Malice de Porportuk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Malice de Porportuk
Publication
Auteur Jack London
Titre d'origine The Wit of Porportuk
Langue Anglais américain
Parution New York (États-Unis)
The Macmillan Co
1910
Recueil La Face perdue
Traduction française
Traduction Paul Gruyer et Louis Postif
Parution
française
Les Œuvres libres, 1926
Intrigue
Genre Nouvelle d'aventure
Lieux fictifs Nord canadien
Nouvelle précédente/suivante

Malice de Porportuk (titre original : The Wit of Porportuk) est une nouvelle du Nord canadien de l'écrivain américain Jack London, publié aux États-Unis en 1910. En France, elle a paru pour la première fois en 1926.

Historique[modifier | modifier le code]

La nouvelle est publiée initialement dans The Times Magazine en décembre 1906, avant d'être reprise dans le recueil Lost Face en mars 1910.

Résumé[modifier | modifier le code]

Porportuk, le vieil usurier, a bien gagné aux enchères la jeune El-Soo, mais celle-ci s'est enfuie avec son amoureux. Courir après un chien qui ne cesse de s'enfuir de chez son propriétaire ne l'amuse plus. Il va laisser libre cours à sa malice pour l'empêcher de s'enfuir à nouveau...

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions en anglais[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • L’Esprit de Porportuk, traduction de Paul Gruyer et Louis Postif in Les Œuvres libres, Paris, Fayard, janvier 1926,.
  • Le Jugement de Porportuk, traduction de Simone Chambon, in The White Silence and other stories/Le Silence blanc et autres nouvelles, recueil bilingue, Le Livre de Poche, 1989.
  • Malice de Porportuk, traduit par Marc Chénetier, Gallimard, 2016[1].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jack London, Romans, récits et nouvelles, tome I, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2016 (ISBN 9782070146475)