Les Colons de Catane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colon et Catane (homonymie).
Les Colons de Catane
jeu de société
ColonsDeCatane Lyon 01.JPG
Mars 2004 : Le championnat de France des Colons de Catane est organisé simultanément dans plusieurs villes dont Lyon
{{{licence}}}
Autres noms Les Colons de Katäne
Catane
Auteur Klaus Teuber
Illustrateur Franz Vohwinkel
Éditeur Jeux Descartes
Date de 1re édition 1995
Autres éditeurs Tilsit (2002)
Filosofia (2006)
Distributeurs
Belgique Hodin
Canada Filosofia
France Asmodée
Format Grande boîte
Mécanisme jeu de gestion
Thèmes colonisation
commerce
Joueur(s) 2 à 4
Âge à partir de 8 ans
Durée annoncée env. 90 minutes
habileté
physique

 Non
 réflexion
décision

 Oui
générateur
de hasard

 Oui
info. compl.
et parfaite

 Non

Les Colons de Catane (en allemand : Die Siedler von Catan), Les Colons de Katäne[1] ou Catane[2], est un jeu de société de Klaus Teuber, édité en France en 1995 par Jeux Descartes, repris en 2002 par Tilsit, puis en 2006 par la société québécoise Filosofia.

Il s'agit du jeu qui depuis cette date a le plus contribué à faire connaître les jeux « à l'allemande » dans le reste du monde. Il a été traduit de sa version originale allemande vers l'anglais, danois, espagnol, français, grec, hongrois, italien, japonais, néerlandais, norvégien, portugais, russe, slovène,roumain, suédois et tchèque.

Son succès peut s'expliquer par la simplicité de ses règles alliée à une réelle profondeur tactique et stratégique, ainsi qu'à une dimension conviviale apportée par le principe des échanges de ressources. D'autre part le plan de jeu est modulaire, permettant ainsi de renouveler le jeu à chaque partie. Cependant certaines personnes lui reprochent sa trop grande part de hasard : au début de chaque tour, c'est en effet un jet de dés qui détermine quels joueurs reçoivent des matières premières. L'issue de la partie peut donc être renversée par une simple succession de jets de dés désavantageux.

Le plan de jeu[modifier | modifier le code]

La version standard (pour trois à quatre personnes) est composée de trente-sept terrains distribués comme suit :

Nom Production Nombre
Forêt Bois 4
Pâturage Laine 4
Terre arable Blé 4
Colline Argile 3
Montagne Minerai 3
Désert Aucune production 1
2:1 port Échange de deux ressources
identiques à celle dessinée
sur le port contre une
5
3:1 port Échange de trois ressources
identiques quelconques
contre une
4
Pleine mer Aucune production 9

Résumé des règles[modifier | modifier le code]

On peut trouver les règles complète du jeu sur les sites ludiques de références[3].

L'aire de jeu est créée de façon aléatoire, puis les joueurs y placent à tour de rôle deux colonies et deux routes. Ensuite, chaque tour se décompose en trois phases :

  1. Production : le joueur dont c'est le tour lance deux dés. Les hexagones portant le nombre indiqué par les dés produisent tous la matière première correspondant au dessin sur celui-ci. Tous les joueurs ayant une ville ou une colonie placée à un sommet de ces hexagones reçoivent ces matières premières. Si les dés indiquent sept (le nombre statistiquement le plus probable), personne ne reçoit de ressources, et le pion brigand est déplacé vers une autre case. Tant qu'il s'y trouve, cette case ne produit pas de matières premières.
  2. Commerce : le joueur dont c'est le tour peut ensuite faire des échanges de matières premières avec les autres. Cette phase est le cœur du jeu. Il arrive qu'après quelque jets de dés précis, une matière première ait subi une forte dévaluation, ou au contraire une importante hausse de cours. Les échanges sont alors très animés.
  3. Construction : le joueur peut enfin dépenser ses ressources pour construire des routes et fonder des colonies ou des villes, afin d'étendre son influence et d'augmenter ses chances de gagner des matières premières. Il peut également acheter des cartes qu'il pourra ensuite jouer quand il le désirera pour se rapprocher de la victoire.

Chaque colonie vaut un point de victoire (PV). Une ville en vaut deux, construire la route la plus longue (de longueur minimale 5 jetons route) en vaut également deux, et posséder l'armée la plus puissante (constituée au minimum de trois cartes chevalier) permet aussi de gagner deux points. Le premier joueur qui totalise dix points de victoire gagne la partie.

Les extensions[modifier | modifier le code]

Diverses extensions viennent enrichir Les Colons de Catane.

Les Marins de Catane[modifier | modifier le code]

Propose de séparer l'aire de jeu en plusieurs îles sur lesquelles les joueurs pourront débarquer à l'aide de petits bateaux, une variante maritime des sections de route. Cette extension introduit l'or comme ressource supplémentaire équivalente à une ressource de son choix. Le livret propose également plusieurs exemples de disposition de l'aire de jeu, sous forme d'archipels.

