Laia Palau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laia Palau
Image illustrative de l'article Laia Palau
Laia Palau en 2010
Fiche d’identité
Nom complet Laia Palau Altés
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance (38 ans)
Drapeau : Espagne Barcelone
Taille 1,78 m (5 10)
Situation en club
Club actuel USK Prague
Numéro 9
Poste meneuse
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1997-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
Universitari Barcelone
UB-FC Barcelone
UB-FC Barcelone
CJM Bourges Basket
CJM Bourges Basket
Ros Casares Valence
Ros Casares Valence
Ros Casares Valence
Ros Casares Valence
Ros Casares Valence
Ros Casares Valence
CCC Polkowice
USK Prague
USK Prague
0?
0?
10,6
13,5
12,9
06,4
06,9
03,4
06,9
05,9
06,5
07,6
06,7
08,6[1]
Sélection en équipe nationale **
2002- Drapeau : Espagne Espagne

* Points marqués dans chaque club dans le cadre des compétitions nationales et continentales.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Laia Palau, née le à Barcelone, est une joueuse internationale espagnole de basket-ball, évoluant au poste de meneuse pour l'USK Prague[2] et l'équipe nationale d'Espagne dont elle est la capitaine.

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Débuts à Barcelone puis Bourges[modifier | modifier le code]

Laia Palau commence le basket à l’âge de 12 ans, dans sa ville natale de Barcelone. Elle joue sa première saison en Ligue Féminine professionnelle en 1997-1998, à l’âge de 18 ans, avec le club C.E. Universitari Basquet / Universitat de Barcelona (rattaché plus tard au FC Barcelone)[3]. À partir de la saison 2000-2001, son club se retrouve systématiquement en finale du championnat d’Espagne[4]. En 2003, il remporte pour la première fois le titre de Champion d’Espagne, en battant Ros Casares Valence[5]. En play-offs de la compétition, Laia Palau apporte 12,8 points, 2,9 rebonds et 4,3 passes[3]. La saison suivante représente sa meilleure performance avec son équipe de Barcelone, bien que se soldant par une défaite en finale face au club de Valence[3]. Ses statistiques en play-offs sont de 15,6 points, 7 rebonds et 3,9 passes[3]. Cette saison est particulièrement notable pour le club qui accède pour la première fois à la compétition reine en Europe, l'Euroligue [6]. Pour sa première année à ce haut niveau européen, Laia Palau compte 10,6 points, 4,7 rebonds et 3,9 passes en moyenne pour 14 matchs joués[7].

En 2004, elle rejoint pour deux ans le club français CJM Bourges Basket, sous le coaching de Pierre Vincent, expliquant être particulièrement attirée par le palmarès et potentiel de Bourges en Euroligue[8]. « Je pense qu’ils m’ont amenée ici pour ajouter à l’équipe l’esprit combatif espagnol. » commente-elle à son arrivée[8]. Lors de cette première saison pour Laia Palau, le club remporte la Coupe de France face à Valenciennes, trophée qu'il n'avait pas remporté depuis 14 ans[9]. Laia Palau est aussi vice-championne de France[9]. En 2005-2006, Bourges gagne l'ensemble des titres de la saison, à chaque fois face à Valenciennes : Championnat de France, Coupe de France et Tournoi de la Fédération[9]. En Euroligue, les Berruyères atteignent les quarts de finale de la compétition lors des deux années[10]. Les statistiques de Laia Palau sont de 13,5 points, 3,6 rebonds et 3,4 passes en 2004-05[11] et 12,9 points, 3,5 rebonds et 4 passes en 2005-06[12].  

Carrière à Ros Casares Valence (2006-2012)[modifier | modifier le code]

En octobre 2006, elle décide de revenir dans son pays natal et rejoint le Ros Casares Valence où elle évolue en tant que capitaine[13] et meneuse/ailière jusqu’à sa dissolution en mai 2012[3]. Au cours de ces six saisons, Laia Palau devient cinq fois championne de la ligue féminine (2007, 2008, 2009, 2010 et 2012), quatre fois championne de la Coupe de la Reine (2007, 2008, 2009, 2010) et trois fois championne de la Supercoupe (2007, 2008 et 2009)[14]. Sa dernière saison (2011-2012) représente sa meilleure performance au niveau du nombre de passes par match : 4,4 en ligue régulière, 3,8 lors des play-offs du championnat et 5,5 lors de la Coupe de la Reine[3].

Avec Ros Casares Valence, Laia Palau a aussi l'occasion de disputer à plusieurs reprises les phases finales de l'Euroligue. En 2007 et 2010, le club se retrouve en finale mais échoue à chaque fois face au Spartak Moscow. L'effectif de l'équipe est fortement remanié en mai 2011 et compte désormais Sancho Lyttle, Silvia Dominguez, Lauren Jackson, Maya Moore, Ann Wauters ou encore la française Isabelle Yacoubou[15]. De l'aveu du président German Ros, "ce pourrait être la meilleure équipe de l'histoire du club"[16]. Les faits vont lui donner raison puisqu'en 2012, le club remporte pour la première fois de son histoire l’Euroligue, en battant CB Rivas Ecopolis en finale 65-52. Cette année-là, Laia Palau réalise une moyenne de 6,5 points, 3,5 rebonds et 5,6 passes par match. Elle arrive ainsi en 2e place du championnat en termes de nombre de passes[17].

À la fin de la saison 2011-2012, et dans un contexte de crise économique importante en Espagne, le principal sponsor du club en grande difficulté financière décide de retirer son patronage et signe de facto la dissolution de l'équipe[18]. Cet événement frappe durement les joueuses, les fans de Valence et la communauté du basket espagnole et européenne[19].

Carrière en Europe de l'Est (2012 à aujourd'hui)[modifier | modifier le code]

Pour la saison suivante, Laia Palau quitte à nouveau l'Espagne et choisit le club polonais du CCC Polkowice[20]. Elle commente ainsi son choix d’évoluer à l’étranger : « Émigrer apporte beaucoup de choses. Dans les moments de crises et troubles, c’est bien de rompre avec tout. Quand el Ros a disparu, j’ai pensé que ma vie prenait fin et maintenant je suis très contente que cela se soit passé. Je suis passée d'un titre en Euroligue à un gouffre où je devais me débrouiller toute seule en Pologne, du soleil et la petite paella du dimanche à une zone minière avec peu de lumière et - 20 degrés. Tu apprends à apprendre. Tu dois chercher des ressources que tu ne pensais pas avoir. (...) Aujourd’hui je sais que je ne reviendrai pas »[21]. En 2013, CCC Polkowice remporte son premier titre de champion de Pologne par quatre victoires à zéro contre le Wisła Cracovie ainsi que la Coupe de Pologne[22]. Laia Palau apporte en moyenne 5 points, 3,5 rebonds et 5,2 passes[23]. Son équipe atteint aussi les demi-finales de l'Euroligue, meilleure performance à ce jour, et finit à la 6e place du classement[24]. Laia Palau arrive première de la compétition en nombre de passes (6,4 de moyenne par match) et apporte aussi 5,1 rebonds et 7,6 points[25].

En juillet 2013, elle signe pour l'USK Prague[26] désormais sous le coaching de Natália Hejková qu'elle avait déjà eue en 2011 au Ros Casares Valence[27]. Lors de la saison 2013-2014, Prague termine premier du championnat en finissant la saison invaincu (41 victoires). Le Club remporte les play-offs face à Basketbalový Klub Brno, ainsi que la Coupe de République tchèque. Laia Palau est élue Meilleure joueuse de la ligue[28]. Sa moyenne est de 4,7 points et 5,1 passes par match[29]. En Euroligue, USK Prague est éliminé en quarts de finale et atteint la 6e place de la compétition[30]. Les statistiques de Laia Palau sont de 6,7 points et 5,3 rebonds. Elle apporte en moyenne 6,8 passes par match, ce qui la classe no 1 de la compétition[31]. Une de ses performances les plus notables en la matière est face au Novi Zagreb, 13 passes[31]. FIBA Europe la qualifie en fin de saison de « meneuse de jeu remarquable »[32].

