Michel Zévaco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zévaco (homonymie).
Michel Zévaco
Michel Zévaco.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
EaubonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Autres informations
A travaillé pour
Arme
Grade militaire
Sous-lieutenant (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genres artistiques
Œuvres réputées

Michel Zévaco, né le à Ajaccio et mort le à Eaubonne, est un journaliste anarchiste et écrivain français, auteur de romans populaires, notamment de la série de cape et d'épée Les Pardaillan.

Biographie de Michel Zévaco[modifier | modifier le code]

1860-1886 : jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né en Corse, Michel Zévaco passe son adolescence en internat et obtient son baccalauréat en 1878. Après une courte expérience de professeur à 20 ans, il entre dans l'armée où il reste quatre ans comme sous-lieutenant de dragons. Libéré de toute obligation militaire en juillet 1886, il s’installe à Paris.

1886-1900 : le journaliste engagé[modifier | modifier le code]

Attiré par les lettres et la politique, Michel Zévaco devient journaliste, puis secrétaire de rédaction à L’Égalité que dirige alors le socialiste révolutionnaire Jules Roques. Il se présente sans succès aux élections législatives de 1889 pour la Ligue socialiste de Roques. À cette époque, il rencontre Louise Michel, Aristide Bruant, Séverine, Sébastien Faure, Émile Pouget, Charles Malato, Emmanuel Chauvière, etc.

En raison de la virulence de ses propos, en pleine période d’attentats anarchistes, Michel Zévaco est condamné à plusieurs séjours à la prison Sainte-Pélagie. Par exemple, en 1890, il est arrêté en avril pour « provocation au meurtre » en raison d'un éditorial visant le ministre de l'Intérieur Ernest Constans, et condamné à quatre mois de prison[1]. Libéré fin août, il est à nouveau arrêté, toujours pour « provocation au meurtre », à la suite d'un éditorial de L’Égalité où il incitait les soldats à faire justice eux-mêmes auprès de leurs officiers[2]. Il est également condamné le par la cour d'assise de la Seine pour avoir déclaré dans une réunion publique à Paris : « Les bourgeois nous tuent par la faim ; volons, tuons, dynamitons, tous les moyens sont bons pour nous débarrasser de cette pourriture[3] ».

Durant ses séjours en prison, il se liera d'amitié au marquis de Morès, dont il partagera rapidement les opinions antisémites. Pourtant, en 1898, lors de l'affaire Dreyfus, alors que Bernard Lazare remet en cause la culpabilité du condamné, Zévaco s'engage dans la cause dreyfusarde, dénonçant dans l'une de ses dernières publications politiques « le complot des jésuites » contre Dreyfus et les juifs[4].

1900-1914 : le feuilletoniste[modifier | modifier le code]

En 1900, Michel Zévaco abandonne le journalisme politique pour se consacrer à l'écriture de romans-feuilletons. Il débute dans cette nouvelle carrière avec le roman feuilleton Borgia !, publié dans le journal de Jean Jaurès La Petite République socialiste. Après le succès de ce premier feuilleton, Michel Zévaco crée pour le même journal le personnage de Pardaillan.

En 1905, Michel Zévaco passe au journal Le Matin, dont il devient le feuilletoniste attitré avec Gaston Leroux. Entre 1905 et 1918, Le Matin publie neuf feuilletons dont Le Capitan et la série des Pardaillan, lus avec passion par Jean-Paul Sartre enfant[5]. Ces feuilletons sont édités en parallèle par Fayard dans sa collection Le livre populaire. Il n'a peut-être pas complètement oublié le journalisme. Son nom figure dans les encadrés listant les collaborateurs littéraires des anciennes unes de L'Humanité.

Durant la Première Guerre mondiale, Michel Zévaco quitte Pierrefonds où il vivait depuis la fin du siècle pour s’installer à l’abri à Eaubonne, dans le Val-d'Oise, où il meurt, sans doute d’un cancer. C’est l’oncle du peintre Xavier Zevaco.

