Louis Poncher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis de Poncher)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poncher.

Louis Poncher[1], mort le à Paris, est un officier des finances de l’administration française sous l'Ancien Régime.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Poncher est notaire et secrétaire du roi Charles VIII en 1482, puis devient commis aux comptes et au paiement des gens de guerre Suisses à pied et à cheval en 1494, et aux frais extraordinaires des guerres en 1496 et 1498[2].

Sous Louis XII, il est reçu maître des comptes le 13 août 1498, et se trouve à Naples en tant que général des finances lors de la guerre d'Italie en 1502-1504. Il est conseiller et trésorier de France du Languedoïl en 1508[3].

Famille[modifier | modifier le code]

Armes se trouvant sur le tabard du gisant sculpté. Tombeau de Louis Poncher et Roberte Legendre (atelier tourangeau, Guillaume Regnault)

Issu d'une famille originaire de Touraine, il est le 3e fils de Martin Poncher (1482†), grenetier au grenier à sel de Tours jusqu'en 1453, et de Catherine Belin. Il a pour frères Étienne Poncher, et Jean Poncher, maire de Tours en 1502[4] (mariée à Perrine Briçonnet), et une sœur Jeanne mariée à Pierre Le Gendre († 1524 ) (celui-ci remariera avec Charlotte Briçonnet(† 1552)), seigneur de Villeroy, de Magny, Prévôt des marchands de Paris. Une des filles de Jean Poncher est Denise Poncher, destinatrice du manuscrit Heures Poncher[5] enluminé par le Maître de la Chronique scandaleuse, Jean Pichore, Maître du Cardinal Bourbon et le Maître de Jacques de Besançon.

Il épouse Robine (ou Roberte) le Gendre, et de cette union naquirent[2] :

  • François Poncher († 1532), conseiller au parlement en 1510, abbé de Saint-Maur-des-Fossés, évêque de Paris en 1519 (après son oncle Étienne)
  • Charlotte Poncher († 1529)), héritière du château de Lésigny, se maria 7 fois à entre autres : en 1503 avec Nicolas Briçonnet († 1529) (fils de Guillaume), Geoffroy de la Croix († 1533), Charles de Pierrevive (qui se remariera avec Charlotte Briçonnet († 1552))
  • Jeanne Poncher, mariée à Jean Hurault († 1541 et inhumé au couvent des Blancs-Manteaux)
  • Anne Poncher, dame de Villemenon, mariée à Antoine II Bohier († 1569), gouverneur de Touraine (fils de Thomas Bohier et de Katherine Briçonnet). Héritière du château de Lésigny à la mort de son père.
  • Marie Poncher (dite Mlle de Brétouville), mariée en 1523 à Eustache Luillier, seigneur de Gironville, bailli de Berry et maître des comptes (fils d'Eustache († 1524) et de Geoffroy Cœur, fils de Jacques). Il y eut de ce mariage un fils et deux filles :
    • Jean, tué à Orléans
    • Anne Luillier, fille d'honneur de Catherine de Médicis, mariée en 1547 à Nicolas de Mornay († v.1580), seigneur de Villarceaux et Ambleville
    • Charlotte Luillier, mariée à Jean Dauvet († 1582), seigneur de Rieux, maître des requêtes (fils de Robert († 1549) et d'Anne Briçonnet († 1563))

Décès et sépulture[modifier | modifier le code]

Sa femme décède le , lui le , ils reposent dans un tombeau en marbre, sculpté de gisants par Guillaume Regnault († 1532), neveu de Michel Colombe. Initialement dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois, ce tombeau est aujourd'hui au musée du Louvre[6].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armes des Poncher se blasonnent ainsi : « d'or au chevron de gueules, chargé en chef d'une tête de maure de sable et accompagné de trois coquilles de sable »[6].

Seigneuries[modifier | modifier le code]

Louis Poncher est seigneur de Lésigny et de Villarceau, mouvant de la châtellenie de Brie-Comte-Robert. Ainsi que de Maincy[7], de Villemenon, de Nesle-la-Gilberte près de Rozay-en-Brie, d'Angerville...

On lui attribue la construction, sur des ruines médiévales, du nouveau château de Lésigny (Seine-et-Marne) en 1508, ainsi que l'église du village[8], consacrée en 1523 par son fils François Poncher.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Inventaire analytique des hommages rendus à la Chambre de France - Pages 35, 108, 157, de Archives nationales (France), Léon Mirot - Archives - 1932 - 478 pages
  • La civilisation française de la Renaissance - Page 224 de Jean Babelon - Art, French - 1961 - 272 pages
  • Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos ... - Page 742, de Hoefer (Jean Chrétien Ferdinand) - Bio-bibliography - 1862
  • Mémoires de la Société de l'Histoire de Paris et de l'Île-de-France - Page 113, Paris (France) - 1886

Références[modifier | modifier le code]

  1. Appelé parfois de Poncher, Loys de Ponchier.
  2. a et b Anselme de Sainte-Marie, Augustin Déchaussé : continuée par Honoré Caille du Fourny, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, 3e éd., vol. 6, 1730, p. 450
  3. Jean-Marie Pardessus, Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. 21, 1849, p. 697
  4. Jean Louis Chalmel, Histoire de Touraine, depuis la conquête des Gaules par les Romains jusqu'en 1790, vol. 4, 1828, p. 394
  5. Les Heures Poncher sont conservées au Getty Center, et décrite dans la notice des Heures Poncher du musée.
  6. a et b Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante en Normandie et Île-de-France, 1989, p. 217-218
  7. Jean Lebeuf, Histoire du diocèse de Paris, vol. 14, chez Prault Père, 1758, p. 269
  8. Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France, Sites et monuments, no 73 à 80, 1976, p. 108

Article connexe[modifier | modifier le code]