Marcel Dubois (géographe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'historien et géographe français. Pour le religieux français, voir Marcel Dubois.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubois.
Marcel Dubois
Marcel Dubois (1856-1916).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité

Marcel Edmond Dubois (25 juillet 1856 à Paris - 23 octobre 1916) est un historien et géographe français. Il est, à partir de 1893, professeur de géographie coloniale à la faculté des lettres de Paris. Il développe alors un courant français de géographie coloniale, économique et appliquée, très actif au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm à Paris, dans la promotion 1876, Dubois y côtoie Bertrand Auerbach (1856-1942) et Paul Dupuy (1854-1948), tous deux devenus géographes par la suite, mais aussi les futurs historiens Georges Lacour-Gayet (1856-1935), Salomon Reinach (1858-1932) et Gustave Lanson (1857-1934). Ses enseignants sont notamment Numa Denis Fustel de Coulanges et Paul Vidal de La Blache.

Major au concours de l'agrégation d'histoire et géographie (1879), il est immédiatement nommé élève de l’École française d'Athènes où il prépare sa thèse d'État en histoire grecque antique (Dubois, 1884 et 1885)[1].

D'abord maître de conférences à l'université de Nancy, il devient maître de conférences de géographie générale (1885), puis professeur de géographie coloniale à la Sorbonne : il y poursuit le reste de sa carrière. Décrit comme particulièrement charismatique et populaire chez les étudiants parisiens de la Belle Epoque[2], il y forme de nombreux élèves (parmi lesquels Henri Schirmer, mais surtout Augustin Bernard), et y développe toute une pensée de géographie coloniale, marquée par une certaine hétérogénéité et de nombreux ouvrages (en particulier de géographie scolaire) et articles, dans des revues érudites comme dans la presse. Il est également maître de conférences à l'École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres pendant près de 30 ans[3].

En 1891, il fonde avec son maître Vidal de la Blache la revue des Annales de géographie. Il en quitte la direction en 1895, sans doute pour des raisons de divergences d'opinions scientifiques.

À la fin du XIXe siècle, il s'engage résolument comme antidreyfusard, essentiellement par nationalisme : il fait partie des fondateurs de la Ligue de la Patrie française et occupe une place certaine dans les premières années du mouvement[2]. Ceci augmente certainement (sans en être la cause immédiate) la distance et la rivalité qui le séparent de Vidal et de ses disciples "légitimes", en particulier Lucien Gallois.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1884, De Insula Co, Paris, Berger-Levrault.
  • 1884, Notions élémentaires de géographie générale, Paris, G. Masson.
  • 1885, Les Ligues étolienne et achéenne. Leur histoire et leurs institutions, nature et durée de leur antagonisme, Paris, Ernest Thorin, bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fascicule 40.
  • 1886, Géographie de l’Europe, Paris, G. Masson.
  • 1887, Géographie de la France. Géographie physique, géographie historique, politique et économique, éléments de géographie coloniale, Paris, G. Masson.
  • 1888, "L’avenir de l’enseignement géographique", Revue internationale de l’enseignement, XV, 449-477.
  • 1888, Géographie générale de l’Europe : cours de géographie pour l’enseignement secondaire spécial, Paris, G. Masson.
  • 1890, Précis de la Géographie économique des cinq parties du monde, Paris, G. Masson.
  • 1891, "Strabon et Polybe", REG, vol. 4, N.16, 343-356. DOI : 10.3406/reg.1891.7445
  • 1891, Examen de la géographie de Strabon, Paris, Armand Colin.
  • 1891, "Océanographie et Océanie. I. Progrès les plus récents de notre connaissance de l’Océanie", Annales de géographie, t. 1, N.1, 81-101
  • 1891, "Le rôle des articulations littorales : étude de géographie comparée", Annales de géographie, t. 1, N.2, 131-142.
  • 1892, Géographie de la France et de ses colonies, Paris, G. Masson.
  • 1892, "L’hydrographie des eaux douces. Méthodes employées pour l’étudier : recherche d’une meilleure classification I", Annales de géographie, vol. 2, N.5, 1-10.
  • 1894, "Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale", Annales de géographie, N.10, 121-137.
  • 1895, Systèmes coloniaux et peuples colonisateurs. Dogmes et faits, Paris, Plon.
  • 1914, "Géographie et géographes (à propos d’une thèse)", Le Correspondant, avril-mai, 2, 833-863.
  • Avec Hauvette-Besnault A., 1881, "Inscriptions de l’île de Cos", Bulletin de Correspondance Hellénique, Vol.5, N.1, 201-240. DOI : 10.3406/bch.1881.4255
Avec Parmentier A.
  • 1891, Géographie générale du monde, Europe, Asie, Afrique, Océanie, Amérique, étude spéciale du bassin de la Méditerranée, classe de Sixième, Paris, G. Masson.
Avec Thalamas A.
  • 1891, Géographie élémentaire des cinq parties du monde, classe de huitième, Paris, G. Masson.
Avec Vidal de la Blache P. (dir)
  • 1891, "Avis au lecteur", Annales de géographie, t. 1, N.1, 3-6.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Ginsburger, « Des îles grecques à la géographie coloniale : Marcel Dubois à la conquête de la Sorbonne (1876-1895) », Cybergeo : European Journal of Geography,‎ (ISSN 1278-3366, DOI 10.4000/cybergeo.28368, lire en ligne, consulté le 17 juillet 2017)
  2. a et b Nicolas Ginsburger, « La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905) », Cybergeo,‎ (ISSN 1278-3366, DOI 10.4000/cybergeo.29138, lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  3. Broc Numa, "Nationalisme, colonialisme et géographie : Marcel Dubois (1856-1916)", Annales de géographie, t. 87, N.481, 1978, p. 326-333.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Broc, Numa, "Nationalisme, colonialisme et géographie : Marcel Dubois (1856-1916)", Annales de géographie, t. 87, N. 481, 1978, p. 326-333.
  • Clout, Hugh, "Marcel Dubois", Geographers : biobibliographical Studies, Vol. 30, 2011, p. 134-151.
  • Ginsburger, Nicolas, "Des îles grecques à la géographie coloniale : Marcel Dubois à la conquête de la Sorbonne (1876-1895)", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Épistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 822, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 19 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/28368
  • Ginsburger, Nicolas, "La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905)", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Épistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 855, mis en ligne le 16 mai 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29138

Liens externes[modifier | modifier le code]