à sa porte une grande statue de Rimbaud. Face au moulin, une rue mène à la place Ducale, le centre de la ville. On peut se rendre aussi au lieu de naissance de Rimbaud, rue Pierre-Bérégovoy (anciennement rue Napoléon), ou au vieux cimetière, sur la tombe de Rimbaud, facilement accessible, ou encore place de la Gare, dont il fréquentait les cafés[5].

Une route touristique Rimbaud-Verlaine, à suivre en voiture, commence au moulin.

Sa place de moulin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [1] Description et histoire du moulin à farines de Charleville
  2. Joseph Nicolas Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, 1779, p.508
  3. Claude Nicolas Lalaure, Pierre Bardet, Claude Berroyer, Recueil d’arrêts du Parlement de Paris, 1773, p.227
  4. Liste des monuments historiques des Ardennes
  5. a, b et c Claude Carton, RIMBAUD retour sur images, éditions Anciaux, 2004
  6. Relire par exemple les articles d'Henri Manceau, dans les années 1950, dans la Revue de l'automobiliste ardennais
  7. [2]

Sources[modifier | modifier le code]

Yanny Hureaux, Un Ardennais nommé Rimbaud, édition La Nuée bleue/L'Ardennais, 2003

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :