Cortex entorhinal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les neurosciences
Cet article est une ébauche concernant les neurosciences.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Localisation du Cortex entorhinal (en bas de l'image)

Le cortex entorhinal est une zone du cerveau, impliquée dans les mécanismes de l'olfaction et de la mémoire.

Localisation[modifier | modifier le code]

Dans le lobe temporal médian (voire lobe temporal), le long de la scissure rhinale, on peut trouver deux régions corticales importantes, située en dessous de l’hippocampe. Il s’agit du cortex rhinal et du cortex parahippocampique. Le cortex rhinal est lui-même composé de deux sous-régions appelées : cortex entorhinal (aire 28 de Brodmann) et cortex périrhinal.

Fonctions[modifier | modifier le code]

Olfaction[modifier | modifier le code]

Les voies olfactives issues du bulbe olfactif où est traduit le message chimique en message nerveux (transduction), se projettent sur différentes régions du cortex où les informations sensorielles seront traitées. Le cortex temporal médian est le lieu de ce premier traitement, dans le cortex olfactif primaire. Celui-ci est divisé en quatre régions : le cortex piriforme, le noyau olfactif antérieur, le cortex péri-amygdalien et le cortex entorhinal. La caractéristique de l’olfaction est que cette modalité sensorielle est traitée dans du néocortex et du paléocortex (voire néocortex). Le cortex entorhinal est considéré comme un cortex de transition entre les deux, mettant en évidence la nature archaïque du système olfactif. Le cortex olfactif est composé des tubercules olfactif, des noyaux amygdaliens, du cortex piriforme et entorhinal.

Mémoire[modifier | modifier le code]

Le cortex rhinal joue un rôle dans la mémorisation en recevant les informations issues des aires corticales associatives(représentation complexe réalisant la synthèse de différentes modalités sensitives, voire cortex associatif), puis en les transmettant au cortex parahippocampique qui le succède et les transmettent à l’hippocampe. Ainsi, avec le cortex parahippocampique et l’hippocampe, il participe à la consolidation de la mémoire déclarative. L’atteinte de ces structures est responsable d’une amnésie antérograde sévère chez le patient HM, à qui il a été retiré la face médiane des lobes temporaux (voir lobe temporal). De la même façon, on peut remarquer que les plaques amyloïdes formées dans la maladie d’Alzheimer sont particulièrement localisées sur ces structures, notamment l’amygdale, l’hippocampe et le cortex entorhinal, ce qui expliquerait la centralisation des symptômes de cette maladie sur la mémoire.

Localisation dans l'espace[modifier | modifier le code]

En 2005, il a été découvert que le cortex entorhinal contient une carte neuronale de l'environnement spatial chez les rats[1]. En 2014, John O'Keefe, Maj-Britt Moser et Edvard Moser ont reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine, grâce à cette découverte[2].

Les neurones dans le cortex entorhinal latéral présentent peu de sélectivité spatiale[3], tandis que les neurones du cortex entorhinal médian (MEA), présentent de multiples « champs de lieu » qui sont disposés suivant un motif hexagonal, et sont, pour cette raison, appelés « cellules de grille ». Ces champs et l'espacement entre les champs augmentent de la MEA dorso-latéral à la MEA ventro-médiane[1]'[4].

Autres[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de réponses « réflexes », l'association des impulsions de l'œil et l'oreille se produit dans le cortex entorhinal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Torkel Hafting, Marianne Fyhn, Sturla Molden et May-Britt Moser, « Microstructure of a spatial map in the entorhinal cortex », Nature, vol. 436,‎ , p. 801-806 (ISSN 1476-4687, PMID 15965463, DOI 10.1038/nature03721, lire en ligne)
  2. « All Nobel Prizes in Physiology or Medicine », sur www.nobelprize.org (consulté le 17 septembre 2015)
  3. Eric L. Hargreaves, Geeta Rao, Inah Lee et James J. Knierim, « Major dissociation between medial and lateral entorhinal input to dorsal hippocampus », Science (New York, N.Y.), vol. 308,‎ , p. 1792-1794 (ISSN 1095-9203, PMID 15961670, DOI 10.1126/science.1110449, lire en ligne)
  4. Marianne Fyhn, Sturla Molden, Menno P. Witter et Edvard I. Moser, « Spatial representation in the entorhinal cortex », Science (New York, N.Y.), vol. 305,‎ , p. 1258-1264 (ISSN 1095-9203, PMID 15333832, DOI 10.1126/science.1099901, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pinel, J. (2007). Biopsychologie. 6e édition. Paris : Pearson.
  • Boisacq-Schepens, N. & Crommelinck, M. (2000). Neurosciences. Paris : Dunod.
  • Bear, M. Connors, B. & Paradiso, M. (2007). Neurosciences, à la découverte du cerveau. 3e édition. Ed. Pradel.