Législation sur le cannabis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Cannabis.

Cette page présente un aperçu des législations sur le cannabis dans le monde. Le cannabis est mis hors la loi dans la majorité des pays du monde au cours du XXe siècle : la convention unique sur les stupéfiants de 1961 proscrivant le cannabis dans tous les pays signataires est indéniablement une retombée du Marihuana Tax Act de 1937 aux États-Unis d'Amérique. Néanmoins, les raisons de cette criminalisation semblent avoir été différentes de part et d'autre de l'océan Atlantique (bien que l'influence des prohibitionnistes américains semble déterminante).

Depuis les années 2000, le Canada et plusieurs autres pays ont commencé à distinguer l'usage médical du cannabis de la possession simple de cannabis. C'est aussi le cas de seize[Quand ?] États des États-Unis. Cet état de fait à récemment été confirmé au niveau fédéral.

La culture, la possession pour usage privé et la distribution sont généralement réglementées. Les lois varient néanmoins d'un pays à l'autre. En décembre 2013, l'Uruguay devient le premier pays au monde à légaliser la production et la vente de cannabis[1],[2].

Dans de nombreux pays, la police exerce un pouvoir discrétionnaire, mettant en garde les usagers ou confisquant le cannabis, même en petites quantités, à usages privé ou médical.

L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, organe de l'ONU créé en 1997 est ainsi chargé de lutter contre le cannabis dans 192 pays, via une politique de prohibition. La prohibition du cannabis est souvent source de débat en raison du trafic qu'elle engendre. De nombreuses voix se sont fait entendre durant la décennie 2010, y compris à l'ONU, pour demander un assouplissement de la législation sur le cannabis.

Conventions internationales[modifier | modifier le code]

L'Organisation des Nations unies (ONU) a établi plusieurs conventions internationales[3] :

Dans le texte original de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, le Cannabis et la résine de cannabis sont inscrits au tableau IV et donc soumis aussi à toutes les mesures de contrôle applicables aux stupéfiants du tableau I[4],[5].

Dans la Convention sur les substances psychotropes de 1971, le Tétrahydrocannabinol (THC) est ajouté à la liste des produits stupéfiants[5].

La Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988, autorise l'administration à usage médical et prévoit de ne pas punir la consommation, mais de réprimer le fait de se procurer, de détenir et les actes préparatoires, même pour l'usage personnel[5].

Australie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la capitale australienne (Australian Capital Territory, territoire incluant la capitale, Canberra) ont dépénalisé la possession de faibles quantités de cannabis ainsi que la culture restreinte pour usage personnel[réf. nécessaire]

L’Australie décidé en septembre 2016 d’autoriser la culture et l’utilisation sur son sol de cannabis à des fins thérapeutiques à partir de novembre 2016. Sa production de masse et son usage récréatif restent illégaux[6]. Dans l'État d'Australie-Méridionale, la possession du cannabis est dépénalisée mais peut faire l’objet d’une simple amende[7].

Canada[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, le cannabis est régi par la loi réglementant certaines drogues et autres substances[8]. D’après cette loi, la possession non autorisée, le trafic, la possession en vue d’en faire le trafic, la production, l’importation et l’exportation sont jugés illégaux. Les sanctions sont différentes en fonction du délit. Cependant, la loi laisse beaucoup de pouvoir aux juges qui imposent la peine.

Pour avoir fait de la production, la sanction est d’une peine maximale de sept ans d’emprisonnement. Pour l’importation, la sanction est l'emprisonnement à vie. Pour la possession dans le but de trafic et le trafic, les sanctions sont une peine d’emprisonnement à vie si la quantité est supérieure à trois kilogrammes et de cinq ans si elle est inférieure à trois kilogrammes. Pour la possession simple, les sanctions sont d’un maximum de cinq ans d’emprisonnement si la quantité dépasse trente grammes et d’un maximum de mille dollars d’amende ou de six mois en prison pour moins de trente grammes.

En dessous de 18 ans, les délits sont régis par la loi sur les jeunes contrevenants, les sanctions dépendent des délits mais il peut s’agir de mesures de rechange, de travaux communautaires, d’amendes, de mise sous garde de différentes durées et d’un casier judiciaire.

Avoir un casier judiciaire peut rendre très difficile ou même impossible de sortir du pays. De plus, il peut pénaliser le contrevenant lors d’un processus de sélection d’emploi. En revanche, le casier judiciaire d'un mineur est normalement (selon le cas) effacé lors de l'atteinte de la majorité, soit 18 ans.

Un parti politique œuvrant au niveau provincial au Québec, le Bloc Pot, a pour objectif la légalisation du cannabis.

Le Premier ministre Justin Trudeau annonce dans son discours de politique générale de 2016 la légalisation prochaine du cannabis, devenant ainsi le premier pays du G7 à le faire[9].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, la principale loi est le Controlled Substances Act (en) de 1970, qui a remplacé le Marihuana Tax Act de 1937, déclaré anticonstitutionnel par la Cour suprême.

L’Alabama, le Dakota du Sud, la Louisiane et le Mississippi condamnent automatiquement à la perpétuité réelle toute personne trouvée en possession de plus de 1 kilo de marijuana et ayant déjà fait l’objet d’une condamnation quelle qu'elle soit[10].

Toutefois, la prescription ou la recommandation de marijuana est autorisée dans 13 États, comme la Californie. Les Cannabis Clubs sont réglementés et licenciés par les autorités fédérales. Ces clubs qui ont pignon sur rue sont les seuls endroits où le cannabis médical est autorisé à la vente, la consommation peut se faire sur place ou bien à domicile. Par le référendum du , le Massachusetts a dépénalisé la marijuana, et le Michigan en a autorisé une utilisation médicale[11].

Le 23 février[Quand ?], Tom Ammiano, député de Californie, a déposé un texte proposant une légalisation du cannabis. En mai 2009, le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, s'est dit prêt à un débat sur ce sujet. Il a précisé y être tout de même personnellement opposé. Une telle démarche permettrait à l’État de récolter plus d’un milliard de dollars d’impôts par année (alors en déficit budgétaire de 20 milliards de dollars). Arnold Schwarzenegger a en outre estimé que la décision ne devrait pas être fondée uniquement sur des motifs fiscaux, en effet des études seront faites sur les expériences à l'étranger dans ce domaine. Selon les sondages de mai 2009, 56 % des électeurs californiens seraient favorables à une légalisation du cannabis[12]. Le 3 avril 2010, les électeurs californiens ont rejeté à 55 % un texte soumis à référendum et visant à légaliser le cannabis.

Le 6 novembre 2012, le Colorado et l’État de Washington sont les premiers États des États-Unis à adopter la légalisation de petites quantités de cannabis (jusqu’à 28 g), avec un référendum accepté à 53,25 %[13]. Elle prend effet le 1er janvier 2014, le cannabis est autorisé à la vente dans 24 enseignes et 8 villes de l'État[14]. Le rappeur américain Snoop Dogg se présentant comme « maître de la marijuana » a profité de cette initiative pour commercialiser en novembre 2015 sa marque « Leafs by Snoop » comportant une variété de cannabis sous la forme de chocolat, huiles, chewing gum et autres, se décrivant comme la première marque de cannabis ouverte au grand public[15]. Une étude du Marijuana Policy Group publiée en décembre 2016 fait état de ressources fiscales nouvelles de 120 millions de dollars et 18 000 emplois créées[16].

Le , l'Alaska imite les deux premiers États et autorise la possession de moins de 28 g pour un usage privé[17]. Deux jours plus tard, le 26 février, c'est au tour du district de Columbia de légaliser la marijuana, après approbation par référendum. La loi autorise la possession de moins de 60 g et la culture de six pieds à des fins privées ; la vente reste interdite[18]. Le 1er juillet 2015, l'Oregon devient le quatrième État à légaliser la possession de marijuana[réf. souhaitée].

Le , la ville de La Nouvelle-Orléans décriminalise la possession de marijuana[19]. À partir du , elle ne sera plus passible que d'une amende de 40 à 100 $.

Le , le Massachusetts (par 54 % des voix avec date d'effectivité au ), le Nevada (par 54 % des voix avec date d'effectivité au ), le Maine (par 50,3 % des voix) et la Californie (par 56 % des voix avec date d'effectivté au 9 novembre 2016) approuvent par référendum la légalisation du cannabis à usage récréatif[20], tandis que la Floride, le Dakota du Nord et l’Arkansas approuvent son usage thérapeutique. En Californie, il devient légal pour les plus de 21 ans de posséder jusqu'à 28,5 grammes de cannabis[21] avec une consommation libéralisée dès le . Toutefois, fumer en public expose à une amende de 100 dollars et la conduite routière sous l'influence du cannabis reste prohibée. La possession de six plants de marijuana, à condition qu'ils soient cachés de la vue du public, et la distribution contrôlée sera effective au [20]. Déjà en vigueur de 2004 à 2011, son usage médical est également rétabli au Montana[22].

Fin 2016, le cannabis est autorisé partiellement ou entièrement dans 30 Etats sur 50, et concerne plus de la moitié de la population américaine. Les ventes légales ont progressé de 17 % entre 2014 et 2015 pour atteindre 5,4 milliards de dollars et une hausse de 25 % est attendue pour 2016. Au Colorado, la distribution contrôlée génère 18 000 emplois à temps plein en 2015, un chiffre d'affaires de 2,4 milliards de dollars et 121 millions de taxes[23]. Bien que le gouvernement fédéral classe le cannabis comme substance dangereuse de catégorie 1, au même niveau que l’héroïne et au-dessus de la cocaïne, prohibant la production, la vente, la possession et la consommation, elle les tolére dans les Etats ayant légiféré dans un autre sens[23].

