Musée Jacquemart-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 4 avril 2012 à 16:02 et modifiée en dernier par 81.252.44.2 (discuter). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée Jacquemart-André

Le musée Jacquemart-André est situé 158 boulevard Haussmann, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Histoire

Le jardin d'Hiver
La chambre de Monsieur
Le Grand Salon

Comme le musée Nissim-de-Camondo, c'est à l'origine une demeure particulière de grands bourgeois protestants devenue un musée en préservant l'aménagement initial des lieux. L'hôtel particulier fut commandé en 1868 à l'architecte Henri Parent par Édouard André, héritier de l'une des plus grandes fortunes du Second Empire, originaire du Sud-Est de la France (Nîmes).

Celui-ci avait acquis un terrain de 5 700 m2 pour la somme considérable de 1 520 000 francs. Les travaux se déroulèrent de 1869 à 1875.

Sur le boulevard, une haute terrasse est édifiée sur un soubassement à refends seulement percé de deux portes cochères : celle de droite sert de porche couvert et conduit dans la cour d'honneur.

La façade sur le boulevard Haussmann, encadrée par deux pavillons, est rythmée de pilastres et comporte un avant-corps central arrondi, selon une disposition inspirée du Petit Trianon.

La cour est fermée par un mur en hémicycle rythmé de refends et d'arcatures aveugles, qui comporte en son centre une arche qui était percée pour permettre l'accès à un manège, une sellerie, des écuries pour 14 chevaux et une remise pour 13 voitures. Des accès secondaires existaient par la rue de Courcelles et l'impasse Émery (englobée plus tard par le square de Messine, actuellement rue du Dr Étienne Lancereaux).

Sur la cour d'honneur, la façade principale comporte un avant-corps percé de baies en plein cintre et orné de quatre colonnes ioniques. On y accède par un escalier flanqué de deux lions assis et de deux imposants lampadaires. Sur les côtés, la façade se développe sur deux niveaux percés d'ouvertures rectangulaires et surmontés d'une corniche et une balustrade sommée de vases en pierre.

Au milieu et au-dessus de l'avant-corps, il y a une très grande fenêtre d'atelier de peintre surmontée d'un fronton triangulaire.


En 1872, Édouard André avait racheté la Gazette des Beaux-Arts et pris la direction de l'Union centrale des arts décoratifs.

Il conçut alors le projet de constituer une collection de tableaux, de sculptures, de tapisseries et d'objets d'art du XVIIIe siècle.

En 1881, Édouard épousa Nélie Jacquemart, une jeune artiste peintre. Celle-ci s'associa aux projets de son mari. Ensemble, ils constituèrent méthodiquement leur collection, Nélie s'intéressant également à la Renaissance, en particulier italienne, ainsi qu'aux primitifs du XVe siècle. Parallèlement, ils aménagèrent leur demeure pour mettre en valeur le mieux possible leurs acquisitions.

En 1894, Édouard mourut, laissant à Nélie l'achèvement du futur musée. Celle-ci prévoit en effet de léguer l'hôtel à l'Institut de France, à condition qu'il fût ouvert au public et transformé en musée.

Depuis 1913, date effective du legs, la disposition des lieux n'a pas été modifiée.

En 1995 la gestion du musée fut confiée à la société Culturespaces (filiale du groupe GDF Suez), qui organise l'accueil des visiteurs et l'entretien du musée, ainsi que l'organisation des expositions temporaires.

Collections

Le salon des peintures

Les collections du musée se composent notamment de peintures françaises, italiennes, hollandaises et flamandes, de sculptures ainsi que de mobilier et d'objets d'art.

Liste sélective :

Portrait de Mathilde de Canisy, marquise d'Antin par Jean-Marc Nattier (exposé au Salon de 1738)

Expositions récentes

  • David, 2005-2006
  • L'or des Thraces, trésors de Bulgarie, 2006-2007
  • Masques de Chine, rites magiques du Nuo, mars à août 2007
  • Fragonard, les plaisirs d'un siècle octobre 2007 à janvier 2008
  • Art d'Afrique et d'Océanie mars 2008 à août 2008
  • Van Dyck, portraitiste européen octobre 2008 - janvier 2009
  • Les chefs-d'œuvre de la collection Brukenthal, octobre 2009 - janvier 2010
  • Les frères Caillebotte, mars 2011 - juillet 2011
  • Fra Angelico et les Maîtres de la lumière, septembre 2011 - janvier 2012
  • Le Crépuscule des Pharaons, Chefs-d'œuvres des dernières dynasties égyptiennes, mars 2012 - juillet 2012
  • Canaletto - Guardi, Les grands maîtres vénitiens, septembre 2012 - janvier 2013

Anecdote

  • La fin du filmLa Traversée de Paris, se déroule dans le musée Jacquemart-André.
  • Le banquet final du film de Kevin Reynolds, La Vengeance de Monte-Cristo, se déroule dans une maquette du salon de musique et de l'escalier d'honneur du jardin d'hiver avec sa fresque de Tiepolo.

Bibliographie

  • Institut de France, Musée Jacquemart André, catalogue itinéraire (Paris, J.E. Bulloz, 5e édit. 1926) ;
  • Nicolas Sainte-Fare-Garnot, conservateur, Le musée Jacquemart-André (hors-série de Beaux-Arts Magazine, 1995) ;
  • Hors-série du Figaro, à l'occasion de l'exposition Fra Angelico (ISSN 1951 565[à vérifier : ISSN invalide])

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes