Manifestations serbes de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Les manifestations serbes de 2008 se réfèrent à l'ensemble des rassemblements, manifestations et protestations s'étant déroulées en Serbie suite à la déclaration d'indépendance du Kosovo du 17 février 2008. Le gouvernement serbe, par l'intermédiaire du premier ministre Vojislav Koštunica, accusa les États-Unis de « violer le droit international en faveur de leurs propres intérêts militaires » et ajouta : « Aujourd'hui la politique de la force pense avoir triomphé en créant un faux État (...) aussi longtemps que le peuple serbe existera, le Kosovo restera serbe »[1].

17 au 20 février[modifier | modifier le code]

21 février[modifier | modifier le code]

La manifestion « Le Kosovo est la Serbie ».

Le 21 février, un rassemblement géant dénommé Le Kosovo est la Serbie (en serbe : Косово је Србија et Kosovo je Srbija), regroupant entre 500 000 et un million de Serbes, est organisé devant le Parlement à Belgrade par le gouvernement serbe. De nombreux manifestants arborent le drapeau serbe tandis que d'autres portent des panneaux où il est écrit Stop à la terreur U.S. Les manifestants sifflent et raillent toute mention aux États-Unis et à l'Union européenne présentes dans le discours de Tomislav Nikolić qui lui-même accuse ces pays d'être responsables du vol du Kosovo[14]. Le président serbe et commandant en chef de l'Armée serbe Boris Tadić a préféré ne pas prendre part au rassemblement.

Les personnalités ayant pris la parole comprennent :

Après le ralliement, les manifestants se dirigent vers le temple de Saint-Sava pour assister à un service religieux. Le Parti libéral-démocrate et la Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine, qui sont représentés au parlement, ne soutiennent pas la tenue du rassemblement et s'abstiennent de toute participation[15],[16].

L'ambassade des États-Unis incendiée, à Belgrade

La manifestation se déroule pacifiquement jusqu'à l'arrivée du cortège devant les ambassades des États-Unis et de Croatie. Là un groupe d'environ 1 000 émeutiers[17] se disperse et commence à s'en prendre aux deux ambassades. L'ambassade des États-Unis est incendiée et celle de Croatie légèrement endommagée[18]. Les pompiers parviennent à maîtriser le sinistre après le départ des manifestants[19]. À environ 17h00 (GMT-5), le service de presse américain CNN annonce que les restes calcinés d'un individu ont été retrouvés sur les lieux du sinistre. Des drapeaux américains et croates sont également brûlés[20]. En réponse, un groupe d'environ 50 manifestants croates brûle le drapeau serbe à Zagreb ; 44 manifestants sont arrêtés par la police croate[21].

Des émeutiers brisent également les vitres de l'ambassade de Slovénie qui, au moment des faits, assure la présidence de l'Union européenne[22]. D'autres ambassades sont touchées comme celles de Belgique, d'Allemagne et de Turquie[23],[24]. À Belgrade et Novi Sad, des McDonald's sont endommagés par les manifestants[25]. Selon des sources serbes, la plupart des émeutiers étaient des hooligans. 54 policiers serbes et 34 civils furent blessés dont un journaliste néerlandais souffrant de côtes cassées[26], ce qui amena des hommes politiques serbes à condamner la dérive violente de la manifestation[27].

Le McDonald's de la place Slavija à Belgrade

Le coût des dégâts fut estimé à plus de 8 millions de dinars serbes[28]. Le Conseil de sécurité des Nations unies répondit aux incidents en publiant un rapport unanime « condamnant dans les termes les plus forts les attaques de la foule contre les ambassades à Belgrade, qui ont eues comme résultat des dommages importants aux bâtiments et qui ont mis en danger le personnel diplomatique » et rappelant que la convention de Vienne sur les relations diplomatiques exige des États la protection des ambassades présentes sur leur territoire[29]. En réponse aux attaques, l'ambassade d'Allemagne communiqua qu'elle cesserait temporairement de délivrer des visas aux citoyens serbes[24].

Des réservistes de l'Armée serbe basés à Kuršumlija manifestèrent au Kosovo et attaquèrent la police kosovare avec des pierres[30]. En outre, un engin explosif fut découvert et neutralisé dans l'enclave serbe du Kosovo Kosovska Mitrovica près d'un bâtiment des Nations unies[31].