Jamaïque[modifier | modifier le code]

Introduit vers 1860, le cannabis est interdit en Jamaïque depuis 1913 même si la législation s'est largement assouplie depuis l'indépendance en 1962.[réf. nécessaire]

La vente (du moins, en petite quantité) n'est passible que d'une amende.

Depuis 2015, la possession de cannabis y est dépénalisée[24].

Japon[modifier | modifier le code]

Le chanvre a été interdit en 1948 au Japon, sur décision du général Douglas MacArthur lorsque le pays était sous occupation américaine après la Seconde Guerre mondiale[25]. Il était auparavant produit pour fabriquer des vêtements ou des filets de pêche[25]. La loi expose toute possession de cannabis à cinq ans de prison, et un étranger dans cette situation peut être expulsé et banni à vie du territoire japonais[25]. La police a enregistré un record de 3 282 infractions pour des personnes arrêtées ayant moins de trente ans ; les cas de culture illégale ont quintuplé en dix ans : 192 en 2007[25].

Suisse[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Pour contrer le marché noir et avoir un plus grand contrôle sur une consommation croissante de cannabis, le gouvernement avait entamé des démarches au début des années 2000 afin d'établir une législation plus tolérante vis-à-vis du cannabis. Le Conseil des États était favorable à une légalisation partielle (vente aux personnes majeures, culture limitée, déclarations nécessaires auprès des autorités, etc.) mais le Conseil national s'opposa à deux reprises au projet. La révision de la loi fut ainsi définitivement repoussée le par 102 voix contre 92[26].

En 2004, on comptait dans le pays environ deux cent quarante magasins fournissant des produits liés au cannabis (graines, matériel pour la culture, accessoires pour la consommation, etc.). À la limite de la légalité, certains ont été contraints de fermer. Relativement tolérantes dans les années 1990, les autorités ont cependant durci la répression dans certains contextes, en particulier la consommation à l'armée et dans les transports publics. En pratique, la répression varie selon les cantons.

Le 1er janvier 2012, les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel et Fribourg, adoptent un concordat selon lequel il est possible pour les personnes majeures de librement cultiver quatre plants de chanvre, à condition qu'ils ne soient pas commercialisés[27] Bien sûr, les plantes doivent contenir moins de 1,0 % de THC. En effet, si elle contiennent plus de 1,0 % de THC, les plantes sont considérées comme des stupéfiants[28], et leur possession devient interdite. Cette disposition a pourtant été annulée par le Tribunal Fédéral le , pour violation de la règle de primauté du droit fédéral sur le droit cantonal[29]. La culture privée de chanvre reste donc interdite en Suisse.

Le , l'Assemblée Fédérale, après le vote du Conseil national (chambre basse), a accepté la modification de la loi de telle sorte que: (a) toute personne interpellée pour détention de moins de 10 g n'est plus poursuivie pénalement et (b) ces personnes feront l'objet d'une amende de 100 francs[30],[31],[32].

Législation en vigueur[modifier | modifier le code]

Tout cannabis contenant plus de 1 % de THC est considéré comme un stupéfiant au niveau fédéral[33]. Ainsi, d'après la Loi fédérale suisse sur les stupéfiants (RS 812.121), la possession, la détention, la culture, la fabrication et le commerce de cannabis sont interdits[34], et sont érigées en infractions pénales. Ces infractions sont passibles de trois ans de prison ou d'une amende[34].

La possession de moins de 10 g, par contre, n'est depuis le , plus une infraction pénale, mais est punie d'une amende de 100 francs[35]. Le commerce fait de manière professionnelle[36] est quant à lui passible de un à trois ans de prison, pouvant être cumulés avec une amende[34].

Somalie[modifier | modifier le code]

La Somalie, qui souffre de conflits récurrents, a un territoire fragmenté. À Kismaayo, troisième ville du pays et sous contrôle du groupe islamiste Al-Shabbaab, depuis 2008, le fait de fumer du haschisch peut être puni de coups de fouet[37].

Uruguay[modifier | modifier le code]

L'Uruguay autorise depuis le 11 décembre 2013 la consommation, la vente et le transport de cannabis. La culture du cannabis est aussi légalisée[38]. C'est l'initiative du président de gauche José Mujica[38].

L'Uruguay devient ainsi le premier pays au monde à légaliser la production et la vente de cannabis.

Union européenne[modifier | modifier le code]

Législation sur le cannabis en Europe (2011)[39]

Concernant les semences, l'Union européenne possède sa propre réglementation :

  • Les semences destinées à l'ensemencement de variétés de chanvre cultivé doivent justifier d'un taux de THC inférieur à 0,3 %, ce qui est fixé par l'article 5 bis du règlement (CE) no 1251/1999.
  • Les graines de chanvre (chènevis) destinées à un usage autre que l'ensemencement ne peuvent être importées que via des importateurs agréés par l'État membre, ce qui permet de contrôler qu'elles ne sont effectivement pas destinées à l'ensemencement[40].

Allemagne[modifier | modifier le code]

En Allemagne, son simple usage n'est pas pénalisé mais la possession, culture etc. est une infraction.

En février 2008, 7 patients allemands ont pu bénéficier d'un traitement au cannabis médical, distribué sur ordonnance en pharmacie[41]. Afin de réguler l'usage thérapeutique, l'Allemagne s'inspire du modèle de son voisin néerlandais, qui distribue de cette manière depuis 2003 (120 kg en 2008).

Cependant, le Tribunal constitutionnel fédéral a estimé que la possession d’une faible quantité de cannabis exclusivement destinée à la consommation personnelle et occasionnelle ne méritait pas de sanction pénale dès lors qu’elle ne présentait pas de danger pour les tiers. Les ministères de la Justice des länder ont été invités à fixer dans des directives les critères selon lesquels l’affaire serait classée sans suite par les parquets. La quantité correspondant à la consommation personnelle fait partie de ces critères.

Auparavant, cette quantité variait entre 5 et 30 grammes de cannabis selon les lands - la Bavière, par exemple, est beaucoup plus stricte que la Basse-Saxe. Mais depuis 2007, il ne reste plus que trois valeurs différentes[42] : les Lands de Brême, Berlin et Niedersachsen ont arrêté leur volume autorisé à 15 grammes, le Baden-Würtemberg s'est décidé pour trois unités de consommation (c'est-à-dire 2 grammes par unité de consommation, donc environ 6 grammes) ; l'ensemble des autres Länder ont fixé leur limite à 6 grammes.

En janvier 2017, l'Allemagne légalise l'usage thérapeutique du cannabis pour les « pathologies graves » — cancers, épilepsie, sclérose en plaque — « sans thérapies alternatives ». Les produits seront distribués en pharmacie et la prescription sera remboursée par l'assurance maladie. L'Allemagne s'approvisionnera à l'étranger le temps de rendre opérationnelle une agence publique du cannabis médical chargée de sa culture dans le pays[43].

Belgique[modifier | modifier le code]

2003[modifier | modifier le code]

En Belgique, la loi a été modifiée le . Cette nouvelle loi, votée le , modifie les textes alors en vigueur. Elle précisait certains points, tant pour le consommateur que pour l'instance judiciaire.
Plus d'arrestation ni de procès-verbal pour les consommateurs possédant moins de trois grammes de haschich (résine) mais un « enregistrement policier anonyme ». Une tolérance pour la culture limitée à un plant femelle par consommateur. Mais le tout est assorti d'une interdiction formelle de le faire hors de son arrondissement judiciaire. D'autres notions d'interdiction sont « l'usage problématique », à connotation plus sociale, ou la consommation en présence de mineur.
Le ministre de la Justice en fonction, Marc Verwilghen (parti VLD), n'étant pas d'accord avec cette loi, fait, le jour-même, une nouvelle directive ministérielle, restreignant encore la nouvelle loi et créant un flou juridique car non-avalisée par les Procureurs Généraux.

2005[modifier | modifier le code]

Nouvelle directive sur le cannabis, entrée en application depuis le  :

La directive qui entre en vigueur le 1er février 2005 considère que la détention, par un majeur (plus de 18 ans), de cannabis pour un usage personnel (au maximum trois grammes), ou d'une plante cultivée, doit constituer le degré le plus bas de la politique des poursuites. Sauf circonstances aggravantes ou trouble à l’ordre public.

Malgré cette faible priorité, un procès-verbal sera systématiquement dressé pour toute constatation de détention de cannabis.

En effet, la directive abandonne la notion d’enregistrement anonyme. Si les quantités découvertes sont inférieures à trois grammes, les PV seront « simplifiés ». Ils seront transmis une fois par mois au parquet.

Dans le cadre du PV simplifié, il n’y a pas de saisie du cannabis[44].

Les circonstances aggravantes sont celles mentionnées à l'article 2 bis de la loi du . Les circonstances qui constituent un trouble à l'ordre public sont :

  • la détention de cannabis dans un établissement pénitentiaire ou dans une institution de protection de la jeunesse ;
  • la détention de cannabis dans un établissement scolaire ou similaire ou dans ses environs immédiats. Il s'agit de lieux où les élèves se rassemblent ou se rencontrent, tel qu'un arrêt de transport en commun ou un parc proche d'une école ;
  • la détention ostentatoire de cannabis dans un lieu public ou un endroit accessible au public (p. ex. un hôpital).

Le procureur du Roi tiendra compte des circonstances locales et donnera, le cas échéant, des directives plus précises. En vue du maintien adéquat de l'ordre public et en tenant compte de la capacité des services de police, chaque procureur du Roi peut diffuser une directive particulière en cas de rassemblement de masse. Cette directive provisoire et spécifique doit viser un événement bien précis et être motivée par les circonstances propres à cet événement (p. ex. un festival de rock).

