Arrondissement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Arrondissement de Saint-Denis
Arrondissement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Situation de l'arrondissement de Saint-Denis dans le département Seine-Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département et
collectivité territoriale
Seine-Saint-Denis
Chef-lieu Saint-Denis
Code arrondissement 933
Démographie
Population 443 169 hab. (2019)
Densité 9 350 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 56′ 01″ nord, 2° 21′ 23″ est
Superficie 47,4 km2
Subdivisions
Communes 9

L'arrondissement de Saint-Denis est une division administrative française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France.

L'arrondissement a un homonyme exact à La Réunion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Département de la Seine[modifier | modifier le code]

Saint-Denis fut érigée en 1800 en l'une des sous-préfectures du département de la Seine, supprimé par la loi du 10 juillet 1964, qui créa le département de Paris et les trois départements de la petite couronne. Cette première sous-préfecture fut partiellement supprimée le 2 avril 1880, l’arrondissement de Saint-Denis étant conservé mais administré directement par le préfet de la Seine (il n’y a donc plus de sous-préfet de Saint-Denis)[1].

Composition

L'arrondissement, initialement subdivisé par les quatre cantons de Nanterre (renommé en canton de Courbevoie en 1829[2]), Neuilly, Pantin et Saint-Denis[3], a été redécoupé en 12 cantons en 1893 :

L'arrondissement fut supprimé en 1968, lors de la mise en place des départements de la Seine-Saint-Denis et des Hauts-de-Seine.

Département de la Seine-Saint-Denis[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Denis du département de la Seine-Saint-Denis a été recréé par le décret no 93-259 du 26 février 1993, par démembrement de l'arrondissement de Bobigny[4].

Compétences administratives[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Saint-Denis

Cet arrondissement, de création récente, ne dispose pas encore d'une sous-préfecture de plein exercice. Elle occupe les bureaux de l'ancien office HLM de la Ville de Saint-Denis, qui a été intégré dans l'OPAC communautaire de Plaine Commune. Elle devrait s'installer en 2018, après des travaux, dans l'Ancien siège de du journal l'Humanité[5].

Les services de la sous-préfecture sont essentiellement consacrés à la représentation territoriale de l'État pour les 9 communes qui en dépendent. Ils assurent également l'accueil du service des naturalisations.

Les autres services à la population, et notamment la délivrance de titres d'identité et de voyages (CNI, passeport, carte grise, permis de conduire) sont assurés à la Préfecture de Bobigny[6].

Composition[modifier | modifier le code]

De 1800 à 1967, l'arrondissement de Saint-Denis était inclus dans le département de la Seine et se composaient de 4 cantons jusqu'en 1893, puis 12 cantons jusqu'en 1908, puis 13 cantons jusqu'à la dissolution du département.

  1. Canton de Boulogne-Billancourt (Commune de Boulogne-Billancourt) ;
  2. Canton de Neuilly-sur-Seine (Commune de Neuilly-sur-Seine) ;
  3. Canton de Levallois-Perret (Commune de Levallois-Perret) ;
  4. Canton de Clichy (Commune de Clichy) ;
  5. Canton de Courbevoie (Communes de Courbevoie et Colombes)
    Ce canton est scindé en 1908 pour permettre la création du canton de Colombes, constitué des communes de Colombes, Bois-Colombes (commune créée en 1896) et La Garenne-Colombes (commune créée en 1910), le canton de Courbevoie n'étant désormais constitué que de la commune de Courbevoie[7] ;
  6. Canton de Puteaux (Communes de Puteaux, Nanterre et Suresnes) ;
  7. Canton d'Asnières-sur-Seine (Communes d'Asnières-sur-Seine et Gennevilliers) ;
  8. Canton de Saint-Denis (Commune de Saint-Denis) ;
  9. Canton de Saint-Ouen-sur-Seine (Communes de Saint-Ouen-sur-Seine, Épinay-sur-Seine, L'Île-Saint-Denis) ;
  10. Canton d'Aubervilliers (Communes d'Aubervilliers, La Courneuve, Dugny, Pierrefitte-sur-Seine, Stains, Villetaneuse) ;
  11. Canton de Pantin (Communes de Pantin, Bagnolet, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais) ;
  12. Canton de Noisy-le-Sec (Communes de Noisy-le-Sec, Bobigny, Bondy, Drancy, Le Bourget, Romainville, Rosny-sous-Bois, Villemomble)[8].

A partir de 1993, l'arrondissement est composé de 9 communes, qui constituent la totalité de la communauté d'agglomération Plaine Commune du au , de l'établissement public territorial Plaine Commune, composante de la métropole du Grand Paris, à partir du .