Durant le rassemblement, des manifestants affichèrent des portraits du chef serbe de Bosnie Radovan Karadžić, recherché par le tribunal de La Haye, et le drapeau bleu et rouge du parti d'extrême-droite Obraz[32]. À Kraljevo, des militants d'Obraz furent accusés d'avoir vandalisé une église évangélique[28] tandis qu'à Valjevo une entreprise slovène (Sava Osiguranje) fut incendiée, vraisemblablement par de jeunes manifestants[33]. La Radio Télévision de Serbie retira de la grille de diffusion les films et séries américaines les remplaçant par du contenu en provenance d'Espagne et de Russie, pays qui s'étaient déclarés contre l'indépendance du Kosovo[34].

22 février[modifier | modifier le code]

Devant l'ambassade de Croatie, rue Kneza Miloša à Belgrade

Le 22 février, la KFOR commence à interdire l'entrée au Kosovo aux éléments « menaçant l'ordre public » après que plusieurs centaines d'étudiants de Belgrade, Niš et Kragujevac aient tenter d'y pénétrer[35]. Malgré le blocus, plusieurs manifestants parviennent à Kosovska Mitrovica et prennent part à des affrontements avec la police onusienne[36]. Le ministère croate des Affaires étrangères met en garde ses ressortissants et leur demande d'éviter de se rendre à Belgrade. Il annule également le match de basket-ball de la Ligue adriatique opposant le Cibona Zagreb au KK Partizan Belgrade[37], ainsi que le concert du groupe croate Hladno pivo prévu le 29 février[38].

L'ambassade des États-Unis ordonne l'évacuation temporaire du personnel non essentiel. Malgré la protection officielle des bâtiments par la police serbe[39], Rian Harris, porte-parole de l'ambassade, déclare : « Nous n'avons pas confiance en la capacité des autorités serbes à protéger notre personnel »[40]. La Slovénie ferme également son ambassade, recommandant à ses citoyens d'éviter de se rendre en Serbie[41]. L'Union européenne gèle temporairement le processus de négociations pour l'adhésion de la Serbie à l'UE[42]. Pendant ce temps, des organisations nationalistes serbes distribuent des tracts appelant les citoyens à boycotter les banques et les produits provenant de pays soutenant l'indépendance du Kosovo[43].

23 février[modifier | modifier le code]

BBC News annonce que des nationalistes serbes cherchent à isoler la partie nord du Kosovo de Priština par l'intermédiaire d'une stratégie de confrontation, de sabotage et de violence de faible intensité contre les institutions internationales[44]. Les manifestations se poursuivant dans la partie nord de Mitrovica, le personnel européen décide de quitter la zone[45]. L'ambassade des États-Unis poursuit l'évacuation de son personnel qui est redirigé vers la Croatie[46].

Les autorités serbes annoncent avoir procédé à l'arrestation de 200 émeutiers à Belgrade[47]. Dans la journée, la situation à la frontière Serbie centrale-Kosovo revient à la normale[47].

Le Parti libéral-démocrate et la Ligue des sociaux-démocrates de Voïvodine adressent des critiques au premier ministre Koštunica sur sa façon de gérer les événements depuis la déclaration d'indépendance du Kosovo[48].

24 février[modifier | modifier le code]

Après 6 jours consécutifs de protestations à Mitrovica, une foule d'un millier de personnes se réunit et manifeste dans la ville[49]. Malgré ce qu'affirment certains médias serbes, les Serbes de la partie nord du Kosovo n'ont pas quitté le Service de Police du Kosovo (KPS)[50]. L'ambassadeur des États-Unis appelle les dirigeants serbes à faire plus pour protéger les missions diplomatiques étrangères[51].

25 février[modifier | modifier le code]

À Mitrovica, une manifestation réunit environ 2 000 personnes. Le drapeau européen est brûlé[52]. À la frontière entre la Serbie centrale et le Kosovo, 19 policiers kosovars sont blessés lors d'affrontements avec des manifestants serbes. Ces derniers sont dispersés par les forces de maintien de la paix de l'OTAN[53].