Cf. le texte intégral de la directive.

Danemark[modifier | modifier le code]

Le cannabis tombe sous le coup de la loi du sur les substances euphorisantes, même si cette loi n’interdit pas explicitement la consommation, elle en interdit toutes les autres opérations (vente, livraison, transformation, possession…). Ainsi, la possession simple à des fins personnelles est punie par une amende pouvant être accompagnée ou remplacée par une peine de prison qui peut aller jusqu'à deux ans (en fonction de la quantité) et la possession à des fins de revente tombe sous le coup du Code pénal et peut atteindre les dix ans d'emprisonnement s'il existe des circonstances aggravantes (approvisionnement de mineurs).

Cependant, le Danemark possède un « principe d'opportunité des poursuites » selon lequel le ministère public n’est jamais obligé de déclencher l’action publique, ainsi, plusieurs directives ont été publiées visant à dire que la détention ne doit pas être poursuivie lorsqu’elle correspond à la seule consommation personnelle. Ainsi, dans les faits, une quantité de cannabis inférieure à dix grammes est généralement présumée correspondre aux besoins personnels et le contrevenant reçoit alors seulement un avertissement.

La consommation de cannabis est tolérée dans les rues du quartier hippie de Christiania à Copenhague.

Espagne[modifier | modifier le code]

Le Code pénal interdit la fabrication et le trafic de produits stupéfiants, ainsi que la culture de plantes permettant la fabrication de ces produits, mais il n’en interdit pas la consommation. La loi organique de 1992 sur la protection de la sécurité civile interdit la consommation ou la détention de cannabis dans des lieux publics.

Ce dispositif traduit l’idée que la consommation de produits stupéfiants, même si elle constitue un danger pour l’usager, doit être tolérée aussi longtemps qu’elle relève de la vie privée et ne trouble pas l’ordre public. Ainsi, la simple détention liée à la consommation personnelle n’est donc pas une infraction pénale et les juges excluent en général toute sanction lorsque la quantité détenue n’excède pas cinquante grammes.

Une modification de la loi a eu lieu en 2006. La vente de graines est désormais légalisée. La possession ou la consommation de cannabis est interdite dans les lieux publics mais autorisée dans les lieux privés. De plus, la culture de plants de cannabis est autorisée dans un lieu privé. Depuis la fin des années 1990, les tribunaux espagnols font la différence entre la consommation de cannabis médical et de cannabis récréatif. Le cannabis médical est donc depuis cette période en phase de légalisation.

Depuis plusieurs années des Cannabis social club fleurissent un peu partout en Espagne. Ces associations à but non lucratif sont réservées aux personnes majeures et produisent suffisamment de cannabis pour les besoins personnels de leurs membres.

Finlande[modifier | modifier le code]

En Finlande, le cannabis est interdit. Cependant un malade a obtenu une autorisation de l´Agence nationale des médicaments de la Finlande en décembre 2006 pour l'utilisation de cannabis médical[45].

France[modifier | modifier le code]

En France, sauf dérogation exceptionnelle, seules les variétés de chanvre industriel, qui doivent avoir une teneur en THC inférieure à 0,3 % peuvent être autorisées[46]. Une vingtaine de cultivars impropres à la fabrication de psychotropes sont ainsi éligibles à la culture industrielle[47].

De plus, un organisme public, la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT) donne très largement (site Internet, brochures, etc.) des avis sur les drogues dures, le compare à des drogues telles que la cocaïne ou encore le LSD.

La réduction des risques sanitaires est reconnue par la loi française depuis 2004[précision nécessaire].

La loi permet la circulation des chènevis (graines de cannabis) ainsi que leur commerce entre les États membres de la zone européenne de libre-échange (Union européenne + Norvège, Suisse et Islande)[réf. nécessaire].

Les particuliers peuvent utiliser les chènevis légaux (possédant un certificat de conformité) ; leur production, leur utilisation et leur culture à usage commercial ou pour toute activité professionnelle sont soumises à autorisation. Ces variétés sont en fait du chanvre non-psychotrope. Les particuliers sont tenus de conserver les certificats de conformité fournis à la vente du chènevis ou, à défaut, l'emballage qui en mentionne les références, ceci afin de prouver que la variété détenue ou semée est bien autorisée[48]. Ces variétés de cannabis, figurant sur la liste émise par l'Union européenne, doivent faire l'objet d'un décret qui stipule leur autorisation. Voici la liste des variétés de cannabis autorisées en France[réf. nécessaire] :

  • Beniko (monoïque)
  • Bialobrzeskie (monoïque)
  • Cannakomp (dioïque)
  • Carmagola (dioïque)
  • Chamaeleon (dioïque)
  • Cs (dioïque)
  • Delta Llosa (monoïque)
  • Delta 405 (monoïque)
  • Dioica 88 (dioïque)
  • Epsilon 68 (monoïque)
  • Fasamo (monoïque)
  • Fedora 17 (monoïque)
  • Félina 32 (monoïque)
  • Félina 34 (monoïque)
  • Férimon (monoïque)
  • Fibranova (dioïque)
  • Fibriko TC (dioïque)
  • Fibrimon 24 (monoïque)
  • Finola (dioïque)
  • Futura 75 (monoïque)
  • Juso 14 (monoïque)
  • Kompolti hibrid TC (dioïque)
  • Kompolti (dioïque)
  • Lipko (dioïque)
  • Red Petiole
  • Santhica 23 (monoïque)
  • Santhica 27 (monoïque)
  • Silesia (uniquement autorisée en Pologne)
  • Tiborszallasi (dioïque)
  • UNIKO-B (dioïque)
  • Uso 31 (monoïque)

Toute importation en provenance d'un pays non-membre de la zone européenne de libre-échange ne peut être effectuée que par un importateur agréé par l'Union Européenne.

La spécificité de la loi française conduit à un discours officiel qui peut paraître assez déroutant pour la plupart des autres ressortissants européens.

Outre le débat, la loi française interdit la production, la détention, la vente, l'achat et l’usage de stupéfiants, avec des sanctions plus ou moins sévères selon l'acte.

Le trafic, c'est-à-dire la détention, le transport, l'offre, la cession ou l'acquisition de stupéfiant, est puni d'une peine de prison d'une durée maximale de dix ans ou d'une amende pouvant atteindre 7 500 000 euros (Art. 222-37 du Code pénal).

Le simple usage n'est normalement puni que d'une peine maximale d'un an d’emprisonnement ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 3 750 euros (Art. 3421-1 du Code de la santé publique). Cependant, il est à noter qu'il est considéré par la législation que le simple consommateur peut être assimilé à un trafiquant, et donc devrait se trouver passible des mêmes peines. En effet, consommer du cannabis impliquerait d'en détenir, et donc d'en acheter ou bien d'en produire, ce qui laisse toute liberté au juge d'incriminer le disant usager sur le fondement du Code de la santé publique (usage) ou du Code pénal (détention/trafic/production). Dans la pratique, la décision du juge dépend principalement des quantités saisies, des antécédents de l'accusé et des a priori du juge, ce qui fait que les simples consommateurs sont très rarement sanctionnés au moyen de lourdes peines, sauf s'ils sont trouvés en possession d'une quantité de cannabis dépassant de loin la consommation quotidienne « moyenne ». Des barèmes officieux sont donc fixés aux services de police par les procureurs de la République : en deçà de telle ou telle quantité de tel ou tel produit stupéfiant détenue, l'affaire est classée après confiscation du produit, ce qui conduit beaucoup de policiers à procéder à des confiscations et destructions hors procédure[réf. souhaitée].

Quant à la production, même pour usage personnel, celle-ci est passible d'une peine maximale de vingt ans de réclusion criminelle ou d'une amende pouvant aller jusqu'à 7 500 000 euros (Art. 222-35 du Code pénal). Mais, comme pour les faits de consommation « simple », l'opportunité des poursuites pénales appartient au procureur, et l'appréciation de la peine appartient au juge, ce qui fait que les sanctions maximales ne sont jamais infligées, sauf en cas de production quasi-industrielle.

C'est également cette même loi qui garantit l'anonymat et la gratuité des soins pour les usagers désireux de se soigner, ce qui incite à relativiser la présentation de la loi française comme exclusivement répressive.

Depuis le , la loi Marilou, préparée par le ministre Dominique Perben (UMP) et présentée à la suite du décès d'une petite fille de neuf ans tuée dans un accident mettant en cause un conducteur qui avait consommé du cannabis, prévoit :

  • des contrôles aléatoires ou sur la base de soupçons ;
  • un test obligatoire en cas d'accident corporel/mortel ;
  • 2 ans de prison et 4 500 € d'amende ;
  • 3 ans et 9 000 € en cas de cumul avec l'alcool.

Depuis la loi de 2007 sur la récidive (dite « loi Dati »), des peines planchers sont applicables aux récidivistes. En théorie, l'achat de 2 grammes de cannabis pour sa consommation personnelle par une personne considérée par la loi comme récidiviste conduit ainsi à une peine plancher de quatre ans d'emprisonnement ferme[49]. Mais, là encore, dans la pratique, comme l'application des peines planchers est laissée à l'appréciation des juges, les sanctions sont rarement aussi sévères.

Le , le député et ancien ministre de l'Intérieur PS Daniel Vaillant se prononce dans un entretien accordé au Parisien en faveur de la légalisation de la consommation de cannabis. Des propos « inacceptables », selon l'UMP[50].

Comme en Espagne, des Cannabis social club sont apparus en France. Ces associations à but non lucratif sont réservés aux personnes majeures et produisent suffisamment de cannabis pour les besoins personnels de leurs membres. Ces clubs sont beaucoup plus discrets en France qu'en Espagne ou en Belgique.

Le ministre de l'intérieur Manuel Valls a annoncé début avril 2013 sur la radio RMC son intention de contraventionaliser la détention de petite quantité de cannabis comme c'est déjà le cas dans deux départements, sans toutefois détailler ce qu'était une petite quantité ni préciser le montant de la contravention en question ni même la date d'application de cette mesure.

Le , Marisol Touraine, ministre de la Santé, et Jean-Marc Ayrault Premier ministre, signent un décret (2013-473)[51] autorisant la mise sur le marché de médicaments contenant du cannabis ou ses dérivés.

En janvier 2017, 150 personnalités de Marseille (avocats, des magistrats et de nombreux médecins), dont les députés socialistes Patrick Mennucci et Marie-Arlette Carlotti en appellent à une « légalisation contrôlée » du cannabis. La prohibition est « directement responsable, chez nous, de réseaux, de trafics très organisés, qui brassent des sommes considérables et gangrènent de nombreux quartiers (...) Les règlements de comptes (2014 : 15 faits, 10 décès, 2015 : 13 faits, 14 décès, et déjà 25 décès cette année) sont très majoritairement liés au trafic de cannabis. 20 % de l’activité policière concerne le trafic de cannabis (9 095 procédures pour infraction à la législation sur les stupéfiants en 2015, à 90 % pour le cannabis contre 6 808 en 2012 soit une augmentation de 25 %). » Les signataires souhaitent par cet appel lancer « dans la période électorale qui arrive le débat sur la légalisation du cannabis[52]. »

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

En Grande-Bretagne, le cannabis est déclaré illégal en 1928, après que l'Angleterre a ratifié la Convention internationale de l'opium, adoptée à Genève en 1925.

En 2001, le secrétariat d'État recommande une déclassification du cannabis de drogue de classe B en drogue de classe C, ainsi même si la possession reste toujours une infraction pénale, la peine maximale pour possession et usage personnel a été réduite de cinq à deux ans de réclusion. De plus, les chefs des services de police ne préconisent les arrestations que dans certains cas précis tels que fumer en public ou en présence de mineurs. Les mineurs étant toujours appréhendés afin d'être réorientés sur une structure adéquate. À noter que la modification de la loi n'a eu aucun effet sur l'usage de cannabis au Royaume-Uni, la consommation régulière a baissé de 0,5 pour cent en 2005. Matthew Atha, directeur de la Mission indépendante de surveillance sur les stupéfiants qui a mené cette étude indique que « D’après nos premières indications, la modification de la loi n’a fondamentalement été d’aucun effet sur les niveaux de consommation de cannabis »[53].

Italie[modifier | modifier le code]

La quantité maximale autorisée pour la consommation personnelle est de 5 g. Au-delà, la possession est assimilée à du trafic.

Depuis avril 2013, l'usage de cannabis thérapeutique est en revanche autorisée en Italie[réf. nécessaire].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2011).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Aux Pays-Bas, l'usage et la revente de cannabis sont règlementés mais non légalisés ; il peut être acheté dans les coffee shops, des magasins ayant une licence spéciale pour ce commerce. Concernant la possession, il existe une tolérance jusqu'à cinq grammes.

La loi n'interdit pas la consommation. La consommation dans les endroits privés est tolérée. Celle dans les lieux publics est soumise à une réglementation plus stricte : pas de trouble à l'ordre public, pas de consommation en présence de mineurs (écoles, transports publics). De plus, les maires peuvent prendre des arrêtés interdisant la consommation de Bediol (11 %) et Bedrobinol (6 % + 7,5 % CBD (cannabidiol)[précision nécessaire]). Le Bureau du cannabis médicinal (BMC), qui dépend directement du Ministère de la Santé et des Sports néerlandais, est chargé d'assurer le contrôle de la distribution de ces nouveaux médicaments.

En 2008, 120 kg de cannabis médical ont ainsi été vendus au travers du réseau des pharmacies.

Concernant la culture, celle-ci est autorisée jusqu'à cinq plants par personne et est considérée à titre de consommation personnelle. Au-delà, l'amende est de vingt-cinq euros et cinquante centimes par pied.

Portugal[modifier | modifier le code]

La loi no 30/2000 du a dépénalisé la consommation de produits stupéfiants. Elle a aussi dépénalisé leur acquisition et leur détention lorsque celles-ci sont liées à la consommation personnelle, mais seulement dans la mesure où la quantité détenue n’excède pas les besoins d’une personne pendant dix jours (soit cinq grammes pour le haschich et 25 grammes pour le cannabis), ces infractions sont désormais du domaine de l'infraction administrative et non plus du pénal.

En effet, cette loi vise plus à soigner les toxicomanes qu’à les punir. Les sanctions administratives visent donc surtout les consommateurs non toxicomanes, mais qui sont déjà fichés. La sanction consiste en principe en une amende. Pour les consommateurs de cannabis, elle est comprise entre vingt-cinq et cent cinquante euros.

Pour la culture, la loi diffère en fonction de l'ampleur de la culture de trente jours-amende en cas de culture à des fins personnelles à douze ans de prison en cas de culture pour la revente.

République tchèque[modifier | modifier le code]

La République tchèque tolère la possession de petites quantités de cannabis : jusqu'à 15 grammes de marijuana et 5 grammes de résine. De plus depuis le 1er avril 2013 l'utilisation de cannabis thérapeutique est devenue légale.

Approche comparative[modifier | modifier le code]

Législation sur le cannabis : en bleu les pays ou régions ayant légalisé la possession de cannabis.

Selon l'ONU, le cannabis est la substance illégale la plus consommée à travers le monde. Soixante-deux millions d'Européens (plus de 20 % de l'ensemble de la population adulte) ont déjà consommé du cannabis et vingt millions en ont consommé au cours de la dernière année[54]. Ces constatations reflètent l'ampleur du phénomène et entraînent plusieurs interrogations. De quelle manière la loi encadre la consommation du cannabis ? Quel est l'impact de cette consommation sur la santé publique, et notamment sur les populations jeunes qui s'avèrent être les plus grands consommateurs (au moins pour la France, où les possibilités répressives de la loi ne sont curieusement que très peu exploitées)[55] ? De nombreux sociologues, notamment ceux de l'école américaine, ont mené des études. Pour eux, il s'agit d'un « mal-être » plus ou moins collectif de personnes jeunes : l'adolescence surtout, est un temps de transition entre l'enfance et l'âge adulte, ce qui inclut l'acquisition de responsabilité. Les adolescents auraient ainsi tendance à vouloir « profiter de sa jeunesse », à être quelque peu extérieur, marginalisé du monde adulte des responsabilités, tout en ayant des interactions. Autour du cannabis se créent des liens sociaux ou s'en entretiennent. La consommation de cannabis, sous quelque forme que ce soit, s'est banalisée, devenant semblable à la consommation de cigarettes, voire d'alcool. Peut-on constater une évolution des mœurs ? De manière hétérogène, oui, en fonction de chaque pays notamment. En cherchant à savoir si une désinformation demeure sur les effets de la substance, on constate également une hétérogénéité en fonction non seulement des pays, mais également en fonction des catégories d'âge.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section ou cet article est une traduction incomplète. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Vous pouvez modifier la page pour effectuer la traduction.

Pays Possession Vente Transport Culture Notes
Drapeau de l'Albanie Albanie Illégale Illégale Illégal Illégale [56]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Consommation Tolérée Culture à des fins médicales autorisée au cas par cas. Il existe un mythe selon lequel la possession de petites quantités de haschich ou de marijuana a été légalisée par le Tribunal constitutionnel fédéral en 1994. Ce n'est pas vrai. Le tribunal a seulement fait remarquer que d'éventuelles nouvelles preuves scientifiques concernant les dangers du cannabis devaient être prises en compte. À l'époque de cette décision il n'y avait, selon le tribunal constitutionnel, pas de preuve scientifique suffisante démontrant l'inoffensivité du cannabis[57]. La possession est illégale. Dans certains des États fédéraux, la possession de petites quantités (<5 g) n'est pas réprimée, tandis que dans d'autres (principalement ceux du Sud) la possession même de quantités minimes est réprimée. Il y a cependant des cas d'autorisation de culture du cannabis à des fins médicales[58].
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite Illégale L'usage et la possession pour usage personnel de n'importe quel type de drogue récréative est passible d'emprisonnement. La peine infligée pour usage personnel peut s'élever jusqu'à six mois de prison ferme. La vente et la contrebande de grandes quantités est généralement punie et peut aller jusqu'à l'exécution, bien que les cas récents d'exécution soient rares. Les étrangers qui consomment de la drogue peuvent quant à eux être déportés[59].
Drapeau de l'Argentine Argentine Dépénalisé Illégale Illégal Illégale Légale pour usage personnel et en petites quantités dans un usage privé. La consommation en public est généralement tolérée parmi les jeunes adultes. La consommation à titre médical est tolérée mais pas légale (uniquement usage privé). La culture, la vente et le transport de grandes quantités sont illégaux et réprimés par les lois en vigueur[60]. Usage décriminalisé depuis 2009[7].
Drapeau de l'Australie Australie Consommation Tolérée Usage médical autorisée Décriminalisé pour usage personnel en petites quantités dans les États du Territoire de la capitale australienne, de l'Australie-Méridionale, de l'Australie-Occidentale et du Territoire du Nord. C'est à l'inverse considéré comme un crime en Nouvelle-Galles du Sud, au Queensland, dans l'État de Victoria et en Tasmanie. La répression varie d'un État à l'autre[61], bien que la condamnation pénale pour possession de petites quantités reste peu probable, les programmes alternatifs visant à diriger les délinquants vers des parcours d'éducation d'évaluation et de soins[62]. Avec la rapide expansion de la culture hydroponique, l'Australian Drug Misuse and Trafficking Act (1985) a été modifié en 2006 pour réduire les quantités de cannabis cultivé en intérieur sous conditions hydroponiques, qualifiées de 'quantités commerciales' ou de 'grandes quantités'[62].
Drapeau de l'Autriche Autriche Légal pour usage personnel Illégal Légal Le débat sur la légalisation totale du cannabis s’intensifie actuellement, avec le soutien de poids de plusieurs partis politiques majeurs, L’amendement de 2008 ayant entraîné la suppression du concept de grandes et petites quantités comme moyen de différencier l’usage personnel et la distribution, la culture d’un nombre illimité de plants est devenue légale en Autriche, à condition que les plants ne soient pas en phase de floraison[63]
Drapeau de la Belgique Belgique Dépénalisée Clubs Sociaux Cannabiques Illégal 1 plant de cannabis par personne La Belgique possède plusieurs clubs sociaux cannabiques qui fournissent de petites quantités aux personnes qui en ont besoin[64].
Drapeau de la Bolivie Bolivie Illégale La possession est illégale[65].
Drapeau du Brésil Brésil Consommation Tolérée pour usage médical et religieuse La possession de drogue au Brésil pour consommation personnelle est passible d'emprisonnement de 5 à 15 ans, en plus d'impliquer un avertissement, des travaux d'intérêt général ainsi qu'un stage d'éducation sur les effets de la consommation de drogues[66].
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie Illégale THC inférieur à 0,3%..

