Ligden Khan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ligdan)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ligden Khan
Fonctions
-
Khagan
 précédé par Buyan Sechen Khan (en)

 suivi par Ejei Khan
jusqu'en
Informations générales
Naissance
Décès
Activité
Père
Mangghus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Namuzhong (d)
Batemazao (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Ejei Khan
Abu Nai (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ligden Khan (mongol bitchig : ᠯᠢᠭᠳᠡᠨ
ᠬᠠᠭᠠᠨ
, Translittération VPMC : Ligden qaγan ; cyrillique : Лигдэн хаан, MNS : Ligden khaan), également appelé Ligden Khutugt khaan (mongol cyrillique : Лигдэн Хутугт хаан), Ligden ou encore Lindan Han (chinois : 林丹汗 ; pinyin : líndān hàn), est un khan de la tribu des Tchakhars né en 1588. C'est le dernier Khagan (titre d'empereur chez les turco-mongols), de 1603 à sa mort en 1634, de la lignée Bordjigin de Gengis Khan à régner sur la Mongolie.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1603 ou 1604, il succède à Buyan Sechen Khan (en) au poste de Khagan.

Ligdan Khan souhaitait unifier les Mongols par des moyens pacifiques en utilisant la religion. Pour cette raison, il établit des contacts au Tibet avec des lamas[1] sakyapa[2].

Il fit construire de nombreux temples et fait venir des lamas tibétains en Mongolie. De 1628 à 1629, il rassembla 30 traducteurs pour faire traduire la plupart des textes ecclésiastiques tibétains en mongol, dont le sutra tibétain « Kandjour »[3],[1].

Il fonde des monastères qui deviennent des propriétés féodales, dirigées par les hautes personnalités de la hiérarchie ecclésiastique, issus de la classe des seigneurs féodaux laïques.[réf. nécessaire]

Ligdan, détenteur légitime du titre de Grand Khan, s’efforce de rassembler les féodaux qui redoutent le renforcement de son pouvoir davantage que les Mandchous. Quand ceux-ci apprennent que Ligdan a conclu une alliance avec la dynastie Ming, han, déchue en 1644, contre la dynastie Qing, mandchoue, dominant la Chine impériale, mais ils le trahissent. Certains d’entre eux se rallient aux Mandchous, tandis que d’autres marchent vers le nord et s’établissent dans le khanat khalkha[4].

Une première confrontation entre Ligdan et une alliance de princes mongols occasionne de lourdes pertes dans les deux camps en 1627[5].

En 1628, une armée conjointe de Mongols et de Mandchous attaque les Tchakhars en Mongolie-intérieure et les refoulent vers l'ouest, ce qui permet aux Mandchous de franchir la Grande Muraille en 1629 et de menacer Pékin, avant de se retirer en 1630[5].

Vaincu par les forces coalisée des Mandchous et des Mongols[Lesquels ?] en 1632, Ligdan Khan se réfugie au Kokonor (dans le Qinghai actuel), mais il y meurt de la variole en 1634. Il est alors remplacé par son fils Ejei Khan au poste de khagan. En 1635, l'empereur de Chine, fondateur de la dynastie Qing et Khan Mandchou, Huang Taiji envoie une expédition qui capture sa veuve et son fils[5]. Le sceau impérial tombe aux mains du khan mandchou, qui peut dès lors prétendre à la souveraineté sur les Mongols.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) L. Chuluunbaatar, Political, economic and religious relations between Mongolia and Tibet, in Tibet and Her Neighbours : A History. McKay Alex (éd.), 2003, Londres, Edition Hansjörg Mayer, p. 152
  2. (en) Brian Gregory Baumann, Divine Knowledge: Buddhist Mathematics According to the Anonymous Manual of Mongolian Astrology and Divination, Volume 20 de Brill's Inner Asian Library, BRILL, 2008, (ISBN 9004155759 et 9789004155756)
  3. Alan J. K. Sanders, Historical dictionary of Mongolia, Scarecrow Press,‎ (ISBN 9780810861916, présentation en ligne)
  4. László Lőrincz, Histoire de la Mongolie : des origines à nos jours, Akadémiai Kiadó,‎ (ISBN 9789630533812, présentation en ligne)
  5. a, b et c Willard J. Peterson, The Cambridge History of China, vol. 9, Cambridge University Press,‎ (ISBN 9780521243346, présentation en ligne)