Ludwig Döderlein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ludwig Döderlein
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Ludwig Heinrich Philipp DöderleinVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en zoologie
DöderleinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Strasbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de

Ludwig Heinrich Philipp Döderlein est un zoologiste et un paléontologue allemand, né le à Bergzabern et mort le à Munich.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludwig Döderlein est le fils de Wilhelm Döderlein et de Marie Clothilde, née Zwicky. Il étudie dans les universités d’Erlangen et de Munich et obtient son doctorat à Strasbourg en 1877.

Döderlein est professeur-assistant dans des écoles du secondaire à Mulhouse, avant de partir au Japon en 1879 comme professeur d’histoire naturelle. Il reste à Tokyo jusqu’en 1881. L’année suivante, il devient alors conservateur et directeur des collections zoologiques de Strasbourg. A ce titre il dirige le Musée zoologique de 1893 à 1919[1]. En 1883, il devient maître-assistant à l’université de la ville. Il se marie la même année avec Auguste Schoen dont il aura trois fils et deux filles. Il devient professeur de zoologie en 1891 avant d’être expulsé comme Allemand en 1919. Il devient, en 1921, professeur honoraire de taxinomie honoraire, avant de diriger de 1923 à 1927 des collections zoologiques du muséum national allemand.

Il est notamment l’auteur de Wegweiser für Pilzfeunde (1918), la partie consacrée aux vertébrés dans Elemente der Paläontologie, Bestimmungsbuch für deutsche Land und Süsswassertiere (1931). Döderlein est l’auteur de travaux sur la faune de l’Alsace-Lorraine et du Japon ainsi que sur les vertébrés fossiles.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Du Musée d’Histoire naturelle au Musée zoologique - Musées de Strasbourg », sur www.musees.strasbourg.eu (consulté le 6 mars 2021)