Maria Koleva (réalisatrice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Maria Koleva (cinéma))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maria Koleva.

Maria Koleva, née le 2 octobre 1940, à Sofia, Bulgarie, est une réalisatrice indépendante d'expression française, écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingénieur chimiste de formation, Maria Koleva s'installe à Paris au début des années 1970, où elle entreprend une carrière de cinéaste indépendante et d'auteur dramatique.

Son film L'état de bonheur...permanent (1981)[1], premier film-livre, journal-fresque d'environ quatre heures, connaît une sortie commerciale, après avoir reçu le Grand prix au Festival de Belfort — première manière, avant l'arrivée de Janine Bazin — (1981), et attire l'attention sur son auteur. Constitué de morceaux hétéroclites (souvenirs d'enfance en Bulgarie à l'aube du communisme, interview d'une sœur ayant perdu ses repères, hyper-subjectivité revendiquée, coups de projecteurs sur l'actualité — références à Rudi Dutschke et Pierre Goldman assassinés —ce film se veut un document sur son époque. Après cet essai tourné en 16 millimètres, diffusé en salles, elle sort en 1983 les sept premières leçons des douze leçons de théâtre d'Antoine Vitez, et "La Voiture", une de ses pièces filmée.

Durant les années qui suivent, elle prépare ses futurs films de fiction, en formant des amateurs pour y jouer, et elle présente les Films Vivants, joués devant les spectateurs, chez elle, dans le futur "Cinoche Vidéo".

En 1989, elle fait une grève de la faim de quarante jours pour que la télévision française accepte les films français qui ne sont pas produits par elle, pour les diffuser. Cette grève de la faim tend aussi à sensibiliser journalistes et autorités de tutelle sur le cas des cinéastes indépendants[2]. Voir son livre -journal de bord-, "Enfin, rompue la chaîne de la mort...aux éditions "L'Harmattan".

Pour briser les lois de la diffusion, elle projette, depuis 1991, ses films chez elle, Boulevard Saint-Michel, dans un lieu qu'elle nomme Cinoche Vidéo [3].

À partir de cette date, elle tourne surtout en vidéo numérique. Les sujets de ses films sont variés, mais ils sont presque tous ouvertement politiques, ou, du moins, citoyens. "L'Internationale des Fonctionnaires, Avignon 2024, les Petits contre les Grands", film de fiction, 5 heures, touche profondément les problèmes de contagion virale et responsabilité humaine, en incluant les médias. En 2007, elle réalise et produit Les Bogomiles ou les Aimés de Dieu, comme disaient les gens", film de fiction documentaire, 5 heures, exact (130 points vérifiés par deux académiciens), sur le mouvement spirituel et économique, parti de la Bulgarie à partir du IXème siècle, et qui, au XIIème siècle, a eu son apogée chez les Cathares[4], au sud de la France. Les communes paysannes au XIIème siècle des Bogomiles et des Cathares ont réalisé la Fraternité Universelle en Europe, à la base de Liberté-égalité-fraternité (repris plus tard par la grande Révolution française de 1989).

Depuis 2000, elle filme manifestations, mouvements sociaux, et philosophes d'avant-garde, "tous unis pour réussir les communes paysannes du douzième siècle avec la technologie d'aujourd'hui la plus adaptée à servir l'être humain" (Maria Koleva).

Maria veille au grain, à ce que les programmes de ses séances apparaissent clairement, et en détail, toutes les semaines, dans Pariscope et L'Officiel des spectacles: une forme de résistance exemplaire au système. Très proche d'Antoine Vitez, à ses débuts, elle lui a consacré les "douze leçons de théâtre d'Antoine Vitez" et "Paroles Tues ou aimer à Paris en étrangère", l'échange de leur correspondance et sur la théorie du metteur en scène d'avant-garde. Elle a réalisé, à ce jour, des centaines d'œuvres[5]cinématographiques et quelques œuvres littéraires, comme "Pratiquons nos idées", "Sonata Bio-quanta ou Faust musicien", "Ophélie fait la Grève de la faim avec docteur X en arrière-plan", "cinéma de luxe, cinéma de m...", etc..

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Audé, Cinéma d'elles 1981-2001, L'Âge d'homme, 2002, p. 133

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]