Laurent Nunez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nunez.
Ne doit pas être confondu avec Laurent Nuñez.
Laurent Nunez
Description de cette image, également commentée ci-après
Laurent Nunez, 2015, Paris
Naissance (40 ans)
Orléans
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture française
Genres

Laurent Nunez est un écrivain, romancier, poète et essayiste français né à Orléans le 20 mai 1978[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de Lettres modernes à l’université d’Orléans, Laurent Nunez prépare sa certification et son agrégation de lettres à Paris (Collège Sévigné). Il obtient un master 2 à l’École des hautes études en sciences sociales, sous la direction de Ph. Roger, directeur de la revue Critique. En novembre 2010, alors qu'il vivait à Madrid grâce à une bourse Stendhal-Hors les murs, Laurent Nunez rentre en France pour devenir le rédacteur en chef du Magazine littéraire[2]. Il occupera le poste jusqu'en juin 2014, après une refonte totale du magazine, où il donne de plus en plus de place aux inédits des écrivains contemporains. On lui propose alors de diriger les pages Culture de l'hebdomadaire Marianne.

En tant que théoricien (ses travaux portent notamment sur la misologie et la Signifiance), il est l’auteur de nombreux articles sur la littérature, publiés dans Critique, La NRF, Les Temps mdernes, La Cause freudienne, Têtu, Marianne, L'Express, Place Publique, Le Nouveau Recueil, L'Humanité. Certains sont traduits en anglais (E-U), russe, japonais, tchèque (revue Plav), portugais (revue Serrote). Pour tous ces articles, il a été finaliste du Prix Hennessy du journalisme littéraire 2013[3].

Laurent Nunez est également membre du jury du Prix Récamier, et du Stendhal Club[4].

Depuis 2009, il fait partie des chroniqueurs de l'émission littéraire « La Dispute », animée par Arnaud Laporte et diffusée sur France Culture.

Il est depuis 2017 « expert littérature » à l'Institut français, chargé des dossiers de candidature pour la Villa Kujoyama.

Le Magazine Technikart l'a classé, deux années de suite, parmi les cent personnes les plus influentes culturellement[Quoi ?].

En juin 2017, il entre aux éditions du Cerf en tant qu'éditeur. Il est notamment l'éditeur de Gaël Brustier, Clémentine Autain, Laurence Nobécourt, Laurent Larcher, Didier Leschi, Michael Lonsdale. Il a aussi publié, dans des traductions modernes, le philosophe italien Ceronetti, et les essais biographiques de Simon Laks, qui fut le chef d'orchestre d'Auschwitz-Birkenau.

Réception[modifier | modifier le code]

La critique de ses ouvrages est très souvent favorable, dès son premier livre, Les Écrivains contre l’écriture, qui fait l'objet d'une recension dans Fabula[5] et que Le Matricule des Anges évoque comme « un livre qui rappelle que la littérature ne reproduit pas le monde mais est un monde à soi, qu'il n'y a pas d'au-delà des mots et que le silence ne saurait être la solution d'aucun problème »[6].

De même, Les Récidivistes, à sa sortie, reçoit un bel accueil critique, avec des articles dans Marianne, L'Humanité[7], L'Express[8], Télérama[9], le Monde, Le Matricule des Anges[10], Lire, Le Magazine littéraire[11] ainsi que dans Politis[12] qui écrit : « Mais surtout, ce qui ressort des Récidivistes, c'est, déjà, le talent d'un écrivain. Qu'il raconte l'histoire de Robert Wilson et Arno Penzias, qui, en 1965, ont par hasard découvert le principe d'un stéthoscope géant capable d'entendre les premiers battements de l'univers, qu'il s'attarde sur l'ambiance d'un café ou qu'il parle de la lecture, Laurent Nunez, jamais, n’est anodin. On attend la suite avec impatience ». Il fait partie de la sélection pour les prix France Culture/Télérama[13], le prix Goncourt du premier roman, le prix Senghor.

La Règle du jeu salue Si je m’écorchais vif, de même que Fabula[14], la revue Sciences Humaines[15] et Marianne[16], alors que L'Humanité parle d'« une machine infernale où savoir et émotions manipulent les identités. »

Quand parait L'énigme des premières phrases, L'Obs s'exclame : « Quel livre magnifique, fin précis ! », et La Quinzaine Littéraire salue « une série de microlectures subtiles, brillantes et sensibles »[17]. Dans Le Monde des Livres, Éric Chevillard consacre à cet essai un pleine page.

À la parution d'lI nous faudrait des mots nouveaux, L'Express publie les bonnes feuilles du livre, en célébrant « un essai plein d'érudition - sans doute l'un des plus doucement subversifs de cette rentrée littéraire ».

En octobre 2018, le livre est finaliste pour le Prix Femina.

