Le Loup des mers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Loup des mers
Image illustrative de l'article Le Loup des mers
Première édition américaine de Le Loup des Mers (1904)

Auteur Jack London
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Roman d'aventure psychologique
Version originale
Langue Anglais américain
Titre The Sea-Wolf
Éditeur Macmillan Company
Lieu de parution New York
Date de parution 1904
Version française
Traducteur Paul Gruyer et Louis Postif
Éditeur Georges Crès
Lieu de parution Paris
Date de parution 1926
Nombre de pages 293

Le Loup des mers (titre original : The Sea-Wolf) est un roman de l'écrivain américain Jack London publié aux États-Unis en 1904. En France, il a paru pour la première fois en 1926[1].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1893, Jack London embarque pour une campagne de chasse au phoque dans le Pacifique Nord à bord de la goélette Sophia Sutherland. À partir de cette expérience, London écrira son premier récit: « Histoire d'un typhon au large des côtes du Japon », pour un journal de San Francisco. Ce voyage servira aussi de trame à son roman « Le Loup des mers ». Pour le personnage principal, Loup Larsen, il s'inspirera de la vie aventureuse d'Alexander McLean, « connu pour avoir eu un passé de brute et, pour ce qui était de la violence physique, personne n'allait plus loin que lui dans le monde des chasseurs de phoques »[2].

Résumé[modifier | modifier le code]

La Raison du plus fort : voilà la devise de Loup Larsen, capitaine de la goélette Le Fantôme. Violent, brutal, meurtrier, ne vivant que pour vaincre et dompter les autres, Loup, à la force de titan, terrorise son équipage fruste de matelots et de chasseurs de phoques. Secouru à la suite d'un naufrage, Humphrey Van Weyden, homme de lettres distingué, est contraint d'intégrer l'équipage de la goélette pour « apprendre à marcher avec ses deux jambes ».

Délicat, croyant à l'immortalité de l'âme, Humphrey est confronté au matérialisme cynique de Larsen. Il découvre peu à peu un monde sans règles apparentes. Commençant au poste de mousse, il assiste le cuisiner du Fantôme dans la préparation des repas, il devient par la suite le second de Larsen. Le périple est notamment rythmé par les échanges philosophiques entre les deux hommes. Deux membres de l'équipage, George Leach et Jonhson, montent une partie de l'équipage contre Larsen et tentent de l'assassiner. Après l'échec de leur tentative, ils fuient le navire sur un canot en direction du Japon. Ils seront rattrapés par Loup Larsen qui les laissera mourir noyés. Le même jour, une jeune femme Maud Brewster, poétesse célèbre et ses 4 compagnons, tous rescapés d'un naufrage, sont récupérés par Le Fantôme et enrôlés à leur tour dans l'équipage. Humphrey s'éprend de la jeune femme, mais le sinistre Loup la convoite.

Profitant des migraines terribles qui clouent momentanément Loup Larsen dans sa cabine, le couple s'enfuit une nuit en direction du Japon, ils dérivent pendant de nombreux jours et finissent par débarquer sur une île remplie de phoques, inhospitalière et peu fréquentée des voies navigables. Ils organisent tant bien que mal leur survie sur l'île se résignant à y passer l'hiver. Un matin, Humphrey Van Weyden découvre Le Fantôme échoué sur les rivages de l'île. Seul Loup Larsen est à bord, l'ensemble de l'équipage a péri. Celui-ci a perdu la vue, mais trouve encore l'énergie de saboter la réparation de la goélette entreprise par le couple et essaye de tuer Humphrey. Il échoue et finit par mourir. Humphrey et Maud peuvent enfin remettre le Fantôme à flots et quitter l'île.

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

Le roman est rythmé par l'affrontement entre deux visions de la vie radicalement opposées, celle du cynique Loup Larsen dont les idées semblent directement inspirées de la sélection naturelle formalisée par Darwin ou encore par la théorie du surhomme de Nietzsche et celle de Humphrey qui croit à la morale et au caractère sacré de toute vie humaine.


Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions en anglais[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • Le Loup des mers, traduit par Paul Gruyer et Louis Postif, 1926.
  • Le Loup des mers, traduit par Philippe Jaworski, Gallimard, 2016[3].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

  • 1972 : Le Loup des mers, série télévisée (6 épisodes), avec Raimund Harmstorf dans le rôle de Loup Larsen.
  • 1993 : Le Loup des mers, téléfilm américain avec Charles Bronson dans le rôle de Loup Larsen.
  • 2008 : Seawolf-Le loup des mers, téléfilm allemand de Christoph Schrewe, .

En bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Le Loup des mers, librement adapté par Riff Reb's, aux éditions Soleil Productions. (Album lauréat de la première édition du Prix de la BD Fnac 2013[4].)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice n°: FRBNF41663002 de la Bibliothèque nationale de France
  2. Lettre de Jack London du 14 juin 1905
  3. Jack London, Romans, récits et nouvelles, tome I, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2016 (ISBN 9782070146475)
  4. Page du Prix de la 1re édition 2013, sur le site de la Fnac.