Lorenzo Bini Smaghi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lorenzo Bini Smaghi
Lorenzo Bini Smaghi - Festival Economia 2013.JPG
Lorenzo Bini Smaghi
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Lycée français de Bruxelles
Université catholique de Louvain (licenciatura en Ciencias Económicas (d)) (jusqu'en )
Université de Californie du Sud (Master en économie (en)) (jusqu'en )
Université de Chicago (Q50348641) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Lorenzo Bini Smaghi, né le à Florence, est un économiste italien. Il a été membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) entre 2005 et 2011[1], est depuis président de la Société générale[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Lorenzo Bini Smaghi est le descendant d'une famille noble de Toscane, et entre autres, il est apparenté à Robert Bellarmin. Lorenzo Bini Smaghi est le fils d'un ingénieur. À 6 ans, il vit en Tunisie où son père travaille sur des digues[3].

Il étudie au Lycée français de Bruxelles et obtient son baccalauréat en 1974. En 1978, il obtient une licence en sciences économiques de l'université catholique de Louvain. En 1980, il obtient une maîtrise de sciences économiques de l'université de Californie du Sud, et en 1988, un doctorat de sciences économiques de l'université de Chicago[4].

Débuts[modifier | modifier le code]

En 1983, Lorenzo Bini Smaghi commence sa carrière en tant qu'économiste au département de la recherche de la Banque d'Italie. En 1994, il est chargé de la direction des politiques de l’Institut monétaire européen. En 1998, il revient en Italie sur demande de Mario Draghi[3] pour occuper le poste de directeur général des relations financières internationales au sein du ministère de l'Économie et des Finances de l'Italie[4].

De 2001 à 2005, Lorenzo Bini Smaghi est président de SACE, une société italienne spécialisée dans les assurances et les services financiers[4].

BCE[modifier | modifier le code]

Lorenzo Bini Smaghi rejoint la Banque centrale européenne en juin 2005.

Le , Lorenzo Bini Smaghi annonce qu'il quittera la BCE « avant la fin de l'année » alors que son mandat prend fin en 2013. Sa sortie de la BCE est issue d'un arrangement entre Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi de le remplacer à ce poste par Mario Draghi[5]. Le même jour, Berlusconi l'évoque comme possible candidat au poste de gouverneur de la Banque d'Italie, pour succéder à Mario Draghi[6]. Pourtant, peu de temps avant la fin du mois d'octobre 2011, c'est un autre dirigeant de la banque centrale italienne, Ignazio Visco, qui est choisi pour succéder à Mario Draghi, ce qui provoque l'irritation du gouvernement français qui perd ainsi la possibilité de nommer immédiatement un Français dans le directoire de la BCE[7]. Le , il annonce sa prochaine démission, sans doute en liaison avec la démission de Silvio Berlusconi devenue certaine le même jour et effective le 12.

Il enseigne ensuite à l'université Harvard (Center for International Affairs) à compter du [8]. En octobre 2013, il rejoint la banque d'affaires Morgan Stanley[3].

Société générale[modifier | modifier le code]

En mai 2014, il est nommé administrateur indépendant de la Société générale, avec un titre de second vice-président[3]. Le 19 janvier 2015, il prend la présidence de la Société générale[2]. Il travaille en tandem avec Frédéric Oudéa, ancien président qui reste directeur général[9].

Il est le premier dirigeant non-français à la tête de la Société générale[10].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lorenzo Bini Smaghi est marié à Veronica De Romanis, une économiste qui conseille le premier ministre italien[10], et a deux enfants.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L’euro, Il Mulino, Bologne, 1998 (3e édition : 2001)
  • Chi ci salva dalla prossima crisi finanziaria?, Il Mulino, Bologne, 2000
  • Open Issues in European Central Banking, Macmillan, Londres, 2000 (avec D. Gros)
  • Il paradosso dell'euro. Luci e ombre dieci anni dopo, Rizzoli, Milan, 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]