Œuvres — Premières publications en volumes[modifier | modifier le code]

Cycle Les Pardaillan

  • Livre I : Les Pardaillan (1907 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 23)
  • Livre II : L’Épopée d’Amour (1907 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 24) — Suite du précédent
  • Livre III : La Fausta (1908 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 36)
  • Livre IV : Fausta vaincue (1908 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 37) — Suite du précédent
  • Livre V : Pardaillan et Fausta (1913 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 102)
  • Livre VI : Les Amours du Chico (1913 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 103) — Suite du précédent
  • Livre VII et VIII : Le Fils de Pardaillan (1916 — Tallandier, Le Livre national, Les romans héroïques, no 90 — et no 90 bis pour l'édition 1925) — Le livre VIII a été publié, à partir de 1942, sous le titre Le Trésor de Fausta
  • Livre IX : La Fin de Pardaillan (1926 — Tallandier, Le Livre national, no 551) — Posthume
  • Livre X : La Fin de Fausta (1926 — Tallandier, Le Livre national, no 552) — Posthume, suite et fin du précédent

Autres œuvres

  • Borgia ! (1906 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 16)
  • Le Capitan (1907 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 31)
  • Nostradamus (1909 — Fayard, Le Livre populaire, no 45)
Le Pont des soupirs, film de 1921, d’après l'œuvre de Michel Zévaco.
  • Le Pont des soupirs — tome I et Les Amants de Venise — tome II (1909 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 49 et 50) - voir aussi adaptation : Les Amants de Venise
  • L'Héroïne (1910 — Fayard, Le Livre populaire, no 57)
  • Triboulet — tome I et La Cour des Miracles — tome II (1910 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 61 et 62)
  • L'Hôtel Saint—Pol — tome I et Jean Sans Peur — tome II (1911 — Fayard, Le Livre populaire, no 72 et 73)
  • La Marquise de Pompadour — tome I et Le Rival du Roi — tome II (1912 — Arthème Fayard, Le Livre populaire, no 83 et 84)
  • Buridan, Le Héros de la Tour de Nesle — tome I et La Reine sanglante, Marguerite de Bourgogne — tome II ( 1913—1914 (déc, janv) — Tallandier, Le Livre national, Les romans héroïques, no 82 et 83)
  • Don Juan — tome I et Le Roi amoureux — tome II (1916 — Tallandier, Le Livre national, no 102 et 103)
  • La Reine Isabeau — tome I et Le Pont de Montereau — tome II (1918 — Tallandier, Le Livre national, no 148 et 149)
  • Le Pré aux Clercs — tome I et Fiorinda la Belle — tome II (1920 — Tallandier, Le Livre national, no 186 et 187) — Posthume
  • La Reine d'Argot — tome I et Primerose — tome II (1922 — Tallandier, Le Livre national, no 325 et 326) — Posthume
  • La Grande Aventure — tome I et La Dame en blanc, La Dame en noir — tome II (1926 — Tallandier, Le Livre national, no 349 et 350) — Posthume
  • Fleurs de Paris (1921 — Tallandier, Librairie Populaire et moderne, Roman d’amour et de passion inédit — 30 fascicules) — Posthume
  • Déchéance (1935 — Tallandier, Le Livre national, no 972) — Posthume
  • Le Chevalier de La Barre, Phébus, Libretto 270.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, , 491 p. (lire en ligne), p. 148.
  2. Marc Angenot, L'antimilitarisme: idéologie et utopie, Presses Université Laval, , 141 p. (lire en ligne), p. 49.
  3. Alexandre Bérard, Les Mystiques de l'anarchie : documents d'études sociales sur l'anarchie, Lyon, A.-H. Storck, 1897.
  4. Thierry Maricourt, Histoire de la littérature libertaire en France, Albin Michel, , 491 p. (lire en ligne), p. 151.
  5. Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964.

Notices[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :