Let's Go to Bed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Let's Go to Bed
Single de The Cure
extrait de l'album Japanese Whispers
Face A Let's Go to Bed
Face B Just One Kiss
Sortie
Enregistré
Durée 3:33
Genre New wave
Format 45 tours et Maxi 45 tours
Auteur Robert Smith
Compositeur Robert Smith
Lol Tolhurst
Producteur Chris Parry
Label Fiction Records

Singles de The Cure

Let's Go to Bed est une chanson du groupe The Cure sortie en single le avec en face B Just One Kiss[1].

Ces deux chansons ne sont tirées d'aucun album. Elles sont par la suite incluses sur la compilation Japanese Whispers sortie en 1983.

Ce single marque un tournant dans l'histoire du groupe qui s'oriente vers un style beaucoup plus pop, tranchant avec les précédentes productions. Lol Tolhurst joue désormais des claviers, laissant la batterie à Steve Goulding (en), simplement engagé comme musicien de studio. Robert Smith est aux claviers, à la guitare et à la basse, en plus du chant.

C'est en Australie et en Nouvelle-Zélande que le single obtient le plus de succès. Au Royaume-Uni, il ne dépasse pas la 44e place dans les charts.

Réédition[modifier | modifier le code]

En 1986, lors de la sortie de la compilation Standing on a Beach, Let's Go to Bed est rééditée en single aux États-Unis à la place de Boys Don't Cry (New Voice-New Mix) reléguée en face B[2],[3].

Histoire de la chanson[modifier | modifier le code]

Après le départ de Simon Gallup en juin 1982, The Cure se résume au duo Robert Smith/Lol Tolhurst. Le manager et producteur Chris Parry demande à Robert Smith une nouvelle orientation musicale pour le groupe. Le chanteur propose alors Let's Go to Bed, résolument pop, mais refuse de la sortir sous le nom de The Cure, la jugeant « superficielle et bête ».

« Je l'ai écrite comme une chanson superficielle et bête, je voulais faire quelque chose qui soit tout ce que je haïssais à ce moment-là dans la musique : un beat disco, des paroles banales, enrobées de sucre comme un bonbon.[4] »

— Robert Smith

Il pense que le morceau Just One Kiss, plus mélancolique, devrait figurer en face A. Mais Chris Parry finit par le convaincre de sortir Let's Go to Bed comme nouveau single de The Cure.

Clip[modifier | modifier le code]

Il est réalisé par Tim Pope et marque le début d'une collaboration fructueuse entre le groupe et le réalisateur. Tourné dans un studio de Saint John's Wood, on y voit Robert Smith et Lol Tolhurst dans un décor coloré, en train de danser, de jouer avec un ballon de plage ou à colin-maillard, tranchant radicalement avec l'image habituelle plus sombre de The Cure.

Reprises[modifier | modifier le code]

La chanson a été reprise par Crocodile Shop (en) en 1997, par le groupe Ivy sur l'album Guestroom en 2002 ou Cassettes Won't Listen (en) en 2008[5].

Le gimmick de Let's Go to Bed est reproduit sur la chanson S&M de Rihanna sortie en single en 2011[6].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

45 tours
  • Let's Go to Bed - 3:30
  • Just One Kiss - 4:28
Maxi 45 tours
  • Let's Go to Bed - 7:40
  • Just One Kiss - 7:15
45 tours (réédition 1986 États-Unis)
  • Let's Go to Bed - 3:34
  • Boys Don't Cry - 2:36

Classements[modifier | modifier le code]

Classement (1982-1983) Meilleure
position
Drapeau de l'Australie Australie (Kent Music Report)[7] 15
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande (RIANZ)[8] 17
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni (UK Singles Chart)[9] 44

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Cure / Discography : : Let's Go To Bed
  2. Christian Eudeline, « Discographie, officielle et parallèle » in Best hors série n°4, 1992
  3. La réédition sur Discogs
  4. Entretien avec Robert Smith par Christian Fevret et Bruno Gaston. Les Inrockuptibles, 7 ans de réflexions, juin 1986
  5. (en)Second Hand Songs
  6. (en)Whosampled.com
  7. (en) « Top 100 Singles: Every AMR Top 100 Singles in 1983 », World Charts (consulté le 31 octobre 2016)
  8. (en) Charts.org.nz – The Cure – Let's Go To Bed. RIANZ. Hung Medien.
  9. (en) Archive Chart. UK Singles Chart. The Official Charts Company. Consulté le 31 octobre 2016.