Le cannabis est une drogue de catégorie A (à haut risque), classée avec l'héroïne, la cocaïne, les amphétamines et l'ecstasy. Jusqu'en 2004 une « dose personnelle » était vaguement définie. Depuis 2006, d'après le dernier amendement du code pénal, la peine est de 1 à 6 ans de prison assortie d'une amende comprise entre 1 000 et 5 000 euros. Pour la détention de petites quantités dans le but de revente, donc de trafic, la peine peut aller de 2 à 8 ans ; de 3 à 12 ans pour de grosses quantités et de 5 à 15 ans si c'est en bande criminelle organisée. Dans ce dernier cas l'amende maximum en plus de la peine de prison est de 50 000 euros. La culture fait risquer de 2 à 5 ans et une amende de 5 000 euros. Organiser un groupe de producteurs peut être puni d'une peine de 10 à 20 ans et d'une amende maximum de 100 000 euros et participer à un tel groupe fait risquer de 3 à 10 ans et de 2 500 à 5 000 euros. Dans des cas de petites cultures de cannabis (quelques plants pour un usage personnel) la peine peut aller jusqu'à 1 an assortie d'une amende allant de 250 à 500 euros, mais le temps de prison peut être remplacé par une liberté conditionnelle. Sa consommation n'est pas interdite car seuls la détention, la vente et son trafique sont des crimes, mais tenir en main un joint tout en fumant peut être interprété comme de la détention[67].Code pénal bulgare

