Le Courrier de l'Unesco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Couverture de la version espéranto de juillet–septembre 2017

Depuis 1948, Le Courrier de l'Unesco est l'organe de presse trimestriel qui accompagne les actions de l'instition interétatique éponyme de l'Organisation des Nations Unies. Il s'est doté d'un slogan: "plusieurs voix, un seul monde". Son siège est dans celui de l'UNESCO à Paris. Il parait dans les six langues officielles de l’organisation (anglais, français, espagnol, arabe, russe et chinois) ainsi qu'en portugais, catalan, coréen, et en langue universelle espéranto.

Le but du Courrier de l'Unesco est de « promouvoir les idéaux de l’UNESCO, servir de plate-forme au dialogue entre les cultures et constituer une tribune aux débats internationaux. »[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le journaliste américain Sandy Koffler (1916-2002) en est le fondateur, directeur et premier rédacteur en chef. Il reste en poste de 1948 à 1977. Il sera aussi l’un des artisans de la Déclaration de l'UNESCO sur la race (1950).

Volontaire et charismatique, infatigable Sandy Koffler est doté d'un solide sens relationnel. Il approche de nombreuses personnalités qui ont marqué le XXe siècle lors de la rédaction des articles, comme l’ethnologue suisse Alfred Métraux ou l’anthropologue Claude Lévi-Strauss avec lequel il collaborera au cours des années 1950, de sorte qu’un grand nombre des articles fondamentaux de celui-ci seront d’abord publiés au Courrier[2] avant d’être repris dans ses ouvrages de référence.[3],[4] Malgré la guerre froide, c'est l'âge d'or de l'Unesco et de cette revue.

Cette nomination montre bien que la politique étrangère de la Chine et son engagement international sont de plus en plus importants

A partir des années 90, la Chine pratique une politique étrangère beaucoup plus ouverte pour participer au niveau international aux decisions économiques, aux financières et sanitaires et efendre ses interets. Simultanément à la désrtion americaine de l'Organisation, la Chine renforce ses engagements envers l'UNESCO[5] - particulierement lorsque celle-ci n’aura plus les moyens de publier son fameux “Courriers de l’UNESCO”: elle en subventionne la parution à partir de 2017.[6],[7]

Depuis , l'Unesco a réduit le tirage de son édition papier mais diffuse une version gratuite de son Courrier en format PDF.

La version imprimée est dédiée aux thèmes de l'alphabétisation, des droits de l'homme, de l'environnement, des sciences, de l'art et de la culture.

La parution a été completement suspendue de 2012 à 2017 du fait des difficultés financières passagères, en conséquences des suspensions de contributions et même d'adhésion de certains états membres de l'UNESCO.[8]

Archives[modifier | modifier le code]

Les archives de la revue, en anglais, espagnol et français, sont cataloguées depuis le premier numéro publié en 1948, et disponibles sur le site de la revue sous la rubrique "Archives". Les versions arabe, chinoise et russe sont numérisées à partir de 2010.[9]

A Paris, les archives papier donnent accès à plus de 700 numéros.[10]

Rédacteurs en chef[modifier | modifier le code]

Autres collaborateurs[modifier | modifier le code]

Revues annexes[modifier | modifier le code]

De 1950 à 1992, l'UNESCO avait lancé la revue trimestrielle Impact of Science on Society (également connue sous le nom d'Impact) destinée à débattre de l'influence de la science sur la société.

L'UNESCO a également publié Museum International Quarterly à partir de 1948.

Citation[modifier | modifier le code]

« Parmi tous les périodiques publiés par les Nations unies et ses institutions spécialisées, Le Courrier de l'Unesco a toujours tenu la première place par le nombre de ses lecteurs et la variété de son public » Sandy Koffler, fondateur et premier rédacteur en chef de la revue[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Consulter https://fr.unesco.org/courier/about
  2. Un numéro spécial du Courrier a été publié en 2008, réunissant la majorité des articles de Claude Levy-Strauss, sous le titre "Claude Lévi-Strauss : Regards éloignés"
  3. Consulter https://fr.unesco.org/courier/2018-4/sandy-koffler-homme-conviction-talent
  4. Consulter Chloé Maurel. L’UNESCO de 1945 à 1974. Histoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2006 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00848712/document
  5. Consulter https://www.letemps.ch/monde/loffensive-chinoise-aux-nations-unies
  6. suivi en 2017 par la nomination de Xing Qu au poste de Directeur général adjoint de l'Unesco. Ancien président de l’Institut des Etudes internationales auprès du ministre des Affaires étrangères de Chine (2009-2014), il était depuis 2014 Ambassadeur de Chine en Belgique.
  7. consulter https://information.tv5monde.com/info/quand-la-chine-fait-main-basse-sur-les-organisations-internationales-307887
  8. Consulter «Courrier» version numerique disponible sur https://fr.unesco.org/courier/avril-juin-2017
  9. https://unesco.delegfrance.org/7-ans-de-reflexion-8-juillet-2015
  10. Consulter https://fr.unesco.org/courier/archives.
  11. Le Courrier de l'Unesco rend hommage à Edouard Glissant (1928-2011)
  12. [1]

Lien externe[modifier | modifier le code]