Marie Lambert (femme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marie Lambert
Illustration.
Fonctions
Députée du Finistère

(2 ans, 11 mois et 19 jours)
Législature Ire (Quatrième République)
Groupe politique Communiste
Biographie
Nom de naissance Marie-Yvonne Perrot
Date de naissance
Lieu de naissance Landerneau (Finistère)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Le Kremlin-Bicêtre
(Val-de-Marne)
Nationalité Française
Parti politique PCF
Père Yves Perrot
Mère Marie Frigent
Conjoint Henri Lambert
Georges Gosnat
Profession Journaliste

Marie Lambert (de son nom de naissance Marie-Yvonne Perrot[1]), née le à Landerneau (Finistère) et morte le au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), est une femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille d'agriculteurs, Marie-Yvonne Perrot est la fille d'Yves Perrot et de Marie Frigent[2].

Alors qu'elle est employée de la Poste, elle s'engage dans les Francs-tireurs et partisans et accède au grade de sous-lieutenant. Elle adhère au PCF en 1943[3].

Après la Libération, Marie Lambert rejoint le PCF dont elle devient secrétaire fédérale pour le Finistère puis, au printemps 1945, elle est élue conseillère municipale de Landerneau, sa ville natale.

Elle se présente aux élections législatives de juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale constituante et figure en quatrième position sur la liste du PCF conduite dans le Finistère par le journaliste Pierre Hervé, mais la liste n'obtient que deux élus. Marie Lambert, toujours en quatrième position sur la liste du PCF, doit à la démission de Pierre Hervé, en désaccord avec la ligne politique imposée par la direction du Parti, de faire son entrée au mois de juin 1948 à l'Assemblée nationale. Durant son mandat au palais Bourbon, elle siège dans plusieurs commissions : reconstruction et dommages de guerre ; agriculture. Elle se représente aux élections législatives du 17 juin 1951 et subit le recul de la liste communiste conduite par Alain Signor qui ne recueille plus que 78 541 voix sur 375 012 suffrages exprimés.

Marie Lambert abandonne alors la vie politique et se consacre au journalisme, travaillant pour plusieurs journaux de la presse communiste française : successivement rédactrice au service de politique étrangère de L'Humanité puis au service politique de l'hebdomadaire France Nouvelle ; elle prend ensuite la direction du journal Femmes françaises.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Elle se marie en premières noces le avec Henri Lambert ; ils divorcent en .

En secondes noces, elle épouse, le à Ivry-sur-Seine, Georges Gosnat, député communiste.

Elle est inhumée au cimetière communal Monmousseau d'Ivry-sur-Seine[4].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Mandat local[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Assemblée nationale, « Marie Lambert - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 1er février 2018).
  2. « Généalogie de Marie Yvonne PERROT », sur Geneanet (consulté le 1er février 2018).
  3. Site de la section de Quimper du PCF.
  4. Voir sur bertrandbeyern.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]