Rue Cadet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

9e arrt
Rue Cadet
Voir la plaque.
Voir la photo.
La rue Cadet vue depuis la rue du Faubourg-Montmartre.
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Faubourg-Montmartre
Début 34, rue du Faubourg-Montmartre
Fin 37, rue de Montholon
Morphologie
Longueur 300 m
Largeur 10 m
Historique
Dénomination XVIIIe siècle
Ancien nom Chemin de la Voirie
Rue de la Voirie
Géocodification
Ville de Paris 1405
DGI 1407
Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
rue Cadet
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
rue Cadet
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Cadet est une voie du 9e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Cadet est une voie publique située dans le 9e arrondissement de Paris. Elle débute au 34, rue du Faubourg-Montmartre et se termine au 37, rue de Montholon.

La première partie de la rue, allant des rues du Faubourg-Montmartre à La Fayette, est une voie commerçante animée, dite marché Cadet. La seconde partie, plus courte, va de la rue La Fayette à la rue de Montholon.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Les Cadet étaient maîtres jardiniers depuis Charles IX et possédaient le « clos Cadet ».

Historique[modifier | modifier le code]

Cette voie a pour origine un chemin du XVIIe siècle appelé « chemin de la Voirie », puis « rue de la Voirie » autour duquel s'étaient développées des cultures maraîchères favorisées par des dépôts d'immondices[1].

Il prit le nom de « Cadet », Jacques et Jean Cadet, une famille propriétaire, d'un enclos traversé par cette voie, lorsque qu'au milieu du XVIIIe siècle ce chemin fut transformé en rue[2]. Cette famille aurait eu comme descendant le chevalier Cadet de Chambine qui était maire de Montmorency sous la Restauration[3].

La Croix Cadet était située au carrefour d'où partait le chemin de Clignancourt. À l'autre extrémité de la rue Cadet, à la rencontre de la rue du Faubourg-Montmartre, se trouvait le pont des Porcherons, au-dessus du ruisseau du même nom qui continuait le ruisseau de Ménilmontant. La rue de la Voirie était la limite est du territoire des Porcherons.

En application du décret d'utilité publique de 1859, la rue Cadet est coupée en deux pour livrer passage à la rue Lafayette. Un jugement rendu en l'audience publique de la première chambre du Tribunal civil de première instance de la Seine, à la date du , déclare expropriés les immeubles nos 11 (en partie), nos 13, 15, 17, 19, 21, 23, 25, 30, 32 et 34[4],[5]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voirie des Porcherons[modifier | modifier le code]

La « voirie des Porcherons » était située à l'angle de la rue Lamartine et de la « rue de la Voirie ».

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997, etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117), t. 1, p. 256.
  2. Jacques Hillairet, op. cit., p. 257.
  3. Charles Lefeuve, Histoire de Paris, rue par rue, maison par maison, t. III.
  4. Louis Lazare : Publications administratives Tome 3, page 158
  5. [archives.paris.fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YTo4OntzOjQ6ImRhdGUiO3M6MTA6IjIwMjAtMDEtMjYiO3M6MTA6InR5cGVfZm9uZHMiO3M6MTE6ImFya29fc2VyaWVsIjtzOjQ6InJlZjEiO2k6MTU7czo0OiJyZWYyIjtpOjMxMjI7czoyMDoicmVmX2Fya19mYWNldHRlX2NvbmYiO3M6MTY6InBsYW5zcGFjZWxsYWlyZXMiO3M6ODoidHlwZV9pbWciO3M6Nzoiem9vbWlmeSI7czoxNjoidmlzaW9ubmV1c2VfaHRtbCI7YjoxO3M6MjE6InZpc2lvbm5ldXNlX2h0bWxfbW9kZSI7czo0OiJwcm9kIjt9#uielem_rotate=F&uielem_islocked=0&uielem_zoomifyInfos=4031.5985231697487%2C3916.205610482378%2C0.5757415431896238&uielem_zoom=0 Plan parcellaire de la rive droite de Paris (1830-1850), 8e quartier, Faubourg Montmartre, RES/A1513/10]
  6. « Splendeurs et misères de la prostitution », Beaux-Arts, hors-série, 2015, p. 12.
  7. Denis Lefebvre, « Les socialistes face à la crise boulangiste », Office universitaire de recherche socialiste, no hors-série 76-77,‎ , p. 75-77.
  8. Journal des haras, chasses, et courses de chevaux, vol. 2, p. 266 et suivantes.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]