Lucienne Rabaté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lucienne Rabaté
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Hélène Joséphine Marie Rabaté
Nationalité
Activité

Lucienne Rabaté, née Hélène Joséphine Marie Rabaté le dans le 5e arrondissement de Paris et morte le dans le même arrondissement, est une créatrice de mode française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hélène Joséphine Marie Rabaté naît en 1885 au 8, boulevard de l'Hôpital à Paris, chez ses parents, Eugène Rabaté, restaurateur, et Esther Mathilde Grosselin, son épouse[1].

Devenue créatrice de mode sous le nom de Lucienne Rabaté, elle dirige la maison Caroline Reboux de 1920 à 1956[2]. C'est auprès d'elle que la jeune Gabrielle Chanel apprend les bases du métier de modiste.

Dans sa boutique parisienne au 9 avenue Matignon, Lucienne Rabaté reçoit les artistes (Marlène Dietrich, Elsa Triolet, Arletty, Madeleine Renaud) et les mondaines (Madame Pereire, la duchesse de Windsor, la baronne de Rothschild) pour lesquelles elle est « Mademoiselle Lucienne ». Sa créativité et son talent s'expriment au mieux lorsqu'elle forme un modèle de couvre-chef directement sur la tête de la cliente, faisant de la femme le point central de la création.

On a pu voir ses chapeaux portés au théâtre par Marlène Dietrich dans Le Chevalier sans armure en 1937 et par Madeleine Renaud dans Occupe-toi d'Amélie en 1952 au cinéma.

La princesse Bibesco écrit plusieurs ouvrages s'inspirant de Lucienne Rabaté et retranscrivant l'atmosphère de l'atelier de la modiste : Noblesse de robe, Éditions Grasset, 1928 et Fabienne ou la conscience professionnelle, Éditions Condé Nast, 1926. Son portrait dessiné apparaît dans un hors-série de Vogue intitulé Trente créateurs de la mode parisienne en et illustré par Eric. En 1956, à la fermeture de la maison Reboux, le magazine L'Officiel de la Mode consacre un article à l'entreprise Caroline Reboux citant Lucienne Rabaté[3].

Elle meurt en 1960, en son domicile parisien du 1, rue du Cardinal-Lemoine[4].

Collections[modifier | modifier le code]

Ses créations sont conservées dans tous les grands musées consacrés à la mode :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance no 2683, , Paris 5e, Archives de Paris (avec mention marginale de décès)
  2. Le Dictionnaire universel des créatrices, Antoinette Fouque, Éditions des femmes, 2013, p. 3068
  3. « Caroline Reboux », L'Officiel Paris, Éditions Jalou, nos 417-418,‎ , p. 56 (lire en ligne)
  4. Acte de décès no 624, , Paris 5e, Archives de Paris