Drapeau du Cambodge Cambodge Illégale Bien que techniquement illégale, la consommation de cannabis est répandue parmi les populations Khmer et les touristes de passage dans le pays. La marijuana peut être facilement achetée et fumée dans les lieux publics sans s'exposer à la moindre menace d'arrestation. Plusieurs restaurants « Happy » situés à Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville servent publiquement de la nourriture à base de marijuana, ou en tant que garniture pour les plats[68],[69],[70].
Drapeau du Canada Canada Décriminalisé pour usage médical et industriel Industriel
Drapeau du Chili Chili Illégale La culture de plants de cannabisayant un autre but que personnel est considérée illégale sans une autorisation du Ministère de l'Agriculture. Cependant, la consommation et la possession de cannabis en petites quantités seul chez soi sont légales, mais deviennent illégales quand il s'agit d'un groupe. La consommation à des fins médicales est légale mais non réglementée[71].
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Illégale Le cannabis est cultivé pour ses graines ainsi que pour sa fibre végétale. Il fait l'objet de culture à des fins médicinales depuis longtemps[72].
Drapeau de la Colombie Colombie Consommation Dépénalisé La possession de cannabis a été dépénalisée tant qu'elle ne dépasse pas 22 grammes pour sa consommation personnelle, ainsi qu'1 gramme de cocaïne[7]. Toutefois, la vente et la culture restent illégales[73].
Drapeau des Comores Comores Illégale Le cannabis a été légal de janvier 1975 à mai 1978 quand le président Ali Soilih a légalisé la consommation de cannabis parmi d'autres mesures[74].
Drapeau du Costa Rica Costa Rica Décriminalisé Le cannabis est illégal mais fumer de la marijuana est largement toléré dans tout le pays, on se trouve dans une dépénalisation de fait puisque les officiers de police ne retiennent pas en détention les personnes qui n'ont sur elles qu'une quantité correspondant à une consommation individuelle, cependant aucune valeur n'a été définie comme quantité limite. La consommation de cannabis y est très élevée.[réf. nécessaire]
Drapeau de la Croatie Croatie Décriminalisé THC inférieur à 0,3%.. Dans le code pénal croate, il n'existe pas de distinction parmi les substances illégales. Selon la loi, cultiver ou vendre du cannabis (ou tout autre drogue) est un crime punissable obligatoirement d'une peine de prison (3 ans minimum) et la possession d'une quantité quelconque est un crime puni ou bien d'une amende, ou bien d'une peine de prison d'un an[75], ceci en fonction de la situation (bien que les personnes arrêtées avec de très petites quantités de cannabis ne soient habituellement condamnés qu'à une amende après décision du tribunal). Dans tous les cas le cannabis est confisqué. En avril 2010 le ministre de la justice et chef de la police de l'état, a adopté un ensemble de recommandations temporaires conçues pour réformer les pratiques locales d'application de la loi qui incluaient un déclassement effectif de la possession de petites quantités de cannabis à un délit mineur (ce qui signifiait que les personnes prises en possession ne seraient plus poursuivies en justice et n'auraient qu'à payer une amende)[76]. En octobre 2010, le ministère de la justice a confirmé qu'une proposition de loi pour changer le statut du possesseur et petit producteur de cannabis « pour usage personnel » à celui de petit délit, sera présenté dans l'ensemble de réformes à venir qui doit améliorer le code pénal dans un future proche[77].
Drapeau de Chypre Chypre Illégale THC inférieur à 0,3 %.. Le cannabis étant un produit de catégorie B, la peine encourue pour sa consommation peut-être la perpétuité et sa détention fait encourir 8 ans au maximum (le risque est de 2 ans pour les moins de 25 ans commettant un premier délit). En pratique, pour la première fois, une mise en garde peut suffire pour un petit délinquant[78].
Drapeau du Danemark Danemark Consommation Dépénalisé THC inférieur à 0,3 %.. [79]
Drapeau de la Dominique Dominique Illégale Drogue de clase B, interdiction de cultiver, vendre ou posséder.
Drapeau de l'Égypte Égypte Illégale Officiellement le cannabis est illégal. Cependant son utilisation est courante et fait partie de la culture. Les condamnations pour usage personnel sont très rares[80].
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis Illégale Même la plus petite quantité de drogue peut conduire à 4 ans d'emprisonnement ferme[7].
Drapeau de l'Équateur Équateur Illégale La possesionn est légale selon la loi 108[81],[82],[83].
Drapeau de l'Espagne Espagne Dépénalisé Prescription médicale ou les Clubs Sociaux Cannabiques Tolérée pour les clubs sociaux de cannabis Acheter ou vendre du cannabis est un crime puni par la loi. La possession et la consommation dans un lieu public constituent un délit sanctionné par une confiscation et une amende. La culture en espace privé pour la consommation personnelle et la consommation par des adultes dans un espace privé est un droit constitutionnel et n'est donc pas illégale[84].
Drapeau de l'Estonie Estonie Décriminalisé On considère que jusqu’à 10 grammes, la détention concerne un usage personnel et elle est punie d’une amende. De plus grosses quantités ainsi que le trafic sont des infractions criminelles et sont punissables d’une amende ou d’une peine de prison (jusqu’à 5 ans)[85].
Drapeau des États-Unis États-Unis Décriminalisé (Peut être utilisé à des fin médicale dans 15 États et le district de Colombia, décriminalisé dans 12 États, désormais légal pour usage récréatif dans 4 États : Alaska, Colorado, Oregon et Washington) Les lois varient suivant les états, bien que la loi de chaque état soit subordonnée à la loi fédérale qui classe le cannabis sur la liste 1 des narcotiques, donc dans la même classification que l’héroïne. La Cour suprême des États-Unis a décidé dans le cas Gonzales contre Raich que le gouvernement fédéral a le droit de réglementer et de criminaliser le cannabis, même dans des buts médicaux. En 2009, le procureur général a ordonné aux procureurs fédéraux d’interdire la marijuana médicale aux patients, y compris dans ces états ayant légalisé son usage médical[86].
Drapeau de la Finlande Finlande Décriminalisé pour usage médical Un très petit groupe d’utilisateurs pour raisons médicales (12 personnes au 31-01-2010) ont le droit de l’acheter dans une pharmacie dans la ville de Turku[87].
Drapeau de la France France Illégale Illégale THC inférieur à 0,3 %.. La culture supérieur à 0,3 % de THC, la vente, la possession ou la consommation de cannabis est interdite[88].
Drapeau de la Grèce Grèce Illégale THC inférieur à 0,3 %.. La possession ou l’usage est illégale, même en petites quantités. Les personnes sont arrêtées, bien que rarement condamnées par les cours. La possession de grosses quantités peut conduire à plusieurs années de prison[89].
Drapeau du Honduras Honduras
Drapeau de Hong Kong Hong Kong Illégale Illégale Illégal Illégale La possession, la vente, le transport et la culture du cannabis sont illégales du fait de l’Ordonnance sur les drogues dangereuses[90] (Chapter 134 of the Law of Hong Kong).
Drapeau de la Hongrie Hongrie Illégale THC inférieur à 0,3 %.. Dans la loi, les drogues illégales ne sont pas distinguées en fonction de leur danger. L’usage de l’héroïne entraine les mêmes conséquences que celle du cannabis. La loi en interdit le commerce ainsi que toute utilisation (même médicale). Cependant, le code pénal distingue les sanctions concernant le trafic et l’usage personnel. Le paragraphe 283.§(1-a) déclare « On ne pourra pas être puni pour mauvais usage de drogue, si cela concerne une petite quantité produite, acquise ou possédée… » et continue par « ... sous réserve qu’avant le verdict final, sera vérifié qu’une thérapie de 6 mois aura été bien suivie ». La loi statue sur la « quantité individuelle » qui est de 1 gramme de substance active (i.e. la THC), ce qui équivaut à de 12 à 100 grammes de marijuana en calculant que la marijuana contient de 1 à 8 % de THC. La possession de plus grosses quantités peut entrainer des peines de prison pouvant aller de 5 à 10 ans[91].
Drapeau de l'Islande Islande Illégale Sa consommation est illégale même en petite quantités. Sa possession, sa vente, son transport ainsi que sa culture peuvent entrainer de la prison. La possession n’est pas toujours punie de prison ; elle peut entrainer de fortes amendes[92].
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Illégale L’usage personnel de petites quantités peut entrainer une peine de prison maximum de 4 années (amendes supplémentaires possibles) ceci si on est pris par la police en possession, sous son emprise ou par un test urinaire. Cependant, si l’utilisateur se présente de lui-même à la police, ou est signalé par sa famille, la peine ne sera pas supérieure à 6 mois de prison ou à une amende de 2 millions de roupies indonésiennes (200 à 250 USD)[93].
Drapeau de l'Inde Inde Légal  (Regulated by Government)  ⇔  (Réglementé par le gouvernement) Le cannabis est consommé lors de certains rituels hindous. Des boutiques gouvernementales de villes sacrées comme Varanasi (anciennement Bénarès) vendent du cannabis sous la forme de Bhang. Malgré un usage très répandu, la loi rend illégal de posséder toute forme de ce psychoactif. Cependant, la loi est rarement appliquée et ce sujet est une priorité secondaire en Inde. De plus, le cannabis est récolté librement sur de grandes surfaces en plusieurs endroits du nord de l’Inde.
