Marc Bayard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marc Bayard est conseiller au développement culturel et scientifique au Mobilier national. Il est également critique et historien de l’art, commissaire d’exposition et éditeur. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages. Il a créé le mouvement Slow Made.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en sciences politiques et droit public (Université Paris II), il a entamé un cursus d’histoire de l’art et est devenu docteur de l’E.H.E.S.S. en 2003[1]. Il a bénéficié de la bourse de l’École française de Rome, de celle du Ministère des Affaires étrangères (Bourse Lavoisier), celle du Centre allemand d'histoire de l'art de Paris et il a été pensionnaire à l’Académie de France à Rome-Villa Médicis[2].

Ses recherches ont porté sur le décor de théâtre français au XVIIe siècle et sur l’art du dispositif (la théâtralité picturale) dans l’art italien des XVIe et XVIIe siècles. Il a publié de nombreux articles sur ces sujets. Il a dirigé pendant 6 ans le département d’histoire de l’art de la Villa Médicis (2004-2010). Dans ce cadre, il a été rédacteur en chef de la revue Studiolo, directeur de la collection d’histoire de l’art de l’établissement et directeur scientifique de plusieurs ouvrages[3]. Il a créé la bourse André Chastel pour les chercheurs en histoire de l’art[4]. Il a également dirigé de nombreux colloques et a mené plusieurs actions en vue de la valorisation du patrimoine mobilier de l’établissement (peintures, tapisseries, meubles, sculptures en plâtre).

En 2011, il a été membre du cabinet du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, chargé de l’histoire de l’art, du Festival de Fontainebleau et du Centenaire André Chastel. Depuis fin 2011, il est conseiller au développement culturel et scientifique au Mobilier national[5].

Il est responsable des activités pédagogiques, du programme scientifique des « Rencontres des Gobelins » (que l’on peut retrouver sur France Culture Plus) et d’un programme de recherche sur l’histoire du garde-meuble en Europe. Il assure enfin la direction artistique de la Carte blanche des artistes contemporains qu’il a créée à la Galerie des Gobelins.

Il est, à titre bénévole, directeur de la collection Protea chez l’éditeur de Rome « L’Erma di Bretschneider » (Rome)[6] et il a été critique d’art pour le site fait-religieux.com.

En 2012, avec le Mobilier national et l’Institut National des Métiers d'Art, il a créé le mouvement Slow Made, en vue de la promotion des métiers du savoir-faire et de la création. Il est membre du conseil scientifique et culturel de l’INMA (Institut National des Métiers d'Art) depuis 2014[7].

Marc Bayard a été élevé au grade de Chevalier des Arts et des Lettres (2011)[8].

Commissaire d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Granet. Rome et Paris, la nature romantique, Rome, Villa Médicis (2009) ;
  • Histoire de Moïse. Nicolas Poussin et la tapisserie, Rome, Villa Médicis – Paris, Mobilier national (2011) ;
  • Carte blanche à la Galerie des Gobelins (Mobilier national) : Vincent Bioulès (2012), Yan Pei-Ming[9], Pierre Buraglio (2013), Eva Jospin[10], Pierre et Gilles[11] (2014), Olivier Roller (2015), Noé Duchaufour-Lawrance (2016), Jacques Garcia (2017), Mario d’Souza (2018), Maurizio Galante & Tal Lancman, Mathias Kiss (2019), Sheila Hicks (2021).
  • Mobilier du XXIe siècle. La jeune création invente la table du Conseil des Ministres (dans le cadre d'un concours des écoles d'art du Campus métiers d'art et design, Manufactures des Gobelins-Paris), Galerie des Gobelins, sept. 2020.

Publications[modifier | modifier le code]

En tant qu'auteur :

  • Feinte baroque. Iconographie et esthétique de la variété au XVIIe siècle (Somogy, 2010), Présentation de l’ouvrage ;
  • Sacri Monti. Incandescence baroque en Italie du Nord, avec Valère Novarina, (J.-P. Combet éd., 2012)[12] ;

En tant qu’éditeur scientifique :

  • L’histoire de l’art et le comparatisme. Les horizons du détour (2007)[13] ;
  • Renaissance en France, renaissance française ? (2009) ;
  • Rome-Paris, 1640. Transferts culturels et renaissance d’un centre artistique (2010) ;
  • Poussin et la construction de l'Antique (2011) ;
  • Lodève et la manufacture de la Savonnerie. Une histoire à partager (2014), présentation de l’ouvrage
  • L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792) (2016) ;
  • Le design du pouvoir. L'Atelier de Recherche et de Création du Mobilier national (2016).