Au , l'arrondissement groupe les 9 communes suivantes[9] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2019, l'arrondissement comptait 443 169 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2019
371 054369 509361 965360 080347 250384 264407 007435 310443 169
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[10] puis population municipale à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sous-préfets[modifier | modifier le code]

1800-1880 : sous-préfets de Saint-Denis dépendant du préfet de la Seine :[12]

  • Louis, Auguste Dubos, sous-préfet de Saint-Denis (ou sous-préfet de Franciade ?) le 14 germinal an VIII (4 avril 1800)
  • Pierre, Jean, René, Frédéric Le Roy de Chavigny (1783-1866), sous-préfet de Saint-Denis le 18 novembre 1815
  • Jacques, Joseph, Guillaume Dalon (1795-1874), sous-préfet de Saint-Denis le 8 janvier 1823
  • Adrien, Sébastien Bourgeois de Jessaint (Adrien-Sébastien de Jessaint), sous-préfet de Saint-Denis le 12 novembre 1823
    Reconnaissant, le conseil municipal de la commune de La Chapelle (commune de l’arrondissement de Saint-Denis) donna son nom à la rue de Jessaint[13]. Cette voie fait partie du territoire annexé par Paris en 1860 : la commune de La Chapelle fut supprimée à cette occasion.
  • Édouard, Jules, Edmond Mazères, sous-préfet de Saint-Denis le 30 juillet 1832
  • Lucien Méchin, sous-préfet de Saint-Denis le 13 novembre 1835
  • D. de Langlard, sous-commissaire du gouvernement le 11 mars 1848
  • Antoine, François, Louis Cruveilhier, sous-préfet de Saint-Denis le 22 juin 1848
  • Edmond Didier, sous-préfet de Saint-Denis le 12 juillet 1850
  • Charles, Alfred de Boisthierry, sous-préfet de Saint-Denis le 31 octobre 1851
  • Charles, Philippe, Adolphe Lepic, sous-préfet de Saint-Denis le 23 novembre 1855
  • Édouard Gérard, sous-préfet de Saint-Denis le 11 juin 1860
  • Lucien Mercier, sous-préfet le 31 janvier 1870 ; reste en fonction le 4 septembre 1870
  • Jules Mahias, administrateur provisoire le 6 avril 1871
  • Lucien, Louis, Samuel Lemoine, sous-préfet de Saint-Denis le 13 juillet 1871
  • Camille Sée, sous-préfet de Saint-Denis le 14 juin 1872
  • Tiburce Sébastiani (1833- ), sous-préfet de Saint-Denis le 7 juin 1873
  • François, Charles, Marie, Emmanuel de Barillon, sous-préfet de Saint-Denis le 28 août 1874
  • Henri Falret de Tuite, sous-préfet de Saint-Denis le 6 janvier 1875
    Frère de Jules Falret, médecin aliéniste.
  • Albert, Fernand Delacour, sous-préfet de Saint-Denis le 3 juillet 1877

depuis 1993 : sous-préfets de Saint-Denis dépendant du préfet de la Seine-Saint-Denis :

  • ...

Historique des députations[modifier | modifier le code]

Par loi du , le scrutin d'arrondissement (uninominal majoritaire à deux tours) est établis au sein de la IIIe République. Les arrondissements possédant plus de cent mille habitants sont divisés par tranche de cent mille habitants, comme c'est le cas de l'arrondissement de Saint-Denis, qui possède ainsi trois députés en 1876 et jusqu'à une dizaine en 1936. Il s'agit du mode de scrutin des élections législatives jusqu'en 1936, excepté en 1885 et de 1919 à 1927.

