Machine Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Machine Man
Personnage de fiction apparaissant dans
Machine Man.

Nom original Machine Man
Alias Z2P45-9-X-51
(véritable identité, numéro
de série complet)

X-51, Aaron Stack, Mister Machine, Sir MacHinery, Jack Kubrick, Machine Men, Machine Man 2020[1]
Naissance Centre Broadhurst pour le Progrès en recherches mécaniques (Central City, Californie, États-Unis)[1]
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sexe Inapplicable
Espèce Robot humanoïde
Cheveux Noirs (artificiels)[1]
Yeux Rouges[1]
Activité Aventurier, agent gouvernemental, ancien agent du contre-terrorisme, ancien agent d’assurances[1]
Caractéristique Capacités intellectuelles supérieures à la normale
Arme favorite Diverses armes installées dans son corps
Pouvoirs spéciaux
  • Force, vitesse, endurance, durabilité, réflexes et précision surhumaines
  • Bras et jambes télescopiques
  • Peut voler dans les airs en utilisant des disques anti-gravité
Adresse Mobile[1]
Taille et poids 1,82 m pour 385 kg[1]
Famille Célibataire
Abel Stack (créateur, décédé), XERO (« frère », détruit)[1]
Affiliation SHIELD, Les Vengeurs secrets, Nextwave, Les Vengeurs de la Côte Ouest, Heavy Metal (comics), Marvel Zombies, Midnight Wreckers 2020
Ennemi de Madame Menace (Sunset Bain), Arno Stark (Iron Man 2020 (en))

Créé par Jack Kirby
Première apparition (en) 2001: A Space Odyssey #8 (juillet 1977)

(fr) Titans no 32
(mai 1981, avec Machine Man (vol.1) #1)[1],[a]

Éditeurs Marvel Comics

X-51[b], alias Machine Man (aussi connu comme Aaron Stack ou Mister Machine), est un super-héros robotique évoluant dans l'univers Marvel de la maison d'édition Marvel Comics. Créé par Jack Kirby, le personnage de fiction apparaît pour la première fois dans le comic book 2001: A Space Odyssey #8 en juillet 1977, basé sur l'histoire du film 2001 de Stanley Kubrick et du roman 2001 : L'Odyssée de l'espace d'Arthur C. Clarke.

Biographie du personnage[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

À Central City en Californie, le docteur Abel Stack, un scientifique spécialisé en programmation employé par le docteur Oliver Broadhurst au « Broadhurst Center for the Advancement of Mechanized Research », crée un prototype révolutionnaire de robot, qui est ensuite fabriqué pour le compte de l'US Army pour être utilisés au combat. 51 modèles sont conçus, le dernier de la série étant X-51. Le projet est alors supervisé par le colonel Kragg de l'US Army[1].

Mais les robots deviennent rapidement psychotiques et sont atteints de graves problèmes d'identité (schizophrénie, mégalomanie, déséquilibres émotionnels et tendances homicides), certains se retournant contre les humains (comme X-29, qui entraine d'autres robots à attaquer leurs créateurs). Le docteur Stack, persuadé que la solution est de traiter les robots comme de véritables êtres humains, emmène avec lui le dernier prototype, X-51, et l'installe dans sa maison. Il lui fabrique un visage à l'apparence humaine et l’encourage à se considérer lui aussi comme un humain. Le considérant dès lors comme son fils, il le baptise Aaron[1].

À la suite d'un énième incident où l'un des robots, X-35, perd lui aussi la raison, il est finalement décidé de mettre un terme au projet. Le docteur Broadhurst déclenche alors les détonateurs de petites bombes implantées dans chacun des robots. Les 50 premiers robots de la série sont détruits. Cependant, Stack avait ôté la bombe placée à l’intérieur d’X-51 sans le lui dire, et lui ordonne de partir découvrir la vie dans le monde réel. Peu après le départ de son fils adoptif, la bombe tenue dans sa main par Stack explose, le tuant sur le coup[1].

Poursuivi sans relâche par l'armée, X-51 est retrouvé par le psychiatre Peter Spaulding[2]. Après avoir été capturé, il réussit à convaincre le docteur Broadhurst de lui laisser une chance de vivre normalement. Ce dernier accepte, mais active un signal à distance installé au cœur des systèmes du robot pour que le colonel Kragg puisse le retrouver rapidement si le besoin s’en faisait sentir. Arrivant à Central-City, X-51 prend le nom de « Mr. Machine », qu’il change rapidement pour celui de Machine-Man, puis se mêle à l'humanité pour mieux la comprendre[3].

Par la suite, le robot est exposé à un des monolithes de 2001, l'Odyssée de l'espace.

Changement de nom[modifier | modifier le code]

Dans le numéro 9 de la série de 10 numéros de 2001, le robot X-51 se renomme lui-même Mister Machine.

Version alternative[modifier | modifier le code]

Earth X[modifier | modifier le code]

Dans Earth X, Machine Man n'a plus son visage humain. Uatu (Le Gardien), étant devenu aveugle, c'est Machine Man qui raconte l'histoire de la Terre-9997 à sa place, où les Célestes menacent la terre.

Pouvoirs et capacités[modifier | modifier le code]

Machine Man est un robot humanoïde construit par des spécialistes en ingénierie informatique inconnus sous la direction d'Oliver Broadhurst, au Centre Broadhurst pour l'avancement de la recherche mécanisée (Broadhurst Center for the Advancement of Mechanized Research) de Central City. Le docteur Abel Stack était son programmeur en chef.

Les matériaux robotisés de Machine Man, conçus dans un alliage de titane ou d'adamantium, lui procurent de nombreuses capacités[1]. Il possède une force, une vitesse, une endurance, une durabilité et des réflexes surhumains. C'est un aussi un expert dans sa propre construction et réparation.

  • Machine Man possède une acuité visuelle surhumaine et un intellect supérieur à la normale, avec une capacité d'activité auto-motivée illimitée, d'intelligence créative et d'émotions de type humain.
  • Il est aussi doté des capacités d'analyse cybernétique surhumaines, notamment la capacité à traiter des informations et à effectuer des calculs à une vitesse et une précision surhumaines. Sa mémoire informatique est d’environ 3,22 térabits[1].
  • Alimenté par énergie solaire, il peut également tirer parti d'autres sources externes d'énergie, si nécessaire.
  • Il peut déployer ses bras et ses jambes télescopiques sur une longueur de 100 pieds (30 m).
  • Ses mains sont équipées de doigts interchangeables à charge variable, certains équipant régulièrement ses mains, d'autres étant rangés dans des renfoncements cachés de sa ceinture. Ses doigts interchangeables comprennent une variété de dispositifs, notamment : un chromatographe en phase gazeuse, un interféromètre laser, un radar à micro-impulsions, un audiomètre, un sismomètre, un détecteur d'ondes de gravité, un modulateur à impulsions, des entrées/sorties d'ordinateur standard, un émetteur-récepteur radio, une torche/arme de découpe au laser et un système de projection de chaleur, de froid ou d’électricité. L'un de ses doigts contient un mécanisme de tir par balle qui utilise des munitions de calibre .357 Magnum.
  • Il peut voler dans les airs par ses propres moyens grâce à des disques anti-gravité.

La principale limitation du système robotique de Machine-Man est son alimentation par énergie solaire ; s’il est trop longtemps privé de l’exposition au soleil, ses systèmes finiront par se mettre en veille, avant de s’éteindre complètement[1].

Lors de la série X-51 : The Machine Man, Machine Man disposait de quelques fonctionnalités supplémentaires grâce à la nanotechnologie qu'il avait à l'intérieur de lui à cette période. Cela comprenait principalement des parties de lui-même en cours de reconstruction si elles étaient endommagées, mais également de nombreux changements dans son apparence d'un numéro à l'autre. Il avait aussi un canon à particules sur sa poitrine.

Dans la série humoristique Nextwave: Agents of H.A.T.E (2006-2007), Machine Man devient une sorte de couteau suisse vivant, contenant divers outils et armes pour une multitude de situations, à la fois utiles et ésotériques. Lorsqu'on lui demanda s'il pouvait imprégner une femme à plusieurs mètres de distance, Aaron déclara simplement : « Je suis plein d'appareils très utiles »[4].

Parutions[modifier | modifier le code]

  • 2001: A Space Odyssey, #8-10 (1977)
  • The Machine Man, #1-19 (1978-1981)
  • Machine Man , #1-4 (1984-85)
  • Machine Man 2020, #1-2 (1994)
  • Cable/Machine Man ’98 #1 (1998) crossover
  • Machine Man/Bastion ’98 #1 (annuel)
  • X-51 : The Machine Man, #0-12 (2000)
  • Nextwave: Agents of Hate, #0-12 (2006-2007)

Équipes artistiques[modifier | modifier le code]

Marv Wolfman, Michele Wolfman, Steve Ditko, Tom DeFalco, Barry Windsor-Smith, Warren Ellis, Stuart Immonen, Erik Larsen, Joe Bennett, Karl Bollers, Bob Wiacek, Frank Giacoia, Adriana Melo, Mike Esposito, John Byrne, Al Milgrom, Rich Buckler, Frank Miller, Wade Von Grawbadger, Larry Hama

Apparitions dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le groupe de musique Powerman 5000 fait référence à X-51 dans l'album Tonight the Stars Revolt!.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'épisode 2001: A Space Odyssey #8 a été publiée dans Thor no 1 d'Arédit, collection Flash en octobre 1983. Source : Fiche de Machine Man sur Marvel-world.com.
  2. Son numéro de série complet est « Z2P45-9-X-51 ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o « Encyclopédie - Machine-Man », marvel-world.com (consulté le 22 août 2018).
  2. (en) Machine Man (vol. 1) #1–2, Marvel Comics.
  3. (en) 2001: A Space Odyssey #8, Marvel Comics.
  4. (en) Nextwave (vol. 1) #2, Marvel Comics.

Liens externes[modifier | modifier le code]