Maurice Farman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Farman
Description de cette image, également commentée ci-après

Maurice Farman au volant en 1908

Naissance
Paris
Décès (à 86 ans)
Paris
Nationalité française
Profession
Constructeur et pilote pionnier de l'aviation
Famille

Maurice Alain Farman, né le à Paris où il est mort le , est un champion français de course automobile, un aviateur et un concepteur et constructeur d’aéroplanes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris de parents anglais, Maurice Farman et ses frères Dick Farman et Henri Farman furent des pionniers et des inventeurs importants dans l’histoire de l’aviation en Europe.

Cyclisme et automobile[modifier | modifier le code]

Champion de cyclisme en tandem avec son frère, et champion de France de vitesse individuelle en 1894 sur le kilomètre, Maurice Farman fit ses premières courses automobiles avec des automobiles Panhard (9e du Paris-Bordeaux 1899[1],[2] et gagna en 1901 le Grand Prix de Pau, première course à être dénommée « Grand Prix » (devant son frère Henri, quant à lui sur Darracq), avant de terminer deuxème du Paris-Bordeaux. En mai 1902, il remporta le Circuit du Nord, course aller-retour de Paris à Arras. Il participa aussi cette même année à la Course de Paris à Vienne remportée par Marcel Renault. En 1903 il fut de la course automobile Paris-Madrid, tout comme son frère Henri. Il s’essaya également au commerce et à la construction d'automobiles.

Aéronautique[modifier | modifier le code]

En janvier 1909, l'Aéro-Club de France lui décerne le brevet de pilote no 6[3]. Cette même année, il établit de nouveaux records d’endurance et de vitesse. Le 9 décembre 1909, il réalise alors le plus long raid aérien de ville à ville depuis Versailles (terrain de Buc) jusqu'à Chartres[4], soit 70 kilomètres, sur un appareil biplan[5]. En juin 1910, lors d'une sortie dans les airs avec Georges Besançon, secrétaire général de l’Aéro-Club, il est victime d'un accident dans la chute de son avion. Maurice Farman souffre de contusions, Georges Besançon est blessé au bras et à la tête[6].

Maurice Farman ne tarde pas à fabriquer lui-même ses aéroplanes et crée avec ses frères une compagnie d’aviation, les lignes aériennes Farman, en 1912.

Il publie un ouvrage aéronautique, Les Merveilles aériennes, chez J. Fritsch en 1896.

Remarque[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Maurice Farman est commandeur de la Légion d'honneur[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 1899 Grand Prix (Team DAN, et suivants)
  2. (l'un des deux frères terminant quatrième du Bordeaux-Perigueux-Bordeaux en 1900 sur Mors 1900 Grand Prix (Team DAN))
  3. Émile Jean Lassalle, Les 100 premiers aviateurs brevetés au monde et la naissance de l'aviation, éditions Nautiques et Aérospatiales, 1960, 2e Partie, Table des cents brevetés.
  4. Carte du trajet suivi pour le raid sur le site de la bibliothèque numérique Gallica de la BNF.
  5. « Le 9 décembre 1909 dans le ciel : Maurice Farman signe le plus long raid de ville à ville » sur air-journal.fr, le 9 décembre 2013.
  6. Le 5 juin 1910 dans le ciel : Maurice Farman chute avec un passager sur air-journal.fr, 5 juin 2013
  7. « Dossier dans l'ordre de la Légion d'honneur d'Allan, Maurice, Mudford Farman », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]