Maximus (évêque de Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maximus
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Évêque de Genève (?)
- (?)
Biographie
Naissance
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Date et lieu inconnusVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Maximus (Maxime) est un évêque de Genève du VIe siècle. Maximus est placé au 9e rang des évêques dans la liste de la Bible de Saint-Pierre, mais il n'est que le cinquième attesté par les sources.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maximus (Maxime) semble avoir été élu évêque de Genève vers 512-513[1].

Selon l'abbé et historien Louis Duchesne (1894), ses travaux l'amènent à indiquer que son père aurait été Florentinus (Florentin)[2]. Les auteurs du Régeste genevois (1866) mentionnent ce sénateur de la cité de Genève élu vers 513, mais qui aurait refusé[3],[2].

Maximus est mentionné dans plusieurs lettres d'Avit, archevêque de Vienne, dont Genève est suffragant, et ami de Maximus[1]. L'une d'elles nous indique que lors d'une homélie dans la basilique Notre-Dame de Genève, vers 513/516, l'évêque Maximus est absent[4]. Dans une autre, Avit regrette cette absence, mais remercie Maximus pour ses cadeaux[4].

Vers 513, il fait édifier une église sur les vestiges d'un ancien temple romain, à Annemasse, dans la banlieue de Genève[1]. L'archevêque Avit prononce à l'occasion de la consécration, vers 515, une homélie[5],[1].

Il fait partie des évêques qui conseillent à Sigismond, fils du roi des Burgondes, Gondebaud, de faire édifier un monastère à Agaune, en l'honneur du saint patron Maurice[1]. Le , l'abbaye est inaugurée en présence d'un grand nombre d'évêques, dont Maximus et l'archevêque Avit, de comtes et de grands seigneurs de la région[6]. En 516, Sigismond est proclamé roi par son père qui meurt peu de temps après.

Maximus est présent au concile d'Épaone, en 517[7],[2],[1]. Il prend part aussi au concile provincial de Lyon (entre 518 et 523)[7],[2],[1].

Les auteurs du Régeste genevois (1866) le mentionnent comme étant présent au quatrième concile d'Arles de 524[7], au second concile d'Orange et au concile de Vaison, qui ont eu lieu en 529[8]. Toutefois, ces deux participations sont présumées puisque Maximus n'est mentionné dans les listes épiscopales — l'Helvetia Sacra (vol. 3, coll. Le diocèse de Genève, l'archidiocèse de Vienne en Dauphiné, 1980), ou encore l'ouvrage collectif Le diocèse de Genève-Annecy (1985)[9], utilisés pour l'article du Dictionnaire historique de la Suisse (2007)[10] —, que jusque vers 523.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Ansgar Wildermann /trad. : Florence Piguet, « Maximus » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. a b c et d Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule. Provinces du Sud-Est (tome premier), vol. 3, Paris, Thorin et fils, , 356 p. (lire en ligne), p. 223.
  3. Régeste genevois, 1866, p. 17, REG no 49 (présentation en ligne).
  4. a et b Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349 (Tome 1, Fascicules 1-3), Impr. valentinoise, (lire en ligne), pp. 43-44.
  5. Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349 (Tome 1, Fascicules 1-3), Impr. valentinoise, (lire en ligne), pp. 47-48.
  6. Régeste genevois, 1866, p. 18, REG no 52 (présentation en ligne).
  7. a b et c Régeste genevois, 1866, p. 21, REG no 56, REG no 57 (présentation en ligne).
  8. Régeste genevois, 1866, p. 22, REG no 62, REG no 63 (présentation en ligne).
  9. Henri Baud (éditeur scientifique), Louis Binz (contributeur), Robert Brunel (contributeur), Paul Coutin (contributeur), Roger Devos (contributeur), Paul Guichonnet (contributeur), Jean-Yves Mariotte (contributeur) et Jean Sauvage (contributeur), Le Diocèse de Genève-Annecy, Paris, Editions Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France », , 331 p. (ISBN 2-7010-1112-4, notice BnF no FRBNF34842416, lire en ligne).
  10. Catherine Santschi, « Genève (diocèse, évêché) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Lullin et Charles Le Fort, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l'histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l'année 1312, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 542 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]