Louis Finson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Finson
Louis Finson - Autoportrait.jpg

Louis Finson, auto-portrait (1613),
musée des beaux-arts de Marseille

Naissance
Décès
Activité
signature de Louis Finson

signature

Louis Finson dit Ludovicus Finsonius, né avant 1580 à Bruges et mort en 1617 à Amsterdam, est un peintre flamand des Pays-Bas méridionaux, et l’un des premiers propagateurs du caravagisme dans l'Europe du Nord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ludovicus Finsonius, nom francisé en Louis Finson, naît à Bruges probablement vers 1575. Formé initialement dans cette ville, il se rend ensuite vers 1600 en Italie, plus précisément à Rome et à Naples, où il est un des premiers peintres flamands influencés par le Caravage.

On le trouve au début de 1613 à Marseille, où il peint la Résurrection de Lazare pour la famille de Pierre de Libertat, tableau actuellement dans l'église de Château-Gombert. Il se déplace ensuite à Aix-en-Provence où il travaille beaucoup, tant à des peintures religieuses qu'à des portraits de personnalités locales riches et cultivées. En mars 1614, il se rend à Arles car il avait appris la possibilité d'une commande pour la cathédrale Saint-Trophime. Il y réalise plusieurs œuvres dont le Martyre de saint Étienne et l'Adoration des mages. On peut noter que le noble érudit arlésien Jean-François Noble de Lalauzière le signale comme mort à Arles en 1614[1], mais ce serait une légende.

Il quitte en juin la cité arlésienne et entreprend un tour de France en passant par Montpellier, Toulouse, Bordeaux et Paris. Il se rend ensuite à Amsterdam et meurt en 1617 dans cette ville pour certains, ou à Bruges pour d'autres.

Louis Finson était également commerçant de tableaux : il eut en sa possession, avec le marchand amstellodamois Abraham Vinck, deux tableaux du Caravage, dont la Vierge au rosaire (aujourd'hui au Kunsthistorisches Museum de Vienne).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liste des œuvres attribuées[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Nouvelle découverte[modifier | modifier le code]

En avril 2016, une peinture fait la une de la presse. Cette œuvre, découverte dans la soupente d'une maison de la région de Toulouse, ressemble à s'y méprendre à une œuvre attribuée à Louis Finson, Judith décapitant Holopherne, considérée comme une copie d'un tableau jusqu'ici perdu du Caravage. Bien que le tableau trouvé soit pour le moment considéré comme l'œuvre perdue du Caravage, les experts ont trente mois à compter du 23 mars 2016 pour attribuer une paternité définitive à cette toile[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abrégé chronologique de l'histoire d'Arles, Arles, 1837, p.446 extrait en ligne
  2. Tableau attribué à Louis Finson ; autres attributions : Diego Vélasquez, Cecco del Caravaggio.
  3. Régis Bertrand, Lucien Tirone, Le guide de Marseille, édition la manufacture, Besançon, 1991, (ISBN 2-7377-0276-3) page 327
  4. Notice no 000PE023102, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. Notice no 000PE024497, base Joconde, ministère français de la Culture
  6. « Un Caravage a-t-il été découvert dans un grenier en France » sur Le Monde, consulté le 13 avril 2016.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :