Leonarda Cianciulli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Leonarda Cianciulli
Tueuse en série
Image illustrative de l’article Leonarda Cianciulli
Information
Naissance
Montella, Province d'Avellino, Royaume d'Italie
Décès (à 76 ans)
Pozzuoli, Province de Naples, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italie
Profession Diseuse de bonne aventure
Surnom Saponificatrice de Correggio
Victimes 3

Leonarda Cianciulli, née le à Montella et décédée à Pozzuoli le est une diseuse de bonne aventure, tueuse en série et cannibale Italienne, connue sous le pseudonyme de la Saponificatrice de Correggio (en italien : la Saponificatrice di Correggio)[1]. Leonarda a assassiné trois femmes à Correggio entre 1939 et 1940, et a transformé leurs corps en savon et gâteaux.

Meurtres[modifier | modifier le code]

En 1939, Leonarda Cianciulli apprend que son fils aîné Giuseppe est incorporé à l'armée italienne. Giuseppe est son fils préféré et pour le protéger, Leonarda se met en tête de pratiquer des sacrifices humains.

Les victimes de Leonarda Cianciulli sont Faustina Setti, Francesca Soavi et Virginia Cacioppo venues chez elle afin de connaître leur avenir et qui sont tuées à coup de hache. Elle découpe les corps en neuf morceaux et récupère le sang dans une bassine. Leurs dépouilles sont transformées en savon à l'aide de sept kilos de soude caustique et quant au sang, elle le mélange avec de la farine, du sucre, du chocolat, des œufs et du lait pour en faire des gâteaux qu'elle sert aux femmes qui lui rendent visite. Elle reconnaîtra que les gâteaux faits à partir du sang de Virgina Cacioppo sont les meilleurs.

Arrestation et procès[modifier | modifier le code]

Leonarda Cianciulli est suspectée par la belle-sœur de sa dernière victime, qui rapporte ces craintes auprès du poste de police de Reggio Emilia qui ouvre une enquête et arrête très vite Leonarda Cianciulli qui avoue en détail ses trois meurtres.

Dans un entretien pour la revue Positif, Max von Sydow, évoquant sa carrière d'acteur en Italie, parle du film Black Journal de Mauro Bolognini qui s'inspire de cette affaire en ces termes : « J'ai fait un film avec Bolognini qui était presque une comédie. L'histoire vraie d'une femme qui, pendant la guerre, avait tué ses copines pour recycler les cadavres en savons ou en gâteaux. Ce petit trafic lui avait permis de survivre. Prise par la police, elle a accusé son fils. Il a passé la guerre en prison...ce qui lui a permis d'échapper à la guerre et peut-être à la mort. »[2]

En 1946, Leonarda Cianciulli est jugée et condamnée à trente ans de prison dont trois dans un asile psychiatrique. Elle meurt dans la prison de Pozzuoli le 15 octobre 1970. Un certain nombre de preuves dont la bassine ayant servi à faire fondre ses victimes, sont gardées dans le musée criminel de Rome.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son histoire a inspiré un certain nombre d'œuvres :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Amore e Magia nella Cucina di Mamma de Lina Wertmüller
  • Leonarda Cianciulli: Storia di una serial Killer de Andrea Pilato

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sodium: Getting rid of dirt - and murder victims BBC News du 3 mai 2014
  2. Entretien avec Nicolas Bauche et Adrien Gombeaud, Positif, no 617, Juillet-août 2012.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :