Laurent Guétal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laurent Guétal
Laurent Guetal Le lac de l'Eychauda.jpg

Le Lac de l'Eychauda, peinture de Guétal

Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Laurent Guétal, dit aussi l'Abbé Guétal est un peintre français, né à Vienne le , et mort à Grenoble le [1].

Il fut ordonné prêtre en 1862, et passa l'essentiel de sa vie au petit Séminaire du Rondeau, près de Grenoble, dont il peindra plusieurs fois les alentours[2].

L'influence de Jean Achard sur Guétal fut prédominante, mais la nature fut le second maître de Guétal. Il fréquenta l'École de Crozant. Il est à l'origine de l'école dauphinoise, qui compte aussi parmi ses membres Ernest Victor Hareux, Charles Bertier et quelques autres. Ils furent parfois appelés paysagistes dauphinois[3].

Un de ses plus célèbres tableaux, Le Lac de l'Eychauda, fut récompensé au Salon de 1886 et sélectionné pour l'exposition universelle de 1889. Il est conservé au musée de Grenoble. Sa ville natale conserve notamment Le Bout du monde à Allevard au musée des beaux-arts et d'archéologie[4]. Il exposa régulièrement au Salon de Paris de 1882 à 1889[5]. Charles Bertier et André Albertin furent ses élèves.

Laurent Guétal est enterré au cimetière Saint-Roch de Grenoble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Wantellet, Deux siècles et plus de peinture dauphinoise, Grenoble, édité par l'auteur,‎ , 269 p. (ISBN 2-9502223-0-7)
  2. Jean Achard, Laurent Guétal, Charles Bertier: Trois maîtres du paysage dauphinois au XIXe siècle, Musée de Grenoble, éditions Artlys, ISBN 2-85495-270-7
  3. Le sentiment de la Montagne, Glénat / Musée de Grenoble, 1998, ISBN 2 7234 2614 9
  4. http://www.musees-vienne.fr/
  5. catalogue de l'exposition Guétal de 1892

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • George Lafenestre, Le Salon de 1889, t. 3e période, tome 93, Paris,‎ (lire sur Wikisource), p. 627-661
  • Robert de La Sizeranne, Le Peintre de l’Engadine, t. 4e période, tome 146, Paris,‎ (lire sur Wikisource), « Le Peintre de l’Engadine », p. 359-379

Liens externes[modifier | modifier le code]


Sur les autres projets Wikimedia :