Drapeau de l'Iran Iran  Illegal as a drug (see the notes)  ⇔  Illégal comme drogue (voir les notes) La culture du cannabis est légale si c’est pour l’alimentation car les iraniens en consomment les graines, et car des entreprises en extraient de l’huile qui est vendue légalement. L’usage du cannabis comme psychotrope est officiellement illégale et donc en fumer en public est un exemple de ce qui peut être considéré comme une ingestion illégale, mais l’application de ceci est quasi nulle car il est habituellement impossible de dire ce qu’une personne fume or il est légal ou toléré de fumer d’autres plantes.
Drapeau de l'Irlande Irlande Illégale Illégale Illégal THC inférieur à 0,3 %.. [94]
Drapeau d’Israël Israël Décriminalisé pour usage médical Le cannabis n’est utilisé qu’à très petite échelle en médecine. Cependant, l’utilisation individuelle est relativement décriminalisée avec quasiment aucune peine pour les prévenus lors de leur première interpellation.
Drapeau de l'Italie Italie Dépénalisé THC inférieur à 0,3 %..
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque Légal Légal dans un but médical et religieux Légal (jusqu'à cinq plants) Les parlementaires ont prévu d'autoriser la possession de 57 grammes de marijuana, et de cultiver jusqu'à cinq plants de cannabis[95].
Drapeau du Japon Japon Illégale Sa possession est punissable de 5 ans de prison. L’importation ou la vente de cannabis fait risquer jusqu’à 10 ans de prison et 30 millions de yens.
Drapeau de la Jordanie Jordanie Illégale La possession est illégale et peut conduire à une période d'emprisonnement[96].
Drapeau de la Lettonie Lettonie
Drapeau du Liban Liban Illégale Sa possession est illégale. Cependant, il est produit en grandes quantité dans le pays et son usage, tant que ce n'est pas en public, n'est pas un problème majeur[97].
Drapeau de la Lituanie Lituanie Illégale THC inférieur à 0,3 %.. [98]
Drapeau du Luxembourg Luxembourg Décriminalisé THC inférieur à 0,3 %.. Sa possession, son transport et sa consommation sont illégaux. Les poursuites dépendent de la quantité de cannabis possédée. Depuis 2001, la peine de prison a été remplacée par une amende pouvant allé de 250 à 2500 Euros[99].
Drapeau de la Macédoine Macédoine Illégale Si on possède une quantité significative de cannabis, on risque une peine de prison variant de 3 mois à 5 années.[100].
Drapeau de la Malaisie Malaisie Illégale La possession de 15 g de cannabis est assimilée à un trafic punissable de la peine de mort[7],[101]
Drapeau de Malte Malte
Drapeau du Maroc Maroc Illégale/Tolérée dans le rif arabophone Illégale/Tolérée dans le rif arabophone Illégal/Toléré dans le rif arabophone Autorisé dans certains districts du rif arabophones (région de Kutama), tolérée dans le rif arabophone, hors des abords des routes goudronnées La Loi Marocaine hérite des dispositions légales d'époque coloniale. La régie des Kifs concernant la production de cannabis à usage psychotrope, instituée sous Moulay al-Hassan Ier au XIXe siècle a été intégrée sous le protectorat français à la régie des Kifs et Tabacs. Le cannabis était théoriquement acheté par la régie pour être incinéré, afin de favoriser la vente du tabac, produit d'importation issu du commerce, de l'industrie et (partiellement) de l'agriculture française. Cependant, le produit n'a pas été combattu, et il était licite en zone espagnole. Devenu un objet de commerce à grande échelle, une source non négligeable de devise et un moyen de survie confortable pour d'immenses populations, la culture hors des zones couvertes par la régie pré-coloniale, la transformation et la vente à l'étranger (avec l'accord informel des agents de l'État) étaient tolérés dans le Rif arabophone. Cependant, de manière de plus en plus drastique depuis le début des années 1990 et les subventions européennes à la lutte contre les narcotiques, la vente, la possession et l'usage de cannabis sont illégales et conduisent les revendeurs régulièrement en prison, et si les consommateurs sont de moins en moins inquiétés, les débits clandestins se font de plus en plus rare. Cependant, la production et l'exportation n'a jamais diminuée…
Drapeau du Mexique Mexique Décriminalisé Le 21 août 2009, le Mexique a décriminalisé la possession pour « Usage personnel » jusqu’à 5 grammes de cannabis[102]. La culture et la vente sont illégales.
Drapeau du Monténégro Monténégro Illégale [103]
Drapeau du Népal Népal  Technically Illegal (But not regulated)  ⇔  Techniquement illégal (mais non réglementé)
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Décriminalisé Usage médical autorisée Voir aussi Cannabis en Nouvelle-Zélande (en)[104].
Drapeau de la Norvège Norvège Illégale La quantité retenue pour un usage personnel va jusqu’à 15 grammes, au-delà, à l’occasion du 1er délit, la peine est une amende de 1 500 à 5 000 couronnes ; on considère que posséder plus de 15 gr est un trafique et est puni plus sévèrement[105]. Les récidivistes ou les trafiquants risquent des peines de prison. Pour tous les narcotiques, les peines risquées sont les mêmes en ce qui concerne la consommation personnelle, de 6 mois à 2 ans et pour le commerce de 6 mois à 21 ans.
Drapeau du Pakistan Pakistan Légal/Illégale Il y existe des lois interdisant la vente et l’usage abusif du cannabis, mais elles sont très rarement appliquées. De même que le hachich, l’usage occasionnel du cannabis pendant des réunions entre amis est largement toléré en tant que tradition multi-centenaire, ceci bien qu’il soit associé aux parties de la population les plus pauvres. L’état n’a jamais remis en cause l’utilisation du cannabis par les soufis et les hindous comme moyen d’induire l’euphorie. Plus encore, de grandes étendues de terre produisent du cannabis sans contrôle dans la nature[106].
Drapeau du Paraguay Paraguay Illégale [65]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Décriminalisé Décriminalisé 5 grammes maximum par personne Illégal 5 plantes pour usage personnel Dans le cadre de la politique de tolérance, la vente de drogues douces reste punissable, mais le Ministère public ne poursuit pas en justice les coffee shops si ces derniers respectent certaines règles[107],[108].
Drapeau du Pérou Pérou Légal La possession de marijuana est légale tant qu’on ne détient pas une autre drogue en même temps[109]. Son usage est décriminalisé depuis 2003[7].
Drapeau des Philippines Philippines Illégale Comprehensive Dangerous Drugs Act Of 2002, makes provision for restricted medical use[110].
Drapeau de la Pologne Pologne Illégale THC inférieur à 0,3 %.. On 26 May 2011, Poland introduced legislation to terminate the prosecution for possession of small amounts of drugs for personal use. The law introduces the possibility when a person has negligible amounts of drugs for personal use and is not a dealer. The legislation raised the maximum possible penalty for placing a large number of drugs from 10 to 12 years in prison. However, for possession of large quantities of drugs would result up to 10 years in prison (previously up to 8 years)[111].
Drapeau du Portugal Portugal Dépénalisé THC inférieur à 0,3 %.. [112]
Drapeau de Porto Rico Porto Rico Illégale
Drapeau de la République tchèque République tchèque Dépénalisé 5 plantes pour usage personnel Depuis 2010, l’usage du cannabis est toléré à condition de le consommer à son domicile et de ne détenir qu'un maximum d 15 g pour la marijuana et 5 g pour la résine de cannabis[7].
Drapeau de la Roumanie Roumanie Illégale THC inférieur à 0,3 %.. Romania is a leader in hemp fiber, second only to China. However, possession of small quantities of drug preparations is punishable by a small fine of about $150–200 USD. Possession of large amounts may result in 3–6 years of jail time, and sale may result in more than 6 years jail time[113]. Decriminalization proposed[114].
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Décriminalisé Usage médical autorisé La possession peut théoriquement entraîner une peine de prison qui peut aller jusqu’à 5 ans mais, dans les faits, en 2014, un usager surpris avec une petite quantité ne risque qu’une amende à la première infraction[7].
Drapeau de la Russie Russie Consommation tolérée La culture est dépénalisée en 2010 à condition de ne pas posséder plus de 20 plants. Les usagers ne risquent une amende qu'en possession de plus de 6 grammes[7].
Drapeau de la Serbie Serbie Illégale [115]
Drapeau de Singapour Singapour Illégale Cannabis is a Class A drug under the Misuse of Drugs Act, making it illegal to cultivate, sell, or possess[116].
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Illégale Illégale Illégal THC inférieur à 0,3 %.. Illégal[7].
Drapeau de la Slovénie Slovénie
Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka Illégale Le cannabis est illégal bien qu'il soit d'usage fréquent dans la médecine ayurvédique traditionnelle[117].
Drapeau de la Suède Suède Illégale Illégale Illégal THC inférieur à 0,3 %.. Il est illégal de vendre, de transporter, d’acheter ou de posséder du cannabis. Une amende est la sanction la plus fréquente concernant l’usage personnel[118],[119].
Drapeau de la Suisse Suisse Décriminalisée Usage médical autorisé