En 2015, pour sa 11e participation à l'Euroligue, Laia Palau remporte le titre pour la seconde fois de sa carrière ; USK Prague l'emportant en finale sur un score de 72-68 face à UMMC Iekaterinbourg [33]. Pour la troisième année consécutive, Laia Palau atteint la meilleure statistique du championnat en nombre de passes (7,1)[34], soit la deuxième meilleure performance en Euroligue depuis 15 ans (après Dalma Ivanyi, 7,5 passes en 2009[35]) et son meilleur résultat toutes compétitions FIBA confondues[36] . Elle apporte aussi 8,6 points et 5,1 rebonds par match pour 34,9 minutes de jeu[34]. La Fédération Espagnole de Basket commente ainsi son rôle dans cette victoire : « Laia Palau a été pendant toute sa carrière le facteur différentiel, une joueuse en dehors des canons normaux, qui a réussi en deux ans à faire d’une équipe comme l’USK Prague (qui n’avait jamais joué une Final Four) une championne d’Europe devant les géants russes et turcs[37]. » Le sélectionneur national Lucas Mondelo confirme aussi cette analyse : « C’est Laia Palau qui a fait la différence. Elle a marqué le tempo du match à chaque instant. (...) Elle a fait autorité dans un match de haut niveau[38]. »

Au niveau national, USK Prague finit à nouveau invaincu en 2015 et remporte la Coupe de République tchèque face à IMOS Brno[39] et le championnat face à Sokol Hradec Králové (3 matchs à 0)[40]. Sur l'ensemble de la compétition, la moyenne de Laia Palau est de 6,3 points, 5,5 passes et 3,7 rebonds pour 26,8 minutes de jeu[41]. Revenant sur cette victoire quelques mois plus tard, elle déclare : « C’était un miracle. On était chez nous et elles n’étaient pas au complet. Il manquait Diana [Taurasi] et l’équipe a peut-être tremblé un peu mais bon… Nous on était super contentes. On a joué tranquillement, à la maison, sans ne s’attendre à rien. Ça a été difficile mais on s’est battues et on a gagné. C’est incroyable, on ne devait même pas être dans le Final Four. Pour nous, c’était un rêve[42]. »

En novembre 2016 avec Prague, elle devient la première joueuse à atteindre 1 000 passes décisives en Euroligue[43].

Parcours en sélection nationale[modifier | modifier le code]

Laia Palau intègre la sélection nationale en 2002, à l'âge de 23 ans. À ce jour, elle a participé à six Championnats d'Europe (pour lesquels elle a remporté cinq médailles), quatre Championnats du monde (pour deux médailles) et deux Jeux Olympiques[44].

L'Espagne monte pour la première fois de son histoire sur le podium du Championnat du monde en 2010 en remportant la médaille de bronze. Laia Palau apporte en moyenne 4,4 points, 2,8 rebonds et 1,8 passes par match[45].

La sélection espagnole figure parmi les prétendantes au titre de championne d'Europe 2011[46] mais est éliminée au second tour[47]. Les résultats de Laia Palau sur cette compétition sont de 7,3 points, 3,5 rebonds et 2 passes par match[48]. Elle est classée première du championnat en nombre d’interceptions (2,7)[48]. Sa meilleure performance correspond au dernier match, face à la Croatie, dont la défaite (71-75) sera malheureusement synonyme d'élimination pour l'Espagne. Laia Palau apporte 19 points (meilleure marqueuse de son équipe, 100 % de réussite aux 2 points), 7 rebonds, 3 passes et 4 interceptions à cette occasion. Trois ans plus tard, elle commentera ainsi cette défaite : « Rien ne fait échouer davantage que la réussite elle-même. En Pologne en 2011, nous avons subi l’échec de notre vie et cela nous a exclues des Jeux Olympiques. Nous étions les meilleures, Sancho nous rejoignait, les équipes espagnoles dominaient l’Euroligue et il semblait que nous allions mener la barque et finalement pas. Absolument pas. La réussite dure très peu de temps et l’échec reste gravé dans le marbre à jamais. »[21].

L'Espagne est donc de facto non-qualifiée pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012 et est obligée de passer par un tournoi qualificatif pour pouvoir participer au championnat d'Europe de l'année suivante. Lors de ce tournoi, les statistiques de Laia Palau sont de 7,2 points, 2,9 rebonds et 2 passes[49].

En Championnat d’Europe 2013, sous le coaching de Lucas Mondelo, l'Espagne remporte pour la première fois une médaille d'or, en battant la France en finale, 70-69[50]. L'entraineur commente ainsi cette victoire : « Cette équipe a réalisé un championnat d'Europe de légende et maintenant elles sont éternelles[51] ». Laia Palau présente la meilleure performance de la sélection espagnole au niveau des passes (3,4 de moyenne par match) et se situe à la 5e place au classement toutes joueuses confondues[52]. « Après 2012, (...) On venait de rien. On n'avait rien à perdre. (...) ça a peut-être été notre force. » commente-elle en français à la sortie de la finale[53].

Pour le Championnat du monde de basket-ball féminin 2014 en Turquie, le sélectionneur Lucas Mondelo nomme Laia Palau capitaine de l’équipe, à la suite du départ en retraite d’Amaya Valdemoro. Elle considère cette nomination comme « une responsabilité supplémentaire, et surtout un honneur et une fierté »[54]. « Son ancienneté et son expérience l’ont consolidée en tant qu’une des meneuses de référence en Europe. »[55] commente la Fédération Espagnole de Basket avant le début de la compétition. Le journal espagnol El Pais note par ailleurs « son leadership naturel et une personnalité charismatique[54] ». Elle atteint son 200e match avec la sélection nationale lors d’une rencontre amicale contre la Biélorussie dans le cadre d’un tournoi préparatoire au Championnat du monde[56]. Parmi les joueuses espagnoles participant au Mondial, elle compte alors le nombre le plus élevé de rencontres disputées en sélection nationale (203), devant Lucila Pascua (190) et tandis que la majorité des autres joueuses sont en dessous de 100[57]. Au cours de cette compétition, l’Espagne remporte pour la première fois une médaille d’argent, événement qualifié d'« historique » par le Président de la Fédération Espagnole de Basket, José Luis Saéz[58]. Les Espagnoles gagnent leurs cinq premiers matchs avec en moyenne 20 points d’écart mais perdent en finale contre les Américaines, 64-77[59]. Laia Palau surnomme alors leur équipe « championne du monde normal » reconnaissant la supériorité physique et technique des États-Unis[60]. Les statistiques de Laia Palau sont de 5,2 points, 3 rebonds et 3.3 passes[61].

En 2015, elle dispute ce qu'elle annonce déjà comme étant son dernier championnat d'Europe avant d'espérer conclure sa carrière internationale aux Jeux de Rio et une possible reconversion sur le banc de touche[62]. Défaite en demi-finales par la France, l'Espagne obtient la médaille de bronze de l'Euro 2015 grâce à une victoire 74 à 58 face à la Biélorussie[63]. Laia Palau apporte en moyenne 3,6 points, 2,2 rebonds et 4 passes par match pour 20 minutes de jeu[64]. Faisant le bilan de l'Euro, elle déclare : « On avait [Astou] Ndour mais on a perdu Sancho Lyttle donc on était moins renforcées que les autres. Il y avait plein d’équipes avec un niveau similaire et on a toujours tout donné à chaque match. On est contentes et fières du boulot qu’on a fait parce qu’on a perdu qu’un seul match. On a perdu contre la France qui pour moi est une des meilleures équipes d’Europe. On a donné notre maximum à chaque rencontre et pour moi c’est important. » Louant les capacités combattives de son équipe au fil des saisons, elle ajoute avec fierté : « On a vécu les meilleures années de l’équipe espagnole. En plus, on donne une bonne image et le jeu qu’on joue est rapide. » Interrogée sur les objectifs à venir, elle répond « Ce qui est sûr, c’est que je veux aller aux JO, si c’est possible, que je tiens la route et que je ne me blesse pas. Ensuite, l’équipe espagnole, ça sera fini pour moi. Peut-être même le basket tout court »[42].4

En avril 2017, elle annonce sa retraite internationale à l’issue du championnat d’Europe 2017 convoqué en juin à Prague, la ville où elle joue en club depuis deux ans[65].

Liste des clubs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sélection nationale[modifier | modifier le code]

Son palmarès avec l'Équipe d'Espagne est[44]:

En 2010 (à gauche).

Club[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques personnelles en LFB[modifier | modifier le code]

Saison
Club
M Min 2Pts 2Pts int. 2Pts Ext. 3Pts LF Rebonds F Fp C PD Int BP Eva Pts
R T  % R T  % R T  % R T  % R T  % Ro Rd Rt Mo Tot Mo
2005-2006
Bourges
20 28,07 61 142 43,0 39 75 52,0 22 67 32,8 21 58 36,2 21 33 63,6 19 33 52 2,6 1,4 1,8 0,2 3,0 1,6 1,6 9,6 206 10,3
2004-2005
Bourges
29 30,41 109 220 49,5 85 158 53,8 24 62 38,7 24 66 36,4 67 91 73,6 18 68 86 3,0 1,8 3,4 0,2 3,7 1,7 1,9 12,8 357 12,3

Statistiques en sélection[modifier | modifier le code]

Statistiques avec la sélection nationale[71]
Compétitions Points Rebonds Passes
Championnat du monde 2014 5,2 3 3,3
Championnat d'Europe 2013 3,3 2 3,4
Tournoi qualificatif pour le Championnat d'Europe 2013 7,2 2,9 2
Championnat d'Europe 2011 7,3 3,5 2
Championnat du monde 2010 4,4 2,8 1,9
Championnat d'Europe 2009 4,1 3,2 2,8
Jeux olympiques 2008 4,8 1,8 2
Tournoi qualificatif pour les Jeux olympiques 2008 10 3 1,3
Championnat d'Europe 2007 6 2 2,3
Championnat du monde 2006 8,3 3,1 2,4
Championnat d'Europe 2005 7,8 2,9 4,6
Jeux olympiques 2004 9,3 3,9 2,9
Championnat d'Europe 2003 11,2 2,3 3,3
Second tournoi qualificatif pour le Championnat d'Europe 2003 23,3 2,3 2
Championnat du monde 2002 7,6 2,2 1
Moyennes 8,2 2,7 2,4

