Meurtre à la Maison-Blanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Meurtre à la Maison-Blanche
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo de la Maison-Blanche, où se déroule une partie du film.
Titre québécois Meurtre au 1600[1]
Titre original Murder at 1600
Réalisation Dwight H. Little
Scénario Wayne Beach
David Hodgin
Acteurs principaux
Sociétés de production Regency Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Policier
Durée 106 minutes
Sortie 1997


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Meurtre à la Maison-Blanche ou Meurtre au 1600 au Québec (Murder at 1600) est un film policier américain réalisé par Dwight H. Little, sorti en salles en 1997. Le long-métrage narre l'histoire d'un policier de la brigade criminelle de Washington, incarné par Wesley Snipes, qui enquête sur le meurtre d'une secrétaire employée à la Maison-Blanche au sein même du bâtiment et qui va être aidée par une femme agent des services secrets, interprétée par Diane Lane, dans sa tâche.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Contexte général[modifier | modifier le code]

Un inspecteur de la brigade criminelle de Washington est chargé d'enquêter sur le meurtre d'une jeune secrétaire au sein même de la Maison-Blanche. Avec l'aide d'une agente des services secrets chargée de le surveiller, il ne tarde pas à comprendre que cette affaire est bien plus complexe qu'il n'y paraît.

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Harlan Regis est un inspecteur de police aguerri de la brigade criminelle de Washington vivant dans un appartement promis à la démolition pour être remplacé par un parking. Un soir, il est appelé sur les lieux d'un crime, le 1600 Pennsylvania Avenue, à savoir la Maison-Blanche, résidence officielle du président des États-Unis. En effet, Carla Town, jeune secrétaire travaillant à la Maison-Blanche, est retrouvée assassinée dans les toilettes, son corps ayant été retrouvé par un concierge. Sur les lieux, il fait la connaissance au directeur des services secrets, Nick Spikings, ainsi qu'au conseiller à la sécurité nationale Alvin Jordan. Le policier fait également la rencontre de l'agent des services secrets Nina Chance, également ancienne tireuse d'élite, que Spikings a chargé de surveiller Regis. Ce meurtre survient au moment même d'une crise politique internationale imminente : en effet, le Président Jack Neil tente de faire face à une situation dans laquelle des ressortissants américains sont retenus en otages en Corée du Nord, tandis que certains membres de son entourage pensent que Neil n'arrive pas à la gérer correctement, car le Président refuse d'envoyer des troupes sauver des otages ce qui provoquerait une potentielle Guerre de Corée.

Le concierge ayant retrouvé le corps de Carla Town est un temps soupçonné mais son témoignage et un élément de preuve clairement établi conduisent Regis à penser que les services secrets pourraient être impliqués. Le soir même, l'appartement du policier est cambriolé, mais le coupable parvient à s'enfuir. Lors d'une fouille ultérieure, Regis retrouve un système d'écoute caché. Sur une photo de la victime, Regis aperçoit Burton Cash, agent chargé de la sécurité de Kyle, le fils du Président et comprend que le fils du Chef d'État couchait avec Carla la nuit du meurtre. Il retrouve la trace d'une ancienne conquête de Kyle, qui lui a vanté avoir partagé Carla avec son père et découvre que la société de l'oncle de Carla a servi de principale collecte de fonds pour le Président. Après avoir découvert que Chance était la garde du corps de Kyle, Regis lui rend visite et la confronte. Cette dernière lui explique qu'elle a découvert que Kyle avait battu sa petite amie, mais lorsque les services secrets ont dissimulés les coups du jeune homme, elle a demande à être réaffectée, étant remplacée par Cash. Regis confronte Kyle, qui nie avoir tué Carla, mais l'informe qu'elle a commandé une voiture, alors qu'elle n'a pas le permis de conduire. Plus tard, Regis et Chance découvrent que les inscriptions les plus récentes du carnet de rendez-vous de Carla ont été falsifiées.

Avec quelques indices laissés par Jordan, Regis découvre que Spikings a retenu plusieurs bandes de surveillance de la nuit du meurtre. Le policier se rend à la résidence de Spikings, accompagné par Chance, pour l'interroger. Alors qu'il est prêt à montrer la bande, Spikings est soudainement tué par un tireur d'élite. Cependant, Régis et Chance échappent aux coups de feu avec la bande. Ils apprennent que Jordan a conçu le meurtre afin de faire chanter Neil pour qu'il démissionne, ce qui permettrait au vice-président Dylan de prendre ses fonctions et d'envoyer des troupes en Corée du Nord.

