Michel Sitbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Sitbon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Michel Sitbon est un écrivain, éditeur et journaliste français, fils de Guy Sitbon, né en 1959 à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Sitbon a été le directeur de la revue Maintenant et a milité au sein du Réseau Voltaire[1], dont il a été trésorier de sa création en 1994 jusqu'en février 2005. À cette date, en désaccord avec les méthodes de Thierry Meyssan, il a quitté cette association aux côtés de Gilles Alfonsi et Jean-Luc Guilhem[2], tous trois estimant que « sous prétexte de résistance à l'impérialisme américain, les accommodements avec les impérialismes chinois et russe et les rapprochements avec les islamistes traduiraient une dérive antisémite latente au sein de l'équipe de direction. »[3]

Il est auteur ou coauteur de nombreux ouvrages, notamment sur la question du génocide rwandais. Michel Sitbon est rédacteur en chef de la revue annuelle La Nuit rwandaise, et dirigeant des éditions Dagorno, éditions du Lézard et l'Esprit Frappeur[4], toutes trois situées au sein de la librairie Lady Long Solo dans le 11e arrondissement de Paris.

Il participe également au projet Cannabis sans frontières qui a présenté une liste aux élections européennes en 2009 et en 2014 en Île de France[5]. Il en est actuellement Président d'honneur[6].

Michel Sitbon a été mis en examen dans de nombreuses affaires. Il est actuellement poursuivi par des généraux français pour un communiqué du ministère de la justice rwandais les mettant en cause, ainsi que l'ensemble des responsables politiques et militaires à commencer par François Mitterrand, communiqué qui avait été publié sur le site de la revue la Nuit rwandaise dont il a la responsabilité.

En 2002, au lendemain de l'élection présidentielle, il fait l'objet d'une plainte de policiers pour injures et violences. Poursuivi pour avoir insulté plusieurs policières et avoir donné un coup à l'une d'entre elles, il est condamné la même année par le tribunal de Paris à 2 mois d'emprisonnement avec sursis et 1.500 euros d'amende[7]. Il aura également fait l'objet de multiples procédures dans le cadre de ses activités éditoriales, aussi bien pour la publication de revues érotiques que pour l'édition de livres sur le cannabis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]