Éditions Phébus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éditions Phébus
Repères historiques
Création 08/10/1975 immatriculation
Disparition 18/09/2009 dissolution
Fondée par Jean-Pierre Sicre[1]
Fiche d’identité
Siège social Paris
Dirigée par Vera Michalski - Hoffmann
Société mère Libella
Effectif 16 en 2007
Données financières
Chiffre d'affaires 2 144 000 € au 30/06/2008

Les Éditions Phébus[2] est une maison d'édition active de 1975 à 2009 et fondée par Jean-Pierre Sicre[3].

C'est, depuis 2009, un département de l'éditeur Libella[4],[5].

Catalogue[modifier | modifier le code]

Les éditions Phébus offrent un catalogue de littérature française et étrangère à la fois contemporaine (Julie Otsuka, Elif Shafak, Hugo Hamilton, Christian Kracht, Jesús Greus, Joseph O'Connor, Elizabeth Crane, Karel Schoeman Françoise Cloarec, Annie Butor, Jeanne Cordelier, Marcel Lévy, Keith Ridgway[6], Angélique Villeneuve, Christian Chevassieux, Christophe Carlier, Gil Jouanard, David Boratav, Nathalie Peyrebonne, Martine Desjardin, Éric Plamondon…) et classique (Wilkie Collins, Jack London, E.T.A. Hoffmann, Robert Margerit), avec, historiquement, une prédilection pour les récits de voyage (Longue Marche de Bernard Ollivier, Vérification de la porte opposée de Sylvain Tesson), et les témoignages (La Fin de ma Russie, Journal d’une jeune fille russe à Berlin).

L'éditeur publiait jusqu'à récemment au format poche les éditions Libretto.

Historique[modifier | modifier le code]

La situation économique des éditions Phébus a longtemps été problématique[3], Lorsqu'elles décrochent, en 1985, le prix des Librairies, les éditions Phébus possèdent un catalogue de près de cent titres et ont acquis une certaine reconnaissance auprès du public[7]. En 2006, deux ans après la reprise de la maison par le groupe Libella, le départ de l'éditeur Jean-Pierre Sicre ébranle Phébus. La littérature étrangère, dirigée par Daniel Arsand jusqu'en octobre 2015 est désormais dirigée par Nils C. Ahl et la littérature française par Louis Chevaillier, ancien responsable de la collection « Folio », qui a pris la suite de Lionel Besnier[8]. Nouvelle génération qui accueille au catalogue des textes fluides, incarnés, généreux suivant une ligne éditoriale inspirée de Blaise Cendrars s'adressant dans Rhum « aux jeunes gens d'aujourd'hui fatigués de la littérature pour leur prouver qu'un roman peut aussi être un acte ».

La société Éditions Phébus est dissoute le 18 septembre 2009.

Auteurs publiés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de personne du catalogue général de la BnF.
  2. « identité + dissolution », sur www.societe.com (consulté le 12 juin 2019)
  3. a et b PIerre Assouline, « La « faute grave » d'un éditeur », La république des lettres, sur Le monde.fr - blog.
  4. « Mentions légales - éditions Phébus », sur www.editionsphebus.fr (consulté le 12 juin 2019)
  5. « identité + bilans », sur www.societe.com (consulté le 12 juin 2019)
  6. Lauréat du prix Femina étranger 2011 pour Mauvaise Pente.
  7. La Vie du livre contemporain: étude sur l'édition littéraire, 1975-2005 par Olivier Bessard-Banquy, sur Googlebooks.
  8. « Lionel Besnier », sur Babelio (consulté le 22 août 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel