Le Condamné à mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Condamné à mort est un poème écrit en 1942 par Jean Genet (1910-1986), alors qu'il était interné à la prison de Fresnes pour vol.

Historique[modifier | modifier le code]

Le poète aurait composé ce long poème en réaction à un prix obtenu par un autre prisonnier, pour un poème qu'il jugeait facile et conventionnel. Il écrit alors Le Condamné à mort, qu'il dédie à un jeune assassin, Maurice Pilorge, guillotiné le 4 février 1939 à Rennes[1], (le 17 mars dans le poème) personnage qui le fascine et qui est l'objet de fantasmes décrits dans le poème.

Genet y développe les thèmes de l'amour entre prisonniers, de la fascination pour le beau voyou, du peu de valeur de la vie pour un être d'exception qu'est, selon lui, Pilorge, et de l'homosexualité.

Le film qu'il réalise en 1950, Un chant d'amour, reprend ces thèmes.

Citation[modifier | modifier le code]

« Nous n'avions pas fini de nous parler d'amour
Nous n'avions pas fini de fumer nos gitanes
On peut se demander pourquoi les cours condamnent.
Un assassin si beau qu'il fait pâlir le jour. »

Enregistrements[modifier | modifier le code]

Le texte a été enregistré, lu par Mouloudji, sur une musique d'André Almuro en 1966. Il a également été mis en musique par Hélène Martin qui en a chanté quelques extraits dès 1961. Cette dernière version, également chantée par Marc Ogeret en 1970, a fait l'objet d'un enregistrement par Étienne Daho et Jeanne Moreau en 2010[2],[3] et donna suite à un spectacle au Festival d'Avignon en 2011.

L'extrait « Sur mon cou » a été chanté par Étienne Daho à plusieurs reprises en live et une version en concert est disponible sur son album Singles.

Un extrait a été repris par Hervé Vilard. Raphael a repris l'extrait également en live (album Une nuit au Châtelet). Une version complète a été enregistrée par Christian Olivier (les Têtes Raides) sur l'album Corps de mots, sorti en 2013.

Le groupe Les Chevals hongrois, qui se définit comme un "ensemble d'individus scandant des juxtapositions sur des rythmes binaires : du rap néfaste à tendance tropicale", enregistre, en avril 2015, l'album Le condamné à mort, reprenant le poème en rap. Ils accompagnent leur album d'un film en noir et blanc[4].

Discographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Presse[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Maurice Pilorge, compagnon fantasmé »
  2. Le Condamné à mort, catalogue de la BNF
  3. Le Condamné à mort, Valérie Lehoux, telerama.fr, 2 novembre 2010.
  4. a et b Le Condamné à mort, téléchargement gratuit de la version rap par Les Chevals hongrois sur leur site officiel