Michel Sitbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michel Sitbon
Michel Sitbon.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Michel Sitbon est un écrivain, éditeur et journaliste français, fils de Guy Sitbon, né en 1959 à Paris. Humaniste, il est à l'origine de nombreux collectifs et associations défendant la liberté d'expression[1], l'égalité des genres, la défense de l'accueil des migrants ou la légalisation du cannabis. Il est aussi l'un des cofondateurs de la Nuit Rwandaise[2], revue d'experts pour la vérité sur le génocide des Tutsi au Rwanda.

Il se fait notamment remarquer en 2017 en accueillant des migrants tous les soirs dans sa librairie rue Keller à Paris, les faits relatés par le média Brut sont visionnés plusieurs millions de fois sur les réseaux sociaux[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1959 en Tunisie, Michel Sitbon est issu d'une famille de journalistes et d'écrivains, Guy Sitbon et Nicole Muchnik qui officient à l'époque comme correspondants dans le Maghreb et participent au Maghreb Circus[5].

Au début des années 1980, son père lui laisse les responsabilités officielles de ses activités de publications érotiques et de messageries roses qui selon Le Matin pèsent « déjà plus de 200 000 exemplaires mensuels et 50 millions de chiffre d'affaires[6] »,[7].

Engagement pour la liberté d'expression et financement du Réseau Voltaire[modifier | modifier le code]

Michel Sitbon a été le directeur de la revue Maintenant et a été trésorier du Réseau Voltaire de sa création en 1994 jusqu'en février 2005. À cette date, en désaccord avec les méthodes de Thierry Meyssan, il a quitté cette association aux côtés de Gilles Alfonsi et Jean-Luc Guilhem[8], tous trois estimant que « sous prétexte de résistance à l'impérialisme américain, les accommodements avec les impérialismes chinois et russe et les rapprochements avec les islamistes traduiraient une dérive antisémite latente au sein de l'équipe de direction. »[9][source insuffisante]

La création de maisons d'éditions et la publication de centaines d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Il est auteur ou coauteur de nombreux ouvrages, notamment sur la question du génocide rwandais. Michel Sitbon est rédacteur en chef de la revue annuelle La Nuit rwandaise, et dirigeant des éditions Dagorno, éditions du Lézard et l'Esprit Frappeur[10], toutes trois situées au sein de la librairie Lady Long Solo dans le 11e arrondissement de Paris.

Promoteur de la légalisation du cannabis[modifier | modifier le code]

Il participe également au projet Cannabis sans frontières qui a présenté une liste aux élections européennes en 2009 et en 2014 en Île de France[11]. Il en est actuellement Président d'honneur[12]. En 2019, il cofonde le mouvement Legalize[13] avec Safia Lebdi et Farid Ghehioueche. Il rédige ainsi la proposition centrale de ce collectif transversal : Une légalisation du cannabis au niveau européen pour favoriser les défavorisés[14]. Le projet est présenté à la presse le et se fonde sur la nécessité de permettre aux quartiers populaires de bénéficier d'une régulation globale du marché du cannabis[15].

Condamnation[modifier | modifier le code]

En 2002, au lendemain de l'élection présidentielle, il fait l'objet d'une plainte de policiers pour injures et violences. Le , Michel Sitbon était entré dans le commissariat du XXe arrondissement de Paris pour demander pourquoi plusieurs habitants du quartier étaient alors placés en garde à vue. Leur interpellation, qualifiée de « violente » par leurs proches et des riverains, donnait lieu au même moment à une manifestation à l'extérieur du commissariat[16]. L'épisode entraîne le soutien de la Ligue des Droits de l'Homme et du Syndicat de la Magistrature qui « s’étonnent du laps de temps de plus de 48 heures qui s’est écoulé entre les faits reprochés et le placement en garde à vue de Michel Sitbon, tout à fait inhabituel dans ce type de procédures »[17]. Il est finalement condamné à 2 mois d’emprisonnement avec sursis et 1500 euros d'amende pour avoir insulté plusieurs policières et avoir donné un coup à l'une des policières de garde ce jour-là[18].