Aucune peine d’emprisonnement ni d'ordonnance de traitement n’est jamais imposée pour la simple possession ou consommation de cannabis. Le débat fait actuellement rage dans les grandes villes suisses (Genève, Zurich, Berne et Bâle), concernant l’éventuelle légalisation de la vente de petites quantités de cannabis dans des points de vente sous licence[120],[121].

Drapeau de la République de Chine Taïwan Illégale Le cannabis est sur la liste 2 des narcotiques et sa possession peut entrainer jusqu’à 3 années de prison[122].
Drapeau de la Tunisie Tunisie Illégale Illégale Illégal Illégale Sera puni d'un emprisonnement de un à cinq ans et d'une amende de mille à trois mille dinars, tout consommateur ou détenteur à usage de consommation personnelle de plantes ou matières stupéfiantes, hors les cas autorisés par la loi. La tentative est punissable[123].
Drapeau de la Turquie Turquie Illégale Illégale Illégal Illégale
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Illégale Le cannabis est sur la liste 2 des narcotiques et sa possession peut entrainer jusqu'à 3 années de prison.
Drapeau de l'Uruguay Uruguay Légal Légal Légal Légal
Drapeau du Venezuela Venezuela Illégale Depuis le 15 septembre 2010, la possession de 20 grammes de marijuana ou de 5 grammes de marijuana OGM pour sa propre consommation est punissable de 1 à 2 années de prison à la discrétion du juge (Articulos 131 y 153 de la Ley Organica de Drogas).
Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam Illégale [124]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johann Hari, « Pourquoi l’Uruguay légalise le cannabis : Des dealers aux pharmaciens », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  2. L'Uruguay, premier pays au monde à légaliser production et vente de cannabis
  3. Classement des stupéfiants et des psychotropes au niveau international, document pdf publié par l'Agence nationale de sécurité et du médicament (ANSM), avril 2013.
  4. Texte original, Convention unique sur les stupéfiants de 1961 sur le site de la Confédération suisse, consulté le 13 octobre 2013
  5. a, b et c Pages 36 et 37 dans Nicolas Donzé, Marc Augsburger, Cannabis, haschich & Cie: un enjeu pour l'individu, la famille et la société, collection Aire de famille, éditions Saint-Augustin, 2008. (ISBN 2880114373), 9782880114374
  6. « Le cannabis à usage médical autorisé en Australie », directmatin.fr,‎ (consulté le 13 décembre 2016)
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Christophe Carmarans, « Le cannabis dans le monde : de la légalité encadrée à la peine de mort », rfi.fr,‎ (consulté le 13 décembre 2016)
  8. http://laws.justice.gc.ca/fr/showtdm/cs/F-27 Loi sur les aliments et drogues (L.R., 1985, ch. F-27)
  9. Libération avec AFP, « Le Canada va devenir le premier pays du G7 à légaliser le cannabis », sur libération.fr,‎ (consulté le 5 décembre 2015).
  10. Stéphanie Le Bars, « En Alabama, la fumette mène à perpète », lemonde.fr,‎ (consulté le 23 avril 2016)
  11. (en) « National ballot questions », Boston.com (consulté le 5 novembre 2008)
  12. http://www.lesoir.be/actualite/monde/etats-unis-la-californie-2009-05-11-705650.shtml
  13. « Colorado Marijuana Legalization Initiative, Amendment 64 (2012) », ballotpedia.org (consulté le 9 novembre 2016)
  14. Maurin Picard, « Le Colorado légalise la vente de cannabis », in Le Figaro, jeudi 2 janvier 2014, page 5.
  15. « Snoop Dogg lance sa propre marque de cannabis », sur Le Huffington Post (consulté le 4 décembre 2015)
  16. Pierre-Yves Geoffard, « Le cannabis pour relancer la croissance », sur liberation.fr,‎ (consulté le 13 décembre 2016)
  17. « L'Alaska devient le troisième État américain à légaliser le cannabis », lemonde.fr (consulté le 1er mars 2015)
  18. « La consommation de cannabis devient légale à Washington », lemonde.fr (consulté le 1er mars 2015)
  19. (en) « Summary of New Orleans’ Decriminalization Ordinance », sur Marijuana policy project (MPP),‎ (consulté le 27 mars 2016)
  20. a et b (en) Ben Gilbert, « 4 states just voted to make marijuana completely legal — here's what we know », businessinsider.com,‎ (consulté le 22 novembre 2016)
  21. Sarah Diffalah, « Grosse victoire pour la légalisation du cannabis », sur nouvelobs.com,‎
  22. (en) Johnny Green, « Montana Re-Legalizes Medical Marijuana », sur weednews.com,‎ (consulté le 9 novembre 2016)
  23. a et b Aude Massiot, « Cannabis : le bon plant américain », liberation.fr,‎ (consulté le 30 décembre 2016)
  24. http://www.lefigaro.fr/international/2015/02/25/01003-20150225ARTFIG00293-la-jamaique-legalise-le-cannabis.php
  25. a, b, c et d Wakanoho, un sumotori russe victime de la sévérité anti-drogue, AFP sur Aujourd'hui le Japon, le 22 août 2008
  26. Le compte rendu des débats est disponible ici
  27. Dès 2012, des Romands pourront cultiver librement quatre plants de marijuana, mais sans les commercialiser
  28. Voir l'OStup-DFIdu 30 mai 2011
  29. http://www.lematin.ch/suisse/tf-annule-concordat-latin-culture-chanvre/story/25171348
  30. L'amende pour consommation de cannabis sera finalement de 100 francs - RTS
  31. La consommation de cannabis pourrait être punie de 200 francs d'amende
  32. Suisse : L'amende pour consommation de cannabis sera finalement de 100 francs
  33. Voir l'OStup-DFI du 30 mai 2011
  34. a, b et c http://www.admin.ch/ch/f/rs/812_121/a19.html
  35. « Loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes : Modification du 28 septembre 2012 », sur Portail du gouvernement suisse,‎ (consulté le 19 septembre 2016).
  36. Voir les arrêts du Tribunal Fédéral ATF 109 IV 143 et ATF 117 IV 314 consid. 2
  37. Somali fighters destroying shrines, Al Jazeera, 20 décembre 2008
  38. a et b « L'Uruguay adopte la loi sur la légalisation du cannabis », sur Le Monde,‎ (consulté le 23 décembre 2013)
  39. Carte établie selon les données de l'émission Un œil sur la planète diffusée sur France 2 en mars 2011.
  40. guichett - 32000R1673 -
  41. Germany: First patients to receive cannabis from the pharmacy, IACM-Bulletin of 15 February 2009 http://www.cannabis-med.org/english/nav/home-bulletin.htm
  42. http://hanfverband.de/index.php/nachrichten/aktuelles#uebersicht
  43. « L'Allemagne légalise le cannabis à usage thérapeutique », lefigaro.fr,‎ (consulté le 20 janvier 2017)
  44. http://www.infordrogues.be/id/articles.php?lng=fr&pg=13#1
  45. (fi) Un malade obtient une autorisation spéciale pour utiliser le cannabis médical : article tiré du quotidien finlandais Helsingin Sanomat, .
  46. Article R5132-86 du code de la santé publique
  47. Arrêté du 22 août 1990 portant application de l'article R. 5181 pour le cannabis sur le site Légifrance
  48. Site de la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie Question à la MILDT : Y aurait-il des variétés sans THC qui seraient autorisées ? Sont-elles utilisables comme plante d’ornement ? Réponse de la MILDT : Les graines de cannabis dont la teneur en THC est inférieure à 0,2 % sont autorisées en France, à condition toutefois de faire, pour chaque variété, l’objet d’une autorisation par décret. Entre 10 et 20 variétés de cannabis sont donc autorisées. L’utilisation de telles graines n’est donc pas illégale en France et elle se fait depuis longtemps. Mais ces variétés de cannabis n’ont pas d’effet psychotrope et ne correspondent qu’à des utilisations commerciales ou industrielles. Un particulier peut les utiliser pour son besoin personnel (pêche, jardinage, nourriture pour oiseaux…) mais ne peut en faire le commerce ou la production à grande échelle sans autorisation préalable.
  49. « Jugements à l'aveugle », lemonde.fr,‎
  50. 2009/10/09 daniel-vaillant-propose-une-legalisation-controlee-du-cannabis, le monde
  51. Code de la santé publique - Article R5132-86
  52. « Cannabis : pour sauver Marseille, 150 personnalités de la ville demandent la légalisation », lejdd.fr,‎ (consulté le 11 janvier 2017)
  53. The Observer, 27 mars 2005
  54. (en) European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction, Drug use, a growing challenge for EU road safety
  55. Observatoire français des drogues et des toxicomanies, Consommation de cannabis en France : Statistiques
  56. (en) « Cannabis laws: Learn about the legal status of cannabis in countries around the world », Everyone does it (consulté le 17 février 2011)
  57. "(BVerfGE 90, 145 - Cannabis)" Die Cannabis-Entscheidung des Bundesverfassungsgerichts
  58. « La justice allemande autorise la culture de cannabis à des fins médicales », sur Le monde,‎
  59. (en) « US Department of State - International Travel - Saudi Arabia », Travel.state.gov (consulté le 17 février 2011)
  60. (en) « Argentina court ruling decriminalizes marijuana and makes personal use a constitutional right », Daily News, New York,‎ (lire en ligne)
  61. (en) « Australia's cannabis laws », The Age, Melbourne,‎ (lire en ligne)
  62. a et b http://ncpic.org.au/ncpic/publications/factsheets/article/cannabis-and-the-law/ NCPIC Cannabis and the Law Factsheet
  63. « Suchtmittelgesetz §27 », SENSI SEEDS (consulté le 17 mai 2009)
  64. « Statut juridique du cannabis en Belgique », sur http://sensiseeds.com, Sensi seeds (consulté le 28 août 2014)
  65. a et b http://www.erowid.org/plants/cannabis/cannabis_law2.shtml Erowid Cannabis South American laws, March 1995
  66. Law 11.343(pt)
  67. (en) Ясен Люцканов, « Еднократна доза закони », Segabg.com (consulté le 17 février 2011)
  68. (en) « Cannabis Culture Magazine », Cannabisculture.com (consulté le 17 février 2011)
  69. (en) « Siem Reap marijuana prices, and where to buy weed in Cambodia » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Webehigh.com, , consulté le
  70. (en) « Happy Restuarants (sic) in Sihanoukville | Restaurants & Dining », GoSihanoukville.com (consulté le 17 février 2011)
  71. Law No. 20.000 Active since 2005.
  72. (en) « Taxonomic studies of Cannabis in China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Hempfood.com, consulté le
  73. « http://www.cannabis-infos.com/2014/07/la-colombie-pourrait-etre-le-prochain.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le
  74. Transition, 73 - The Mercenary Position
  75. (hr) « Kazneni zakon Republike Hrvatske », Vutra.org (consulté le 27 octobre 2010)
  76. (hr) Ana Smrečki, « Češljanje Kaznenog zakona: Zbog marihuane tek prekršajna odgovornost », Nacional,‎ (lire en ligne)
  77. (hr) Ivanka Toma, « Vecernji.hr - Poslodavac u zatvor ako ne isplati plaće, Aktualno, hrvatska, politika », Večernji list,‎ (lire en ligne)
  78. (en) « Cyprus Marijuana Laws - Cannabis Legal Status in Cyprus », 1stmarijuanagrowerspage.com (consulté le 29 juin 2011)
  79. (en) « Denmark marijuana laws - cannabis growing and marijuana seeds », 1stmarijuanagrowerspage.com (consulté le 17 février 2011)
  80. (en) Lama Hasan (en), « Egypt's Pot Problem? A Marijuana Shortage », ABC News,‎ (consulté le 31 janvier 2011)
  81. (en) « Ecuador », Drug Law Reform in Latin America (consulté le 31 janvier 2011)
  82. (en) « Law 108 – Ecuador » (consulté le 31 janvier 2011)
  83. (en) « US Embassy, Ecuador – Information for American Citizens » (consulté le 31 janvier 2011)
  84. « Spain », SENSI SEEDS (consulté le 17 février 2011)
  85. (en) « Europe Guide : Maps of Europe by language, religion, population density, hair & eye color, etc », Eupedia.com,‎ (consulté le 17 février 2011)
  86. (en) Carrie Johnson, « U.S. eases stance on medical marijuana », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  87. (en) « Lääkekannabiksen käyttö puhuttaa | Turku », yle.fi,‎ (consulté le 17 février 2011)
  88. « code de la santé publique », Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 17 février 2011)
  89. "Legal status of cannabis in Greece", Mastouria, Mastouria, May 27, 2007, webpage: [1].
  90. Information on the official web site of the Hong Kong Police Force
  91. (en) Minstrel, « DAATH2 > KÖNYVTÁR > Ismertető > Társaság a Szabadságjogokért: Drogjog 1999VOTED VOTE D2ID : 62 », Daath.hu (consulté le 17 février 2011)
  92. (en) « Lög um ávana- og fíkniefni 1974 nr. 65 21. maí », www.althingi.is (consulté le 9 février 2009)
  93. (en) « Drug Abuse Sanctions and Prohibition (Indonesian language) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), , consulté le
  94. (en) « Drug Offences », Dublin, Citizens Information Board,‎ (consulté le 2 juin 2011)
  95. by (en), « La Jamaïque légalise le cannabis », leFigaro (consulté le 17 février 2011)
  96. (en) « When marijuana is legal » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Jordan Times, , consulté le
  97. (en) « In Lebanon, a comeback for cannabis / The Christian Science Monitor », CSMonitor.com,‎ (consulté le 17 février 2011)
  98. (en) « Lithuanias marijuana cannabis law », 1stmarijuanagrowerspage.com,‎ (consulté le 17 février 2011)
  99. Excerpt of the "Mémorial A" of the Luxembourgish legislation http://www.legilux.public.lu/leg/a/archives/2001/0611705/0611705.pdf#page=2 Art. 7 and Art. 8 refer to the usage of narcotics
  100. (en) encod, « European Coalition for Just and Effective Drug Policies », Encod.org (consulté le 17 février 2011)
  101. (en) « Malaysia », Travel.state.gov (consulté le 17 février 2011)
  102. (en) « Mexico Legalizes Drug Possession », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  103. (en) « Projekti - Zakonodavstvo », Stop drogama (consulté le 17 février 2011)
  104. Senat.fr, « Statue du cannabis en Nouvelle-Zélande », Senat.fr (consulté le 17 février 2011)
  105. (no) « Mildere straff for hasjbesittelse », VG Nett, Norvège,‎ (lire en ligne)
  106. http://www.erowid.org/plants/cannabis/cannabis_law.shtml#pakistan Erowid Cannabis legal status vault - Pakistan/Peshawar
  107. « Le statut légal du cannabis aux Pays-Bas », SENSI SEEDS (consulté le 17 février 2011)
  108. « Coffee shops ouvert ou fermé pour les touristes », Guide-coffeeshops,‎ (lire en ligne)
  109. (en) « Código Penal Peruano (Peruvian Penal Code) (es) »
  110. (en) « R.A. 9165 », Lawphil.net (consulté le 17 février 2011)
  111. (en) « Drugs in small quantity and for personal use with no punishment - Poland », Interia.pl,‎ (consulté le 29 mai 2011)
  112. (en) « BBC Portugal legalises drug use », BBC News,‎ (consulté le 17 février 2011)
  113. (en) by Erowid, « Erowid Cannabis legal status vault - Romania », Erowid.org (consulté le 17 février 2011)
  114. (en) « Raport pentru EBA: Comisia prezidenţială susţine dezincriminarea consumului de droguri şi sexul comercial », Antena3.ro,‎ (consulté le 17 février 2011)
  115. (en) « Marihuana Zakon - Srbija i Crna Gora », Vutra.org (consulté le 17 février 2011)
  116. (en) by Erowid, « Erowid Cannabis legal status vault - Singapore », Erowid.org (consulté le 17 février 2011)
  117. (en) « Marijuana Should be Allowed; Sri Lanka Indigenous Medicine Minister Says :: NIDAHASA News », News.nidahasa.com,‎ (consulté le 17 février 2011)
  118. (en) « Microsoft Word - Swedish drug control FINAL_14feb_merged.doc » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le
  119. RättsPM 2009:1 Åklagarmyndighetens Utvecklngscentrum, 2009 (sv)
  120. (en) « Bundesgesetz vom 3. Oktober 1951 über die Betäubungsmittel und die psychotropen Stoffe (Betäubungsmittelgesetz, BetmG) », Admin.ch,‎ (consulté le 17 février 2011)
  121. Initiative populaire « pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse »
  122. (en) by Erowid, « Erowid Cannabis legal status vault - Taiwan », Erowid.org (consulté le 17 février 2011)
  123. by atds, « De la définition des stupéfiants et de l'interdiction de leur culture et de leur circulation », atds.org (consulté le 4 décembre 2013)
  124. (en) « Vietnam police seize eight tons of marijuana », The China Post,‎ (consulté le 17 février 2011)