Mademoiselle Caroline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mademoiselle Caroline
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Site web
Œuvres principales

Mademoiselle Caroline, pseudonyme de Caroline Capodanno, est une blogueuse, illustratrice et auteure de bande dessinée française née en 1974. Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages d'inspiration autobiographique à partir du début des années 2000, comme Enceinte, Chute libre : carnets du gouffre et Ma vie d'artiste. Elle dessine également La Différence invisible.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caroline Capodanno intègre l'école privée Penninghen, à Paris, où elle suit les cours pendant cinq ans[1]. Son premier contrat de travail est conclu avec une agence de communication[2] puis, en parallèle de ses activités de bédéaste, elle « est aussi illustratrice pour des agences de pub afin d'arrondir ses fins de mois difficiles »[2],[3]. En 2000, elle quitte Paris pour s'installer en Haute-Savoie et en 2008, elle ouvre son blog : Le Journal d'en Haut ; en termes d'influence, elle « voue un culte sans partage » à Claire Bretécher[4].

Mère de trois enfants[5], elle réalise plusieurs ouvrages d'inspiration autobiographique[1],[3]. Après un premier livre, Enceinte, publié en auto-édition (2004), elle poursuit sur le thème de la maternité (Enceinte ! C'est pas une mince affaire en 2010). En 2011, Mamaaaaan ?! Quoi encore ? (City Éditions), qui fait suite à Enceinte, dépeint « avec tendresse et humour » la vie d'une mère de jeunes enfants[6]. En 2012 paraît Quitter Paris, toujours d'inspiration d'autobiographique, dans lequel l'auteure raconte son installation, avec son conjoint, en Haute-Savoie[1].

En 2013 paraît Chute libre : carnets du gouffre, récit narrant ses épisodes dépressifs entre 2003 et 2010[7],[8]. Elle entreprend plusieurs thérapies, sans parvenir à guérir, avant de rencontrer le psy qui lui convient[9]. Durant cette affection, elle tient des carnets dessinés de ses impressions : ces carnets forment la trame du futur roman graphique[9]. L'ouvrage reçoit un accueil critique positif sur Actua BD[10], BD Gest'[11], BoDoï[12], ainsi que dans la presse généraliste[13],[9].

Adaptant une œuvre de Julien Blanc-Gras, Touriste (paru en 2011 aux éditions Diable Vauvert), Mademoiselle Caroline en propose une version illustrée en 2015 (Delcourt)[14]. L'album reçoit un accueil plutôt mitigé[15],[16]. En parallèle, Le mariage pour les nuls paraît la même année[17].

Mademoiselle Caroline réalise en 2016 une affiche pour l'association Arcades afin d'encourager au dépistage du cancer du sein ; en 2017, cette affiche suscite la controverse[18],[19].

S'associant avec Julie Dachez et Fabienne Vaslet pour le scénario, Mademoiselle Caroline dessine La Différence invisible (Delcourt, 2016) qui met en scène le parcours de Marguerite, jeune femme qui se découvre autiste Asperger et décide de changer de vie. L'ouvrage obtient un accueil favorable dans la presse[20]. Dans ce récit « plein d'humour », la dessinatrice illustre les angoisses du personnage principal par l'utilisation du noir et d'un rouge agressif ; lorsque Marguerite change de vie, les couleurs « éclatantes » traduisent son sentiment de libération[21]. Le livre reçoit un accueil très enthousiaste dans plusieurs médias bédéphiles, comme Actua BD[22] ou BDZoom[23].

En 2018, elle publie un nouvel ouvrage d'inspiration autobiographique, Ma Vie d'artiste, dans lequel elle retrace son parcours avec « beaucoup d'humour et d'autodérision »[1],[2].

En 2019 sort L'Homme, un recueil des notes publiées dans son blog, ayant pour sujet son homme. C'est le premier volume d'une nouvelle série Carnet d'aventures ordinaires, suivi par La lose et Les potes.

En 2020, Adoleschiante est publié, toujours aux éditions Delcourt, avec Marie Donzelli au scénario. Aux éditions Delcourt toujours, elle publie également À volonté - tu t'es vue quand tu manges ? écrit à 4 mains avec Mathou.

En 2021, elle publie Le journal de Célia, aux éditions Vuibert, retraçant le parcours d'une infirmière.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  1. Carnet d'aventures ordinaires, (ISBN 2413022783)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Peras 2018.
  2. a b et c « La vie de bohème, une vie d'angoisse », Le Figaro,‎ .
  3. a et b Tran Huy 2018.
  4. Caroline et Police 2014.
  5. Jean-Philippe Diservi, « Mamaaaaan ?! », sur Planète BD, .
  6. Serge Mazel, « Mamaaaaan ?! Quoi encore ?, par Mademoiselle Caroline », Dordogne libre,‎ .
  7. E. L., « Chute libre par Mademoiselle Caroline », L'Express,‎ .
  8. Caroline et Le Saux 2013.
  9. a b et c Camille Destraz, « Mademoiselle Caroline extrait la dépression de la pénombre », Le Matin,‎ .
  10. David Taugis, « Chute libre, carnets du gouffre - Par Mademoiselle Caroline - Delcourt », sur Actua BD, .
  11. M. Leroy, « Chute libre : carnets du gouffre », sur BD Gest, .
  12. Caroline et Roure 2013.
  13. « Un bouleversant voyage illustré dans les méandres de la dépression », Le Figaro,‎ .
  14. D.P., « Touriste », L'Express,‎ .
  15. DT, « Touriste - Par Julien Blanc-Gras & Mademoiselle Caroline - Delcourt », sur Actua BD, .
  16. Benjamin Roure, « Touriste », sur Bodoï, .
  17. Jean-Michel Baclet, « ... pour les nuls. Le mariage », sur Planète BD, .
  18. Laurence Mildonian, « Cancer du sein : l'affiche qui fâche », La Provence,‎ (lire en ligne).
  19. Jean Saint-Marc, « "Délire total" vs "iconographie érotique scandaleuse", polémique autour une affiche contre le cancer du sein », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  20. Stéphane Jarno, « La Différence invisible Mademoiselle Caroline, Julie Dachez », Télérama,‎ (lire en ligne).
  21. Pauline Fréour, « L'éclosion à la vie d'une autiste qui s'ignorait », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  22. David Taugis, « La Différence invisible - Par Julie Dachez & Mademoiselle Caroline-Delcourt », sur Actua BD, .
  23. Gilles Ratier, « La Différence invisible par Mademoiselle Caroline et Julie Dachez », sur BDZoom, .
  24. Mathilde Guegan, « Cher corps », sur BoDoï, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chroniques[modifier | modifier le code]

Interviews[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]