Gabriel Chardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gabriel Chardin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Gabriel Chardin est un physicien français.

Il a travaillé au Dapnia (Département d'astrophysique, de physique des particules, de physique nucléaire et de l'instrumentation associée) du Centre CEA de Saclay.

Il a contribué à fonder l'expérience EDELWEISS visant à tester l'hypothèse suivant laquelle les Wimps constitueraient la matière noire, et en a été le porte-parole.

En 2007, il devient directeur du Centre de spectrométrie nucléaire et de spectrométrie de masse (CSNSM) de l'Université Paris XI. La même année, il reçoit la médaille d'argent du CNRS[1],[2]. Gabriel Chardin est nommé président du comité des très grands équipements scientifiques et grandes infrastructures (TGIR), à compter du [3].

Il fait des recherches sur l'hypothèse d'une masse négative pour l'antimatière (ce qui en ferait de la matière exotique, et donnerait une piste d'antigravité). Selon lui, cette hypothèse offrirait une explication à l'expansion de l'univers[4]. Il a étudié les relations entre cette hypothèse, la violation de la symétrie CP[5], et la seconde loi de la thermodynamique (ses travaux indiquant qu'une inversion de la « flèche du temps » par l'antimatière ne violerait pas le second principe)[6].

Avec Aurélien Benoit-Lévy, il propose un modèle de Dirac-Milne alternatif au modèle standard en remplaçant l'énergie noire et la matière noire par l'antimatière pour expliquer l'histoire de l'univers sans zones d'ombre[7]. Il a écrit plusieurs livres de vulgarisation scientifique, aussi bien généraux que reprenant ses propres hypothèses.

Livres[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gabriel Chardin reçoit la médaille d'argent du CNRS
  2. N. Constans, Gabriel Chardin - Démasquer la matière noire, CNRS, 2007.
  3. Comité des très grandes infrastructures de recherche
  4. G. Chardin, Gravitation, C, P and T symmetries and the Second Law, DSM/DAPNIA/SPP, 2002.
  5. G. Chardin and J.-M. Rax, CP violation. A matter of (anti)gravity?, Physics Letters B 282 (1992) 256-262. également disponible sur le site du CEA: [1].
  6. G. Chardin, CP violation and antigravity (revisited), Nuclear Physics A 558 (1993) 477c.
  7. Antimatière : est-elle la clé de l'Univers ?, Science et vie, octobre 2009, n°1105.