Maxime Decout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maxime Decout
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
Nationalité
Activités
Universitaire, essayisteVoir et modifier les données sur Wikidata

Maxime Decout, né le , est un universitaire et essayiste français. Il est membre junior de l'Institut universitaire de France.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Après un bac S et une formation en CPGE au Lycée Champollion de Grenoble, il rejoint l'Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon. Après son doctorat en médecine vétérinaire, il passe le CAPES (2004) puis l'agrégation (2005), en parallèle de son master de lettres modernes à Lyon 3 et de son poste de vétérinaire remplaçant.

En , il soutient sa thèse sur Albert Cohen : la "geste des Juifs". Des origines trouées aux déchirements messianiques, dirigée par Jean-Pierre Martin (Université Lyon 2). Après 4 ans comme TZR, il enseigne en hypokhâgne à Sainte-Marie Lyon (2009-2012) puis devient maître de conférences à Lille 3 (2012-2019). Il est désormais (2019) professeur (habilité à diriger des recherches) à l'université d'Aix-Marseille.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Direction d'ouvrages
  • Europe, « Romain Gary », juin-, no 1022-1023 (en collaboration avec Julien Roumette)
  • Europe, « Patrick Modiano », , no 1038
  • Tsafon, « Écrivains juifs de langue française », no 70, automne 2015 (en collaboration avec Nelly Wolf)
  • Cahiers Albert Cohen, « Albert Cohen : la littérature à l’épreuve », no 25, 2015 (en collaboration avec Mathieu Bélisle)
  • Au nom du Père : les réécritures contemporaines de la Passion, Paris, Classiques-Garnier, (en collaboration avec Émilie Walezak)
  • Revue des Sciences Humaines, « Écrits de guerre : laboratoires esthétiques », no 326, mai- (en collaboration avec Hélène Baty-Delalande)
  • Roman 20-50, « Osnabrück et Si près d’Hélène Cixous », no 63,
  • Les Appropriations du discours antisémite, Paris, Le Bord de l’eau, (en collaboration avec Nurit Levy et Michèle Tauber)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Maxime Decout | Aix-Marseille Université - Academia.edu », sur otmed.academia.edu (consulté le 25 janvier 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]