Mady Andrien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mady Andrien
Mady Andrien L'Ombre.JPG
Mady Andrien : "L'Ombre"
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (79 ans)
EngisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Lieu de travail

Mathilde dite Mady Andrien, née à Engis le , est une sculptrice et dessinatrice belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mady Andrien, élève de Marceau Gillard[1], étudie le dessin et la sculpture à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Liège. Elle y enseigne elle-même entre 1964 et 1994 avant d'en prendre la direction des cours du soir entre 1994 et 2000.

Artiste figurative, elle travaille la terre cuite, le bronze, le polyester, le verre ainsi que les plaques d'acier. Dans la plupart de ses œuvres, elle traite l'optimisme dans la vie quotidienne en représentant la tendresse, l'amour, l'amitié, la joie et la détente.

Dès la fin de ses études en 1960, elle participe à de nombreuses expositions collectives en Belgique mais aussi en France, Allemagne, Pays-Bas, Bulgarie, Grande-Bretagne et Italie. Sa première exposition personnelle a lieu à Anvers en 1967. Depuis lors, plus de quarante expositions lui ont été consacrées.

À Liège, où Mady Andrien réside depuis 1948, plusieurs de ses œuvres monumentales embellissent la ville. Une des sculptures les plus connues des Liégeois est « La Piscine » située près de l'entrée de l'hôpital de la Citadelle.

Ses œuvres de plus petites dimensions sont exposées en galerie ou dans plusieurs musées comme au Musée des beaux-arts de Liège ou au Grand Curtius.

Ses sculptures[modifier | modifier le code]

Liège-Centre[modifier | modifier le code]

Pour visualiser toutes ces sculptures, se rendre à l'arrêt de bus Victor Hugo des lignes TEC 23, 71 ou 72 où se situent « Les Passants ». Ensuite se rendre successivement devant « La Piscine », « Les Principautaires », le haut-relief de la cité administrative, « Au Balcon », « Les Danseurs », « Le Saute-mouton », « L'Ombre » et « Le Rameur ».

Autres[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1961 : Grand Prix de sculpture de la Ville de Liège
  • 1975 : Prix Goebel-Fuerison
  • 1977 : Prix spécial pour la décoration de l'hôpital de la Citadelle, Liège
  • 1981 : Prix de la Société Royale des Beaux-Arts
  • 1988 : Prix René Steen
  • 1997 : Prix de consécration de la Province de Liège
  • 2015 : chevalier du Mérite wallon.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christine Renardy, Liège et l'Exposition universelle de 1905, Renaissance Du Livre, , 318 p. (ISBN 978-2-87415-495-9, lire en ligne), p. 129

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]