En tant que coordinateur scientifique :

  • "La Villa Médicis. Le collezioni del Cardinale Ferdinando" (2009, vol. 4.), et "La Villa Médicis. Fonti documentarie" (2010, vol. V), Rome, Ecole française de Rome/Académie de France à Rome/Académie de Beaux-Arts ;
  • "Correspondance du directorat Horace Vernet", Rome, Académie de France à Rome/SHAF (2010).

Mouvement Slow Made[modifier | modifier le code]

Marc Bayard est le créateur du Slow Made. Ce mouvement a été fondé le dans le cadre d’un rendez-vous de l’INMA (Institut National des Métiers d'Art) à la Galerie des Gobelins[14]. Le mouvement est libre et indépendant et il met les savoir-faire au cœur de ses réflexions. Il considère que le respect du temps permettra l’équilibre économique, écologique et culturel du XXIe siècle[15].

Il croit au potentiel économique novateur des savoir-faire, communs aux arts de la mode, aux arts du jardin, aux arts du parfum et aux métiers d'art[16].

Le mouvement Slow Made encourage une éthique responsable du consommateur qui devient acteur grâce à son acte d’achat d’un objet « fait en prenant le temps nécessaire » et porteur de valeurs partagées[17]. Le Slow Made refuse l’obsolescence programmée et la consommation compulsive, et rappelle qu’il est urgent de regarder les savoir-faire comme une chance pour l'environnement. Le mouvement crée des rencontres, des workshops[18], des débats d’idées , et encourage toutes les initiatives qui mettent en avant les valeurs du Slow Made. En 2013, la Documentation française a publié dans la revue « Problèmes économiques » un numéro spécial sur le Slow Made[19]. Le mouvement est parrainé par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les dessins du Mémoire de Laurent Mahelot : enjeux iconographiques et théoriques de l'image du décor théâtral (1625-1640) (lire en ligne)
  2. « Villa medici », sur www.villamedici.it (consulté le )
  3. « Villa medici », sur www.villamedici.it (consulté le )
  4. « Villa medici », sur www.villamedici.it (consulté le )
  5. « Mobilier national », sur www.mobiliernational.culture.gouv.fr (consulté le )
  6. « L%E2%80%99Erma di Bretschneider - Recherche Google », sur www.google.fr (consulté le )
  7. « Organisation INMA - Bureau de l'Institut National des métiers d'arts - INMA (ex SEMA) | Institut National des Métiers d'Art », sur www.institut-metiersdart.org (consulté le )
  8. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres janvier 2011 - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le )
  9. « Vidéos et reportages - L'actualité artistique en vidéo sur Connaissancedesarts.com », sur videos.connaissancedesarts.com (consulté le )
  10. « Gros plan sur la mystérieuse exposition Carte blanche à Eva Jospin » (consulté le )
  11. « Carte blanche à Pierre & Gilles avec Zahia à la Galerie des Gobelins 2014 » (consulté le )
  12. « Sacri Monti, Incandescence baroque en Italie du Nord », sur www.lautremondeparis.com (consulté le )
  13. « L'histoire de l'art et le comparatisme. Les horizons du détour (Sommaire) - Site de test de La tribune de l'art », sur test.latribunedelart.com (consulté le )
  14. INMA Officiel, « Rendez-vous INMA - Slow Made - PART 1/4 - vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le )
  15. « Qui sommes nous ? », sur slowmade.fr (consulté le )
  16. « Le slow made, éloge du temps juste » (consulté le )
  17. valeurs partagées
  18. workshops
  19. La Documentation française, « Le Slow Made une révolution - Ouvrages - La Documentation française », sur www.ladocumentationfrancaise.fr (consulté le )