26 février[modifier | modifier le code]

Le Conseil de sécurité nationale serbe se réunit pour discuter de l'échec de la police à protéger les ambassades le 21 février[54]. 10 000 manifestants se réunissent à Banja Luka, parmi lesquels un petit groupe parvient à s'approcher des locaux de l'ambassade des États-Unis, endommageant des vitrines de magasins et caillassant la police. Ils sont progressivement dispersés après l'utilisation de gaz lacrymogène par les forces de police[55]. Les manifestations se poursuivent à Mitrovica où des étudiants organisent un match de football opposant une équipe de Serbie à une équipe des États ayant reconnus le Kosovo[56]. Zoran Vujović, le manifestant serbe tué dans l'incendie de l'ambassade des États-Unis est inhumé à Novi Sad[57]. Plusieurs milliers de personnes assistent aux funérailles[57].

27 février[modifier | modifier le code]

L'ONG Human Rights Watch demande au « gouvernement serbe d'agir promptement pour réduire le climat hostile envers les organisations des droits de l'homme » depuis la déclaration d'indépendance du Kosovo[58].

28 février[modifier | modifier le code]

Une manifestation à Valjevo rassemble une foule de plusieurs milliers de personnes[59]

29 février[modifier | modifier le code]

La police serbe lance des procédures judiciaires contre 80 personnes interpellées lors des attaques d'ambassades[60].

5 et 6 mars[modifier | modifier le code]

Plusieurs milliers de personnes manifestent à Mitrovica, plusieurs centaines à Gračanica, dont des policiers serbes suspendus de leur fonction au sein du KPS[61],[62].

14 mars[modifier | modifier le code]

Le tribunal de l'ONU de Mitrovica est investi par 300 manifestants serbes, anciens magistrats, employés et militants, qui réclament son placement sous autorité serbe[63].

17 mars[modifier | modifier le code]