Villes et Chevaliers[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une deuxième extension, plus complexe et plutôt destinée aux joueurs chevronnés. Cette extension ajoute d'autres ressources, des cartes d'activités différentes et permet la création de métropoles. Elle allonge aussi la durée du jeu d'une heure trente environ, mais apporte encore davantage d'aspects tactiques et stratégiques : les joueurs peuvent engager des chevaliers pour empêcher certaines constructions adverses ou repousser le brigand. Le jeu perd donc un peu son aspect pacifique. Cependant, un certain aspect coopératif apparait lors de la lutte contre l'ennemi commun que constituent les Barbares. Il est possible de construire des remparts pour augmenter la taille maximum de sa main lors d'un sept au dés. Les cités produisent d'autres types de ressources : tissu, papier, monnaie. Les cartes progrès prennent également une importance accrue.

Barbares et Marchands[modifier | modifier le code]

Dans cette extension vous êtes à la tête de transports en charge de rénover le grand château de Catane. Vous devez transporter des vitraux, du marbre et du sable afin de faire rayonner Catane plus que jamais. De plus vous pourrez jouer à deux joueurs. Les Rivières vous permet de vivre la grande ruée vers l’or, tandis que les Pêcheurs mettront vos talents de pêcheurs à l’épreuve.

Pirates et Découvreurs[modifier | modifier le code]

Dans cette extension, il s'agit de découvrir des territoires inconnus, et de combattre des pirates.

Extensions cinq-six joueurs[modifier | modifier le code]

Comme Les Colons de Catane est prévu pour trois ou quatre joueurs, Kosmos a demandé à Klaus Teuber de créer des extensions pour cinq et six joueurs, pour le jeu de base ainsi que pour Les Marins de Catane et Villes et Chevaliers.

Les jeux de la collection Colons de Catane[modifier | modifier le code]

De nombreux autres jeux ont été édités en reprenant les principes et/ou l'univers de Colons de Catane.

Colons de Catane, le jeu de cartes[modifier | modifier le code]

Pour ceux qui préfèrent jouer à deux, il existe aussi un jeu de cartes, Les colons de Catane (le jeu de cartes pour 2 joueurs), qui se joue totalement indépendamment du jeu Les Colons de Catane.

Ce nouveau jeu fut lui-aussi une réussite et sept extensions thématiques sont parues peu après :

  • Politique et Intrigue (P&I)
  • Magiciens et Dragons (M&D)
  • Science et Progrès (S&P)
  • Chevaliers et Marchands (C&M)
  • Commerce et Évolution (C&E)
  • Barbare et Négociants (B&N)
  • Artistes et Mécènes (A&M)

Colons de Catane, le jeu de dés[modifier | modifier le code]

Mélange de Yams et de Colons de Catane.

Abenteuer Menschheit[modifier | modifier le code]

Les Colons de Catane à la préhistoire.

Candamir: Le premier colon[modifier | modifier le code]

Elasund, la première cité[modifier | modifier le code]

Les joueurs doivent construire ensemble la première cité de l'île de Catane.

Colons de Catane: la Conquête de Rome[modifier | modifier le code]

Ce jeu propose de jouer un peuple barbare partant à la conquête de l'Empire romain

Les Enfants de Catane[modifier | modifier le code]

Ce jeu reprend la thématique des Colons de Catane, mais avec des règles simplifiées pour un public plus jeune.

Objectif Catane[modifier | modifier le code]

Les joueurs incarnent des vaisseaux spatiaux perdus dans une galaxie inconnue. Les vaisseaux doivent regagner Catane en rendant des services aux habitants de cette galaxie.

Variante(s)[modifier | modifier le code]

Il existe une multitude de variantes, modifiant ou enrichissant les règles de bases. En voici quelques-unes.

« La pauvreté n'est pas un vice ! »[modifier | modifier le code]

Cette variante permet de compenser le manque de chance des joueurs se retrouvant très désavantagés par une série de jets de dés sans gain de matières premières. Il suffit de se munir d'une vingtaine de jetons ou de pièces. Chaque fois qu'à l'issue de la phase de production, un joueur n'a pas reçu de ressources (sauf si les dés ont fait sept), il reçoit un jeton. Ces jetons peuvent servir de monnaie d'échange lors de la phase de commerce. À son tour, un joueur peut, au lieu de lancer les dés, dépenser autant de jetons qu'il a de points de victoire. S'il le fait, il choisit alors le résultat des dés. Il ne peut pas choisir sept. Les matières premières sont reçues ensuite selon les règles habituelles, avec le nombre choisi. Si un joueur ne reçoit rien, il gagne un jeton.

« Colons de Catane Équitables »[modifier | modifier le code]

La principale critique faite aux Colons de Catane est la diversité de distribution statistique des différentes ressources. Pour éviter cela, cette variante remplace les deux dés 6 par un dé 10 (numéroté de 0 à 9, que l'on trouve chez tous les marchands de jeux de rôles) en établissant les équivalences 0-10, 1-11 et 2-12. Cette variante a été créée et testée par La Forêt Magique : http://www.foretmagique.fr/jouer/394-pour-des-colons-de-catane-equitables-

« Colons de Catane Vraiment Équitables »[modifier | modifier le code]

La principale critique faite à la variante des Colons de Catane Équitables est le fait que le voleur (qui est un des facteurs d'équilibre du jeu indispensable) tombe beaucoup moins souvent. Une façon de la contourner est d'utiliser non pas un dé 10, mais un dé 12. Un résultat de 1 ou 7 donnerait un résultat "voleur", on garde ainsi la probabilité d'une chance sur 6 pour son apparition.

