Ligne de Castres à Bédarieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Castres à Bédarieux
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1866 – 1889
Concessionnaires Midi (1863 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 737 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BM de Castres à Mazamet
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER de Castres à Mazamet
Schéma de la ligne

La ligne de Castres à Bédarieux est une ligne ferroviaire en France, à voie unique non électrifiée, qui reliait la gare de Castres et celle de Bédarieux, en passant par Mazamet. Aujourd'hui, le tronçon entre Castres et Mazamet est encore utilisé pour le trafic voyageurs, desservie par des trains TER Midi-Pyrénées, le tronçon entre Mazamet et Mons-la-Trivalle est déclassé et celui de Mons-la-Trivalle à Bédarieux n'est pas exploité.

Elle constitue la ligne 737 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Castres à Mazamet[modifier | modifier le code]

La Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne (Midi) obtient une concession éventuelle pour un chemin de fer de Castres à Mazamet le 1er mai 1863 par une convention signée entre le ministre des Travaux Publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par décret impérial le 11 juin 1863[3]. Cette section est déclarée d'utilité publique par décret impérial le 9 mars 1864, rendant ainsi la concession définitive[4],[5]. Le décret précise que l'emprise doit être acquise pour deux voies, mais que les infrastructures pourront n'être exécutées que pour une seule[3].

La ligne de Castres à Mazamet, dont le tracé ne présente pas de difficulté particulières est ouverte le 23 avril 1866[2]. La construction était supervisée par l'ingénieur Louis Alby de la Compagnie des chemins de fer du Midi. La construction du tronçon entre Castres et Mazamet a été une conséquence naturelle de l'arrivée du chemin de fer à Castres (ligne de Castelnaudary à Castres), Mazamet étant alors une cité prospère grâce à son industrie du textile.

Actuellement cette partie de la ligne voit passer uniquement des circulations TER (relation Mazamet - Toulouse). Le trafic des marchandises a disparu au milieu des années 1990.

Mazamet à Bédarieux[modifier | modifier le code]

C'est par une convention signée le 10 août 1868 par le ministre des Travaux publics que l'État concède à titre éventuel à la Compagnie des chemins de fer du Midi un chemin de fer de Mazamet à la ligne de Béziers à Graissessac. Cette convention est approuvée par un décret impérial à la même date[6], mais la compagnie manifeste son désintérêt pour cette ligne, « notre réseau tel qu'il est sorti de la convention de 1863, nous paraissait bien assis pour ne pas rechercher de concessions nouvelles »[7]. Cette section est déclarée d'utilité publique et concédée à titre définitif par une loi le 23 mars 1874[8].

Conformément à la convention de 1868 et contrairement à la ligne de Castres à Mazamet, la construction de la plate-forme de la ligne, des ouvrages d'art et des passages à niveau, a été dirigée par les services des Ponts et Chaussées du Tarn et de l'Hérault avec Frédéric Ritter comme ingénieur en chef de la construction[9].

La ligne, située au nord de la Montagne Noire, passait, au col de la Fenille, du versant atlantique au versant méditerranéen, par un tunnel de 766 mètres et atteignait Saint-Pons-de-Thomières par la partie la plus accidentée de la ligne, comprenant 6 viaducs, 2 tunnels, 4 profondes tranchées et l'immense mur de soutènement de la gare de Courniou.

Le reste de la ligne est fortement accidenté, notamment dans la partie héraultaise du parcours, nécessitant un nombre important d'ouvrages d'art. dont les plus importants furent :

La section de Mazamet à Bédarieux a fermé au service voyageurs le 10 juillet 1972 et aux marchandises courant 1987. Elle est désormais entièrement déferrée et une voie verte a pris sa place sur la majorité du parcours : le Passa Païs (voie verte du Haut-Languedoc)[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne Mazamet - Toulouse est longue de 105,4 km, parcourus en 1h30 environ. Le train dessert 11 gares sur le parcours. Il s'agit de la ligne TER no 9 de la région Midi-Pyrénées.

En semaine le premier train de la journée part de Mazamet à 5h30 pour une arrivée à Toulouse à 07h01, le dernier quitte Mazamet à 19h37, pour une arrivée à Toulouse à 21h12.

Dans l'autre sens, le premier train de la journée part de Toulouse à 05h43 et arrive à 07h21 à Mazamet, le dernier quitte Toulouse à 20h42, pour une arrivée à Mazamet à 22h16. (horaires 2017 selon le site de la SNCF)

Une desserte par bus complète l'offre ferroviaire, notamment en début et fin de journée (trajet de 2h environ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin Officiel de RFF no 22 de novembre 2007 - page 47.
  2. a, b et c Conseil général du département du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer », p. 239.
  3. a et b Annales des ponts et chaussées : Mémoires et documents relatif à l'art des constructions et au service de l'ingénieur, Numéro 34, Partie 2, A. Dumas, 1864 p. 216 intégral (consulté le 2 octobre 2011)
  4. « N° 12137 - Décret impérial qui déclare d'utilité publique l'établissement de deux chemins de fer, 1° de Castres à Albi ; 2° de Castres à Mazamet, et rend définitive la concession desdits chemins, accordée à titre éventuel à la Compagnie du Midi : 9 mars 1864 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 23, no 1190,‎ , p. 409 - 410 (lire en ligne).
  5. François Palau, Maguy Palau, Le Rail en France : 1858-1863, F. et M. Palau, 2001, p. 20
  6. « N° 16363 - Décret impérial qui approuve la convention, passée le 10 août 1868, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des travaux publics et la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne : 10 août 1868 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 32, no 1642,‎ , p. 640 - 648.
  7. Jean-Pierre Vergez-Larrouy, La Compagnie du Midi, éd. La Vie du rail p. 42
  8. « No 3112 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique et à la concession définitive de plusieurs chemins de fer concédés à titre éventuel, et à l'adjudication de plusieurs chemins classés et non concédés : 23 mars 1874 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 8, no 205,‎ , p. 801 - 823 (lire en ligne).
  9. Archives départementales de l'Hérault, liasse 5S 1245.
  10. Le Comité Régional du Tourisme Occtanie / Pyrénées-Méditerranée, « Le Passa Païs (voie verte du Haut-Languedoc) - MAZAMET - Itinéraire », sur www.tourisme-occitanie.com (consulté le 12 juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]