Députés de l'arrondissement élus à la Chambre des députés pour les législatures de la Troisième République
Législature Circ Début de mandat Fin de mandat Député Tendance Observations Sources
Ire 1re Camille Sée GR [14]
2e Édouard Bamberger GR [14]
3e Émile Deschanel Rép. mod.
IIe 1re Camille Sée GR
2e Édouard Bamberger GR
3e Émile Deschanel Rép. mod. Démissionne
3e Jean Roque de Filhol ExG
IIIe 1re Eugène Delattre GR
2e Émile Villeneuve GR
3e Jean Roque de Filhol ExG
Ve 1re Émile Goussot Boul. [15]
2e Émile Revest Boul. [15]
3e Francis Laur Boul. Election invalidée le 14 décembre 1889, réélu le 16 février 1890 [14]
4e Élie Boudeau Boul. [15]
VIe 1re Émile Goussot GN
2e Albert Walter CRC
3e Alexandre Avez POSR Décès le 12 janvier 1896
3e Victor Renou POSR [14]
4e Louis Lefoullon Rép. rad. Décès le 28 décembre 1895 [14]
4e Louis Sautumier Décès le 12 novembre 1896 [14]
4e Jean-Baptiste Rigaud [14]
5e René Chauvin POF [14]
VIIe 1re Émile Goussot
3e Victor Renou POSR [14]
VIIIe 1re Adrien Veber SFIO
2e Albert Walter PSR [14]
3e
4e Firmin Faure PN
IXe 1re Adrien Veber SFIO
2e Albert Walter SFIO [14]
5e Hector Depasse PRRRS [14]
Xe 1re Adrien Veber SFIO
2e Albert Walter SFIO [14]
3e Adrien Meslier SFIO [14]
5e Hector Depasse PRRRS Décès le 16 septembre 1911 [14]
6e Louis Dubois RP [14]
7e Lucien Voilin SFIO
XIe 1re Adrien Veber SFIO [16]
2e Pierre Laval SFIO [16]
3e Albert Walter SFIO [16]
4e Maurice Bokanowski PRRRS [16]
5e Jean Bon SFIO [16]
6e Édouard Nortier RP Mort à Boezinge des blessures infligées au combat par un éclat d'obus. [16]
7e Louis Dubois FR [16]
8e Lucien Voilin SFIO [16]
XIVe 1re Louis Marsais SFIO [17]
2e Jean-Marie Clamamus PCF Vote de juin 1928 invalidé, second vote en octobre 1928 [18]
3e Maurice Foulon Ind. [14]
4e Jacques Doriot PCF [19]
5e Maurice Bokanowski PRRRS Décès le 2 septembre 1928 [20]
5e Aimery Blacque-Belair Ind. [14]
6e Gustave Lesesne PUP [21]
8e Paul Caujole AD [14]
11e Georges Ménétrier PCF Election invalidée le 29 décembre 1928 [22]
11e André Marty PCF
Louis Dubois URD
XVe 1re Louis Marsais SFIO [17]
2e Jean-Marie Clamamus PCF Démissionne, élu au Sénat [18]
3e Maurice Foulon Ind. G. [23]
4e Jacques Doriot PCF [19]
6e Gustave Lesesne PUP [21]
7e Charles Auffray PUP [14]
10e André Grisoni PRRRS [14]
11e Georges Barthélémy SFIO [24]
XVIe 1re Marcel Gitton PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940 [25]
2e
3e Charles Tillon PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940 [23]
4e Jacques Doriot PPF [19]
6e Joanny Berlioz PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940 [26]
7e Maurice Honel PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940 [20]
10e Étienne Fajon PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940 [27]
11e Georges Barthélémy SFIO
12e Waldeck Rochet PCF Les députés communistes sont déchus de leur mandat le 21 janvier 1940

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Frémy et Michèle Frémy, Quid 2007, éditions Robert Laffont, 2006, 2190 pages, (ISBN 9782221106778), page 1172, colonne a.
  2. « Ordonnance du Roi du 1er mars 1829, portant que le Chef-lieu de la Justice de paix du canton de Nanterre département de la Seine, sera transféré à Courbevoie, commune du même canton », Bulletin des lois du Royaume de France, t. 10, no 280,‎ , p. 107-108 (lire en ligne).
  3. « Arrête du 25 fructidor an IX, portant fixation des justices de paix du département de la Seine », Bulletin des lois de la République, t. III, no 102,‎ , p. 353-354 (lire en ligne).
  4. Décret n° 93-259 du 26 février 1993 portant Création de l'arrondissement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
  5. L'ancien siège de « L'Humanité » transformé en sous-préfecture, lemonde.fr, 16 avril 2015.
  6. Source : Site de la Préfecture de la Seine-Saint-Denis - 2008
  7. « Loi du 14 avril 1908, distrayant les communes de Colombes et de Bois-Colombes (Seine) du canton de Courbevoie pour former un nouveau canton ayant Colombes pour chef-lieu », Journal officiel de la République française, vol. 1908, no 105,‎ , p. 2651 (lire en ligne).
  8. « Loi du 13 avril 1893 augmentant le nombre de circonscriptions cantonales des arrondissements de Sceaux et de Saint-Denis (Seine) », Journal officiel de la République française, vol. 1893, no 101,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  9. « Composition de l'arrondissement de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) », sur https://www.insee.fr (consulté le )
  10. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  11. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  12. Archives nationales (France) (répertoire nominatif par Christiane Lamoussière, revu et complété par Patrick Laharie ; répertoire territorial et introduction par Patrick Laharie), Le Personnel de l’administration préfectorale, 1800-1880, Paris : Centre historique des Archives nationales, 1998, 1159 pages, 27 cm, (ISBN 2-86000-271-5), « Sous-préfets de Saint-Denis (Seine) » page 1035.
  13. http://www.v2asp.paris.fr/commun/v2asp/v2/nomenclature_voies/Voieactu/4855.nom.htm : Rue de Jessaint (mairie de Paris) . page consultée le 5 février 2015.
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u [Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 1 De Jean-Marie Mayeur, Arlette Schweitz]
  15. a b et c [1]
  16. a b c d e f g et h Résultats élection 1914
  17. a et b Marsais
  18. a et b Clamamus
  19. a b et c Doriot, maitron.fr
  20. a et b Honel, maitron.fr
  21. a et b Gustave Lesesne
  22. [2]
  23. a et b Charles Tillon, maitron.fr
  24. Barthélémy, maitron.fr
  25. Gitton, maitron.fr
  26. Berlioz, maitron.fr
  27. Fajon, maitron.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]