Monastère Simonov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monastère Simonov
Simonov 1882.jpg
Le monastère en 1882.
Présentation
Culte
Type
Diocèse
Moscow Eparchy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Construction
XIVe siècleVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Le Monastère Simonov est situé à Moscou, en Russie.

Historique[modifier | modifier le code]

Il a été fondé en 1370 par le moine Saint-Féodore III, neveu et disciple de Serge de Radonège.

Les terres du monastère appartiennent à Simeon Khovrin, un boyard devenu moine et originaire de la Principauté de Théodoros et ancêtre fondateur de la famille Golovin. Certains de ses descendant y ont été enterrés.

En 1376 le monastère est déplacé 800 mètre plus à l'est. L'emplacement original, ou sont enterrés les guerriers tués lors de la Bataille de Koulikovo, est toujours commémoré par l'ancienne église Simonov.

Au 15e siècle, ce monastère était le plus riche de Moscou. Parmi les moines qui y résident, on trouve Vassian Patrikeiev et Maxime le Grec. Une cathédrale de pierre blanche est érigée en 1405, elle est agrandie sur décision d'Ivan le Terrible. Au vu de sa position défensive au sud de Moscou, il fut fortifié dans les années 1640. Le dernier ajout architectural fut un beffroi inspiré du Clocher d'Ivan le Grand.

Le monastère fut fermé par les Bolchéviques en 1923 et la majorité des bâtiment furent détruits peu après pour laisser la place à une usine automobile. Ce qui reste du monastère date du 17e siècle et comprend trois tours, et des bâtiments annexes de style baroque Narychkine.

En 1990 la propriété du monastère est passée du ministère de la culture d'URSS à l'Église orthodoxe russe, qui a entamé un travail de restauration et de reconstruction.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]