Regis, Chance et son partenaire Stengel pénètrent dans les tunnels de la Maison-Blanche. Le tireur d'élite les poursuit et blesse Stengel, mais Chance parvient à le tuer. Poursuivi par les services secrets, Regis parvient à peine à entrer en contact avec Neil et à lui présenter les preuves de la conspiration de Jordan. Jordan tente de tirer sur Neil, seulement pour que son tir soit intercepté par une Chance menottée, qui est blessée au bras. Jordan est tué par les services secrets. Chance et Stengel sont amenés à l'hôpital, où ils se remettent de leurs blessures. En reconnaissance pour son sauvetage, Neil promet à Regis de se renseigner sur la commission qui a acheté le bâtiment de Regis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Note : La version française européenne n'a été utilisé qu'au cinéma; le DVD zone 2 contient le doublage québecois.

Production[modifier | modifier le code]

Le producteur Arnold Kopelson a été attiré par le script du long-métrage, après avoir déclaré que « récemment, la Maison-Blanche a été vulnérable à une variété étonnamment large d'agressions »[3]. Avec le producteur Arnon Milchan, il a offert le scénario au réalisateur Dwight H. Little, qui a accepté malgré son expérience de film d'action, il n'avait jamais fait de film à suspense, « et les thrillers politiques sont probablement mon genre de film préféré; j'aime ces films de conspiration séminales des années 70 »[3]. Les cinéastes ont ensuite invité Wesley Snipes, le considérant comme ayant le physique, l'intelligence et l'humour requis pour Harlan Regis, et Snipes a accepté pour la profondeur du personnage et « l'opportunité de jouer un rôle de suspense, qui est généralement réservé aux acteurs plus matures »[3]. Diane Lane a été attirée par le rôle de l'agent Chance parce qu'elle « respecte son code personnel » et l'actrice avait l'expérience de tireuse requise pour le rôle[3].

Bien que des scènes aient été tournées à Washington, les lieux du tournage se trouvaient principalement à Toronto et à proximité de l'Ontario. Comme Les Pleins Pouvoirs occupait l'ensemble de bureaux ovales construit pour Président d'un jour, un nouveau bureau ovale a été construit dans les studios Cinespace à Kleinburg. L'équipe de tournage a effectué de nombreuses visites à la Maison-Blanche pour référence en faisant ce que le concepteur de la production Nelson Coates a décrit comme la recréation « la plus précise sur le plan architectural » de la pièce. Le bureau ovale se trouve toujours au studio et a été utilisé dans des productions telles que Dick, les coulisses de la présidence et The Sentinel[4],[5].

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
25 826 788 $[6] 12[7]
Drapeau de la France France 342 153 entrées[6] 5[8]
Monde Total hors États-Unis 15 300 000 $
Monde Total mondial 41 126 788 $

Meurtre à la Maison-Blanche sort au printemps 1997 aux États-Unis et prend la troisième place du box-office lors de son premier week-end d'exploitation (derrière Anaconda, le prédateur et Menteur, menteur avec près de 8 millions $ de recettes le week-end de sa sortie, pour une diffusion de 2 152 salles[9], qui augmentera jusqu'à 2 158 salles durant toute son exploitation en salles[9]. Finalement, le long-métrage peine à se stabiliser et finit avec 25,9 millions $[6]. À l'international, le film ne rapporte que 15,3 millions $[6], portant le cumul mondial à 41,1 millions $ de recettes[6]. Le film est considéré comme un échec commercial[10].

En France, le long-métrage, sorti durant l'été 1997 dans 203 salles, ne parvient qu'à prendre que la troisième place du box-office avec 146 447 entrées en première semaine d'exploitation[6]. En trois semaines, Meurtre à la Maison-Blanche n'est arrivé qu'à totaliser 287 416 entrées[6]. En fin d'exploitation, le film finit avec 342 135 entrées[6].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage VQ du film », sur Doublage Québec (consulté le 5 janvier 2019).
  2. « Murder at 1600 », sur Bombreport.com (consulté le 26 mars 2020).
  3. a b c et d « Murder at 1600 - About The Production », sur www.filmscouts.com
  4. Linda Lee, « Oval Offices, by Way of Hollywood »
  5. Torontoist, « Reel Toronto: Murder at 1600 »,
  6. a b c d e f g et h « Meurtre à la Maison-Blanche [Murder at 1600 (1997)] », sur Jpbox-office.com (consulté le 11 août 2017)
  7. (en) « Weekend Domestic Chart for July 4, 1997 », sur The Numbers (consulté le 28 mars 2020).
  8. « Meurtre à la Maison-Blanche », sur CBO Box-Office (consulté le 28 mars 2020).
  9. a et b (en) « Murder at 1600 », sur Box Office Mojo, IMDb (consulté le 11 août 2017)
  10. Google Livres (consulté le 28 mars 2020).

Lien externe[modifier | modifier le code]