Malice de Porportuk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Malice de Porportuk
Publication
Auteur Jack London
Titre d'origine
The Wit of Porportuk
Langue Anglais américain
Parution New York (États-Unis)
The Macmillan Co
1910
Recueil
Traduction française
Traduction Paul Gruyer et Louis Postif
Parution
française
Les Œuvres libres, 1926
Intrigue
Genre Nouvelle d'aventure
Lieux fictifs Nord canadien
Nouvelle précédente/suivante

Malice de Porportuk (titre original : The Wit of Porportuk) est une nouvelle du Nord canadien de l'écrivain américain Jack London, publié aux États-Unis en 1910. En France, elle a paru pour la première fois en 1926.

Historique[modifier | modifier le code]

La nouvelle est publiée initialement dans The Times Magazine en décembre 1906, avant d'être reprise dans le recueil Lost Face en mars 1910.

Résumé[modifier | modifier le code]

Porportuk, le vieil usurier, a bien gagné aux enchères la jeune El-Soo, mais celle-ci s'est enfuie avec son amoureux. Courir après un chien qui ne cesse de s'enfuir de chez son propriétaire ne l'amuse plus. Il va laisser libre cours à sa malice pour l'empêcher de s'enfuir à nouveau...

Éditions[modifier | modifier le code]

Éditions en anglais[modifier | modifier le code]

Traductions en français[modifier | modifier le code]

  • L’Esprit de Porportuk, traduction de Paul Gruyer et Louis Postif in Les Œuvres libres, Paris, Fayard, janvier 1926,.
  • Le Jugement de Porportuk, traduction de Simone Chambon, in The White Silence and other stories/Le Silence blanc et autres nouvelles, recueil bilingue, Le Livre de Poche, 1989.
  • Malice de Porportuk, traduit par Marc Chénetier, Gallimard, 2016[1].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jack London, Romans, récits et nouvelles, tome I, édition publiée sous la direction de Philippe Jaworski, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2016 (ISBN 9782070146475)