« Tremblement de terre »[modifier | modifier le code]

Afin d'éviter de désavantager les joueurs possédant des terrains avec de trop faibles numéros (2-3-11-12), on décide au début de la partie d'un temps au bout duquel les jetons seront aléatoirement replacés sur la carte (toutes les 10 à 20 minutes par exemple). Cette variante, quoiqu'elle réduise l'aspect stratégique du jeu permet au joueurs de ne pas se sentir lésés s'ils ont placé leur village en dernier sur des positions peu intéressantes. On peut de plus imaginer que le placement initial des villages se fait avant que les jetons ne soient distribués sur la carte. Dans le cas de l'extension Les Marins de Catane, on peut imaginer un tremblement de terre indépendamment sur chaque île (les numéros restent sur une même île, même s'ils sont mélangés toutes les 10-20 minutes).

Championnat du monde[modifier | modifier le code]

Un championnat du monde se joue depuis 2002[4]. Chaque pays a droit à deux représentants[5]. Le championnat a été hébergé par le Spiel d’Essen jusqu’en 2007. Le championnat est bisannuel depuis 2008 et n’a plus lieu que les années paires. Voici tous les finalistes (finale à quatre joueurs) :

Édition Lieu Champion 2e 3e 4e Meilleur pays
2002Ire Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : Irlande Jacques Kieft Drapeau : Allemagne Michel Hirschfeld Drapeau : Pays-Bas Hans Baert Drapeau : Italie Armin Rauch Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2003 – IIe Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : Allemagne Michel Hirschfeld Drapeau : Espagne Samuel Fuentes Drapeau : Finlande Lasse Rintakumpu Drapeau : Japon Fumiki Watanabe Drapeau de l'Espagne Espagne
2004 – IIIe Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : Italie Francesco Ferrari Drapeau : Danemark Claus Sørensen Drapeau : Japon Katsumi Takahashi Drapeau : Écosse Colin McKenna Drapeau du Japon Japon
2005 – IVe Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : République tchèque Jiří Buchta Drapeau : Pays-Bas Frans de Bode Drapeau : Irlande Shane Cassells Drapeau : Finlande Andres Münziger Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2006 – Ve Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : Finlande Markus Nuopponen Drapeau : Japon Shinya Ohi Drapeau : Allemagne Thomas Sander Drapeau : Japon Junya Sakoda Drapeau du Japon Japon
2007 – VIe Drapeau : Allemagne Essen Drapeau : Lettonie Arnis Buka Drapeau : Royaume-Uni Alan Farrell Drapeau : Finlande Markus Nuopponen Drapeau : Malaisie Triona Leo Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
2008 – VIIe Drapeau : États-Unis Indianapolis Drapeau : États-Unis Todd Sweet Drapeau : Australie Rohan Flavelle Drapeau : États-Unis Matt McLaughlin Drapeau : Autriche Andreas Landrichter Drapeau des États-Unis États-Unis
2010 – VIIIe Drapeau : Allemagne Leibertingen Drapeau : Pays-Bas Erwin Pauëlsen Drapeau : Lettonie Maris Logins Drapeau : Finlande Mauri Sahlberg Drapeau : Allemagne Peter Jähne Drapeau de la Lettonie Lettonie
2012 – IXe Drapeau : États-Unis Valley Forge Drapeau : Autriche Herbert Schager Drapeau : Hong Kong Chan Chi Wai Drapeau : Lituanie Justinas Noreika Drapeau : Allemagne Reiner Biela Drapeau de l'Autriche Autriche
2014 – Xe Drapeau : Allemagne Berlin          

Récompenses[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Catane

Éditions électroniques[modifier | modifier le code]

Les Colons de Catane ont fait l’objet de diverses adaptations électroniques sur la console de jeux Xbox 360 (Catan), sur Nintendo DS, ainsi que sur le smartphone iPhone, la tablette iPad, le système d’exploitation Android et GNU/Linux.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (fr) lemonde2catane La plus importante base de données francophone autour des Colons de Catane, plus de 80 extensions officielles ou non, d'aides de jeu et de variantes, un forum et une communauté importante. Français, anglais, néerlandais, allemand.

Références[modifier | modifier le code]

  1. dans l’édition de 1995 de la gamme Eurogames des Jeux Descartes
  2. dans l’édition Filosofia de 2010
  3. Règle en français sur le site web Ludism ; Règle en vidéo sur Yahndrev
  4. (de) [1] ou (en) [2]
  5. Un pays ayant un champion du monde ou un vice-champion du monde en titre a le droit à trois représentants exceptionnellement. Le Royaume-Uni a aussi eu le droit à deux représentants par nation britannique jusqu’en 2007.