À Mitrovica, des affrontements opposent des militants serbes à des soldats français de la KFOR, qui essuient plusieurs tirs d'armes automatiques. Ces heurts, les plus violents entre forces internationales et manifestants serbes depuis la déclaration d'indépendance du Kosovo, ont éclaté lorsque la police des Nations unies a repris le contrôle du tribunal de l'ONU occupé depuis vendredi. À Belgrade, le ministre serbe chargé du Kosovo, Slobodan Samardžić, parlant de « provocation », exige la libération de la trentaine d'anciens magistrats et employés serbes arrêtés. Un porte-parole des Nations unies annonce que la MINUK a reçu l'ordre de se retirer du nord de Mitrovica[64].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Serbia condemns breakaway Kosovo as "false state" », Reuters (consulté le 17 février 2008)
  2. (en) « Kosovo declares independence », International Herald Tribune Europe (consulté le 17 février 2008)
  3. (en) « Serbia calls for calm protests, cuts diplomatic ties (Roundup) - Europe »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  4. (hr) « Zbog stanja na Kosovu do daljnjeg otkazana Beovizija »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  5. (en) Last night in Subotica a protest was held due in response to the declaration of independence by Kosovo
  6. (hr) « Srpski prosvjednici uništili dvije kontrolne točke UNMIK-a na Kosovu »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  7. (hr) « Samardžić: Demoliranje kontrolnih točaka UNMIK-a je legitimno i u skladu s politikom srbijanske vlade »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  8. (en) « Serbian gangs wreak havoc on Kosovo border »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  9. (en) « SEEbiz.eu - Retailing - Todorić’s Idea attacked in Užice »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  10. (sr) « B92 - Vesti - Neredi u gradovima Srbije - Internet, Radio i TV stanica; najnovije vesti iz Srbije »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  11. (en) « Serbia tries to claw back Kosovo - SBS World News Australia »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  12. (en) « Protesters want Kosovo decision reversed - Breaking News - National - Breaking News »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  13. (en) Niš: Several thousand students protest, B92, 2008
  14. (en) « Al Jazeera English - News - Serb Protesters Attack Us Embassy »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  15. (sr) « :: Liberalno demokratska partija :: Vesti »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  16. (sr) « Liga socijaldemokrata Vojvodine »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  17. (en) « US starts evacuation from Serbia », BBC,‎ 23 février 2008 (consulté le 23 février 2008)
  18. (en) « Belgrade's US Embassy set on fire », Associated Press,‎ 21 février 2008
  19. (en) « Furious U.S. warns Serbs over Belgrade embassy attack »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  20. (hr) « U Beogradu napadnute hrvatska i američka ambasada - Jutarnji.hr »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  21. (hr) « Gnjevni Boysi zapalili srpsku zastavu - Jutarnji.hr »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  22. (en) « Kosovo declares independence from Serbia; Russia protests, warning it will stir conflict », Charleston Daily Mail,‎ 17 février 2008 (consulté le 17 février 2008)
  23. (hr) « DNEVNIAVAZ.BA - Multimedija - Huligani pale i ruše sve pred sobom! »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  24. a et b (en) German embassy stopped giving visas to Serbian citizens, Večernji list
  25. (en) « Serbian president rejects Kosovo independence declaration », Adelaide Now,‎ 17 février 2008 (consulté le 17 février 2008)
  26. (en) « Ongoing violence threatens relations with Serbia – EU - News news »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  27. (sr) « Blic Online »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  28. a et b (en) Account of yesterday's chaos, B92, 22 février 2008
  29. (en) « U.N. council condemns Belgrade embassy attacks », Reuters,‎ 21 février 2008 (consulté le 21 février 2008)
  30. (hr) « Srbijanski rezervisti kamenjem gađali kosovsku policiju na prijelazu Merdare »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  31. (en) « Javno - World »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  32. (en) « Belgrade Riots - Photo Essays - TIME »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  33. (en) Office of Slovenian firm Sava Osiguranje set on fire, 22 février 2008
  34. (en) « US-Serb Tension Mounts Over Kosovo - TIME »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  35. (en) « B92 - News - Politics - North Kosovo: UNMIK, students in new disturbance »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  36. (en) « The Associated Press: Kosovo Serb Protesters Attack UN Police »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  37. (hr) « Sportal.hr - Cibona vraćena iz Beograda, Partizan garantira sigurnost »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  38. (hr) « Otkazan koncert Hladnog piva u Beogradu - Jutarnji.hr »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  39. (en) « Fresh violence in Kosovo Serb protests - CNN.com »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  40. (en) « US to evacuate staff from Serbia », BBC News,‎ 22 février 2008 (consulté le 22 février 2008)
  41. (sr) « B92 - Vesti - Ambasada Slovenije zatvorena - Internet, Radio i TV stanica; najnovije vesti iz Srbije »,‎ 2008 (consulté le 23 février 2008)
  42. (en) « TODAY'S ZAMAN »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  43. (en) « Serbia gives reminder of defiance under Milosevic - Europe, News - Independent.co.uk »,‎ 2008 (consulté le 22 février 2008)
  44. (en) « Serbs enact plan to sabotage Kosovo »,‎ 2008 (consulté le 23 février 2008)
  45. (en) EU staff flee from Kosovo's split city
  46. « US starts evacuation from Serbia », www.bbc.co.uk, BBC,‎ 23 février 2008 (consulté le 24 février 2008)
  47. a et b (hr) Serbia: Police and Authorities Allowed Attacks, Večernji list, 23 février 2008
  48. (en) Serbia on verge of isolation after riots
  49. (en) Kosovo marks its first full week of independence
  50. (sr) Serbs not leaving the KPS, B92, 24 février 2008
  51. (en) U.S. ambassador angered by Serb violence
  52. (en) Protesters in North Kosovo Burn EU Flag, Associated Press
  53. (en) Protest at Kosovo border post injures 19 police officers
  54. (en) « Serbia probes police inaction during embassy attacks », AFP/Google,‎ 26 février 2008 (consulté le 27 février 2008)
  55. (en) « Bosnian Serbs Try to Storm US Consulate », AP/Google,‎ 26 février 2008 (consulté le 27 février 2008)
  56. (en) « Kosovo Serbs protest independence declaration with mock soccer game », Xinhua,‎ 27 février 2008 (consulté le 27 février 2008)
  57. a et b (en) Serbs mourn youth who died in riots targeting US embassy, International Herald Tribune, 27 février 2008
  58. (en) Serbia: Protect civil society and minorities - Government should unequivocally condemn and quell violence
  59. (sr) Press Online :: Srednjoškolci u protestu zbog Kosova
  60. (en) Serbia Charges 80 People Over Riots
  61. (sr) Press Online :: Protesti Srba u Gračanici
  62. (sr) Protesti na Kosovu – i danas - RADIO TELEVIZIJA VOJVODINE
  63. « Un tribunal de l'ONU pris d'assaut par des Serbes à Mitrovica », EuroNews (consulté le 03-04-2008)
  64. « Violentes manifestations serbes à Mitrovica », Le Monde (consulté le 03-04-2008)