Mary Beth Edelson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mary Beth Edelson
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Mouvement

Mary Beth Edelson née en 1933 à East Chicago, dans l'Indiana, est une artiste américaine pionnière du mouvement artistique féministe et considérée comme l'une des « artistes féministes de première génération ». Elle est également active dans le mouvement des droits civiques. Mary Beth Edelson utilise notamment les techniques de la gravure, du collage, de la peinture, la photographie et les performances artistiques. Ses œuvres ont été présentées dans des musées tels que le Museum of Modern Art et le Smithsonian American Art Museum.

Biographie[modifier | modifier le code]

Encouragée par ses parents, Mary Beth Edelson commence à s'intéresser à l'art et à l'activisme à environ 14 ans[1],[2].

De 1951 à 1955, Mary Beth Edelson étudie à l'université DePauw de Greencastle dans l'Indiana tout en étudiant en parallèle à l'école de l'Institut d'art de Chicago (1953-1954)[3]. Ses œuvres sont exposées en 1955 lors d'une exposition pour les étudiants de troisième année où l'une de ses peintures a été jugée inconvenante. Des membres du corps enseignant en colère ont exigé que les œuvres soient retirées du spectacle ce qui a entraîné une manifestation à l'université[2].

Après avoir obtenu son diplôme de l'École de l'Institut d'art de Chicago, Mary Beth Edelson déménage à New-York où elle s'inscrit à un programme d'études supérieures à l'Université de New York. En 1958, elle obtient sa maîtrise ès art[2].

Mary Beth Edelson réside à New-York au milieu des années 1950 puis habite à Indianapolis où elle est propriétaire d'une galerie d'art jusqu'en 1968, année de son déménagement à Washington. Edelson retourne à New York dans les années 1970[4],[5].

Mouvements féministes et des droits civiques[modifier | modifier le code]

Au cours de la seconde moitié des années 50, Mary Beth Edelson devient active dans le mouvement féministe émergent ainsi que dans le mouvement des droits civiques[4]. En 1968, elle établit la première conférence du pays sur les femmes dans les arts visuels à Washington DC[4]. Mary Beth Edelson présente son premier discours féministe au John Herron Art Institute[6].

Chrysalis et le collectif Heresies, y compris la publication du journal Heresies, ont été fondés en partie grâce aux efforts de Mary Beth Edelson. De 1992 à 1994, elle s'implique dans la direction du Comité sur la diversité et l'inclusion ainsi que la Women's Action Coalition (WAC)[2],[7].

Mary Beth Edelson est membre du Title IX Task Force, un groupe d'action dont le but est d'augmenter la visibilité des peintures et sculptures de femmes dans les musées, conformément à la loi de 1964 sur les droits civils qui interdit la discrimination sexuelle aux organisations financées par le gouvernement fédéral. Le groupe, constitué en 1998, a déposé une plainte auprès du National Endowment for the Arts contre le Museum of Modern Art, le Guggenheim Museum et le Whitney Museum of American Art[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

L'art conceptuel féministe de Mary Beth Edelson se compose de sculptures en bronze, de peintures, de collages, d'estampes, de boîtes à histoires et de croquis. Elle est également photographe, autrice et artiste de performance[2],[4] et a donné des conférences dans des musées et des universités partout en Amérique du Nord[6].

Mouvement artistique féministe[modifier | modifier le code]

Mary Beth Edelson est considérée comme l'une des «artistes féministes de première génération», un groupe qui comprend également Rachel Rosenthal, Carolee Schneeman et Judy Chicago[9]. Travaillant dans le cadre conceptuel plus large du mouvement artistique féministe des années 1970, les peintures, collages et performances de Mary Beth Edelson ont défié les valeurs patriarcales hégémoniques. Les thèmes courants dans le travail de Mary Beth Edelson de cette période incluent : les anciennes figures de déesses telles que « l'énigmatique Baubo, le rusé Sheela-na-gig, une déesse des oiseaux égyptienne et les déesses des serpents Minoen »[10] ; références à la culture populaire et subversions de scènes historiques de l'art[2]. Lucy Lippard décrit l'approche d'Edelson dans son travail artistique comme suit : « Le travail de Mary Beth Edelson découle de la double force du féminisme. À l'instar de la grande déesse à qui elle a dédié son art, elle se retrouve dans au moins deux grands aspects : la rage politique et l'affirmation qui donne la vie. Les deux se fondent dans une identification individuelle avec le moi collectif »[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mary Beth Edelson », The Frost Art Museum Drawing Project (consulté le 11 janvier 2014)
  2. a b c d e et f « Mary Beth Adelson », Clara - Database of Women Artists, Washington, D.C., National Museum of Women in the Arts (consulté le 10 janvier 2014)
  3. « CLARA », clara.nmwa.org (consulté le 3 juin 2018)
  4. a b c et d Joan M. Marter. The Grove Encyclopedia of American Art. Oxford University Press; 2011. (ISBN 978-0-19-533579-8). pp. 136–137.
  5. « Oral history interview with Mary Beth Edelson, 2009 Feb. 1-16 », Archives of American Art, Smithsonian Institution (consulté le 10 janvier 2014)
  6. a et b « Mary Beth Edelson | Time Line », www.marybethedelson.com
  7. « About Mary Beth Edelson », Digital Collections: !Women Art Revolution, Stanford University (consulté le 10 janvier 2014)
  8. David E. Bernstein, You Can't Say That!: The Growing Threat to Civil Liberties from Antidiscrimination Laws, Washington, DC, Cato Institute, (lire en ligne), p. 38 via Questia (subscription required)
  9. Thomas Patin and Jennifer McLerran, Artwords: A Glossary of Contemporary Art Theory, Westport, CT, Greenwood, (lire en ligne), p. 55 via Questia (subscription required)
  10. (en-US) « Mary Beth Edelson », www.artforum.com (consulté le 3 juin 2018)
  11. Lucy Lippard, “Fire and Stone: Politics and Ritual,” in Seven Cycles: Public Rituals, 1980.