Publications[modifier | modifier le code]

En revues[modifier | modifier le code]

  • Quignard, un auteur autoritaire ?, revue Critique, no 721-722, juin 2007, p. 432–442. Un article qui décrit la lente disparition de la fonction "auteur" au sein des livres de Quignard.
  • La Terreur dans les Lettres, revue La Cause freudienne, no 69, septembre 2008, p. 204–220. Entretien sur le dégoût de l'écriture.
  • Vert de rage, revue du Stendhal Club, no 1, 2012. Récit qui dévoile que Stendhal n'est pas "un écrivain du bonheur", mais plutôt "un écrivain de la rage".
  • Et si les Modernes se trompaient ?, in Fins de la littérature (dir. D. Viart et L.Demanze), Armand Collin, 2012. Sur Barthes refusant d'être moderne.
  • Ses vers tournent dans ma tête, in L'Humanité, Hors-série Aragon, 2012. Sur les universitaires qui reprochent à Louis Aragon son engagement.
  • Le Journal de Proust, 1913, in La NRF, "D'après Proust", mars 2013. Sur un de ses prochains livres : la vie de Proust en 1913.
  • A la recherche de la signifiance, in Les Temps Modernes, "Critiques de la critique", mars 2013. Sur le concept de signifiance, "tourniquet des significations."
  • Un couple ordinaire, poèmes, in Raise, janvier/février 2014. Des poèmes construits à partir de photographies de couples peu ordinaires.
  • Six Poèmes, in Les Lucioles, éd. Des Ailes sur un Tracteur, juin 2014. Six poèmes offerts à un recueil contre l'homophobie.
  • Eugénie du Christianisme, revue Le Courage n°2, Grasset, 2016. Une nouvelle en forme d'enquête : pourquoi la si gentille Eugénie, 75 ans, donne tout son argent aux villageois qu'elle déteste ?
  • Ne me parlez plus de la fin du monde, revue Le Courage n°3, Grasset, 2017

Publications lisibles sur internet[modifier | modifier le code]

Réalisation documentaire[modifier | modifier le code]

En 2010, et à la demande du Centre national du livre, il part plusieurs semaines en Colombie, pour réaliser un documentaire sur les écrivains du pays. Intitulé Que tal Colombia ?[23] et visible sur internet[24], le film propose des entrevues avec Juan Manuel Roca, Antonio Caballero, William Ospina, Fernando Vallejo, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  2. « Laurent Nunez rédacteur en chef du “Magazine littéraire” » (consulté le 10 août 2016)
  3. Article de Livres-Hebdo
  4. Le renouveau du Stendhal Club
  5. « http://www.fabula.org/revue/document1385.php »
  6. Louis Ceschino, Thierry Guichard, « Le Matricule des Anges : Les Écrivains contre l'écriture (1900-2000) - Laurent Nunez », sur www.lmda.net (consulté le 7 avril 2017)
  7. « Lecture faite, persiste et signe », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  8. « Amants de passage », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  9. « Les Récidivistes », Télérama,‎ (lire en ligne)
  10. Louis Ceschino, Thierry Guichard, « Le Matricule des Anges : Les Récidivistes - Laurent Nunez », sur www.lmda.net (consulté le 7 avril 2017)
  11. « http://evene.lefigaro.fr/livres/livre/laurent-nunez-les-recidivistes-36621.php »
  12. (en) « Une belle patte », Politis.fr,‎ (lire en ligne)
  13. « Rentrée Littéraire 2008. Sélection France Culture / Télérama », France Culture,‎ (lire en ligne)
  14. Équipe de recherche Fabula, « L. Nunez, Et si je m'écorchais vif », sur www.fabula.org (consulté le 7 avril 2017)
  15. Sarah Chiche, « Si je m'écorchais vif », sur Sciences Humaines (consulté le 7 avril 2017)
  16. « Hugo, Rimbaud, Barthes, comme vous ne les avez jamais lus », Marianne,‎ (lire en ligne)
  17. La Nouvelle Quinzaine Littéraire, « La Nouvelle Quinzaine Littéraire - Que le spectacle commence ! », sur www.nouvelle-quinzaine-litteraire.fr (consulté le 16 avril 2017)
  18. « Laurent Nunez, Les Écrivains contre l'écriture, Corti 2006 », sur www.jose-corti.fr (consulté le 8 août 2016)
  19. « LAURENT NUNEZ Les récidivistes », Éditions Champ Vallon,‎ (lire en ligne)
  20. « Si je m'écorchais vif », Editions Grasset,‎ (lire en ligne)
  21. « L'énigme des premières phrases », Editions Grasset,‎ (lire en ligne)
  22. [1]
  23. Laurent Nunez et France, « Qué tal colombia? », Centre national du livre, (consulté le 7 avril 2017)
  24. [2]