Michel Sitbon est aussi poursuivi en 2011 par des généraux français pour avoir repris un communiqué du Ministère de la Justice rwandais les mettant en cause, ainsi que l'ensemble des responsables politiques et militaires à commencer par François Mitterrand, communiqué qui avait été publié sur le site de la revue La Nuit rwandaise dont il a la responsabilité[19][source insuffisante].

Il est également poursuivi en 2012 pour « injures publiques » pour avoir écrit sur son blog que le préfet de Seine-Saint-Denis, Christian Lambert, était le « Papon de notre temps »[20]. Il est relaxé[21].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Distrilibre », sur distrilibre.fr (consulté le 6 novembre 2019)
  2. « Qui sommes-nous ? », sur La Nuit rwandaise (consulté le 6 novembre 2019)
  3. « Michel Sitbon, le libraire qui héberge les migrants pour la nuit », sur Télérama.fr (consulté le 6 novembre 2019)
  4. « Ce libraire parisien ouvre ses portes aux migrants tous les soirs depuis deux ans. (VIDÉO) », sur POSITIVR, (consulté le 6 novembre 2019)
  5. Le courrier de l'Atlas : Nejma Brahim, « La guerre d'Algérie, couverte par l'AFP au "Maghreb Circus" | Courrier de l'Atlas », sur www.lecourrierdelatlas.com (consulté le 6 novembre 2019)
  6. Le Matin, 25 juillet 1985, cité par Emmanuel Ratier, Les chrétiens de gauche, Faits et documents, 1998, 300 p. (ISBN 978-2909769073) p. 244.
  7. Ceuxquifont : à Paris, le libraire militant, le mois d’août et les migrants, lemonde.fr, 17/08/2017
  8. Qui est vraiment Thierry Meyssan ?, ProChoixNews, 6 mai 2005.
  9. http://www.amnistia.net/news/articles/voltaire/voltaire_552.htm Michel Sitbon, Gilles Alfonsi, et Jean-Luc Guilhem, 30 mars 2005, amnistia.net
  10. http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=30641
  11. http://www.rue89.com/droguesnews/2009/06/09/4000-petits-votes-pour-cannabis-sans-frontieres "4000 petits votes pour Cannabis sans frontières", Rue 89, juin 2009
  12. (es) « Newsyoung - », sur newsyoung (consulté le 11 août 2020).
  13. « Réformer sans attendre ! Legalize 2019 pour une régulation du cannabis », sur Legalize 2019 (consulté le 6 novembre 2019)
  14. « Notre programme », sur Legalize 2019 (consulté le 6 novembre 2019)
  15. Michel Sitbon, « Une légalisation du cannabis qui favorise les défavorisés », sur Legalize 2019, (consulté le 6 novembre 2019)
  16. L'Obs, « Michel Sitbon condamné pour violence contre policiers », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  17. Accueil > Archives > Michel Sitbon placé en garde à vue, « Michel Sitbon placé en garde à vue », sur Ligue des droits de l’Homme, (consulté le 8 décembre 2019)
  18. Michel Sitbon condamné pour violence contre policiers, nouvelobs.com, 2 juillet 2002
  19. « Rwanda : taire l’infamie », sur npa2009.org, 2011-05-18cest21:087200 (consulté le 8 décembre 2019)
  20. Comparer le préfet Lambert à Maurice Papon est-il diffamatoire ?, lepoint.fr, lepoint.fr, 17 février 2012
  21. Relaxe pour l'éditeur qui avait comparé Christian Lambert à Maurice Papon, lemonde.fr, 6 avril 2012
  22. http://www.theyliewedie.org/ressources/biblio/fr/Sitbon_Michel_-_Plaidoyer_pour_les_sans_papiers.html Texte de "Plaidoyer pour les sans-papiers" en ligne.