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laia Palau », FIBA (consulté le 17 mai 2015)
  2. (cs) « Laia Palau - ZVVZ USK Praha », sur Site officiel du club USK Prague (consulté le 21 février 2015)
  3. a, b, c, d, e et f (es) « Federación Española de Baloncesto - Resultados y estadísticas – Laia Palau – trayectoria nacional », sur competiciones.feb.es (consulté le 23 février 2015)
  4. (es) « Liga femenina de baloncesto - UNIVERSITAT DE BARCELONA - F.C. BARCELONA », sur competiciones.feb.es (consulté le 26 février 2015)
  5. (es) « Liga Femenina de Baloncesto 2002/2003 - Resultados », sur competiciones.feb.es (consulté le 26 février 2015)
  6. (en) « Euroleague Women 2004 - UNIVERSITAT FC BARCELONA History », sur fibaeurope.com (consulté le 26 février 2015)
  7. « Euroleague Women 2004 - Laia Palau », sur fibaeurope.com (consulté le 26 février 2015)
  8. a, b et c (en) « PALAU LOOKING TO BRING SPANISH SPIRIT TO BOURGES », sur fibaeurope.com,
  9. a, b et c « Tango Bourges Basket Palmarès », sur tangobourgesbasket.com (consulté le 26 février 2015)
  10. (en) « Euroleague Women - Tango Bourges Basket History », sur fibaeurope.com (consulté le 26 février 2015)
  11. (en) « Euroleague 2004 - Laia Palau Profile », sur fibaeurope.com (consulté le 1er mars 2015)
  12. (en) « Euroleague Women 2006 - Laia Palau », sur fibaeurope.com (consulté le 1er mars 2015)
  13. (es) « Entrevista a Laia Palau, jugadora profesional de Baloncesto », sur apecva.com,
  14. (es) « Federación Española de Baloncesto - Resultados y estadísticas », sur competiciones.feb.es (consulté le 23 février 2015)
  15. (es) « Liga femenina - Ros Casares Valencia 2011-2012 », sur competiciones.feb.es (consulté le 28 février 2015)
  16. (en) « ROS CASARES RELOAD FOR TITLE HUNT », sur fibaeurope.com,
  17. (en) « Euroleague Women 2012 - Player profile - Laia Palau », sur fibaeurope.com (consulté le 23 février 2015)
  18. (es) « La crisis derrota al campeón », sur deportes.elpais.com,
  19. (en) « ROS CASARES LEAVE A GAP », sur fibaeurope.com,
  20. « Palau To Polkowice », FIBA, (consulté le 10 août 2012)
  21. a et b (es) « Laia Palau: Crecemos más en mentalidad que en centímetros », sur feb.es,
  22. (en) « CCC Polkowice – First Time Polish League Champions », sur lovewomensbasketball.com,
  23. (en) « ZVVZ USK Prague re-signs Kia Vaughn, signs Laia Palau », sur lovewomensbasketball.com,
  24. (en) « Fiba Euroleague Women - CCC Polkowice History », sur fibaeurope.com (consulté le 28 février 2015)
  25. (en) « Euroleague Women 2013 - Laia Palau Statistics », sur fibaeurope.com (consulté le 28 février 2015)
  26. « Clarendon et Palau arrivent à l’USK Prague, Dubljevic et Vaughn y restent », ladyhoop, (consulté le 13 juillet 2013)
  27. (en) « Fiba Europe - Coaches - Natália Hejková », sur fibaeurope.com (consulté le 28 février 2015)
  28. a et b « ZVVZ USK Prague completes a perfect domestic season with Czech title », Love Women's Basketball, (consulté le 3 mai 2014)
  29. (en) « ZVVZ USK Prague re-signs Spanish point guard Laia Palau »,
  30. (en) « Euroleague women 2014 - Final standings », sur fibaeurope.com (consulté le 23 février 2015)
  31. a et b (en) « Euroleague Women 2014 - Statistics Player - Laia Palau » (consulté le 21 février 2015)
  32. (en) « USK PRAGUE PICK PALAU TO PULL STRINGS », sur fibaeurope.com,
  33. a et b (en) « Euroleague Women 2015 - ZVVZ USK Prague Crowned Champions », sur fibaeurope.com (consulté le 13 avril 2015)
  34. a et b (en) « Euroleague Women 2015 - Player Statistics - Laia Palau », sur fibaeurope.com (consulté le 13 avril 2015)
  35. (en) « Euroleague women 2009 - Statistical leaders (assists) », sur fibaeurope.com (consulté le 13 avril 2015)
  36. « Euroleague Women 2015 - Laia Palau - Player history », sur fibaeurope.com (consulté le 13 avril 2015)
  37. (es) « Laia Palau, el factor diferencial », sur feb.es,
  38. (es) « Lucas Mondelo: “Laia ha sentado cátreda” », sur feb.es,
  39. (en) « USK Prague continues to dominate domestically with an easy win in Czech Cup », sur lovewomensbasketball.com,
  40. (en) « USK Prague caps a historic season with Czech title », sur lovewomensbasketball.com,
  41. (cs) « TYM - Laia Palau », sur uskbasket.cz (consulté le 1er mai 2015)
  42. a et b Syra Sylla, « Laia Palau : « On a vécu les meilleures années de l’équipe espagnole » », sur ladyhoop.com, (consulté le 21 octobre 2015)
  43. Thibaut Lasser, « Laia PALAU (U. S. K. Prague) entre dans l’Histoire de l’Euroligue avec 1000 passes décisives », sur postup.fr, (consulté le 5 novembre 2016)
  44. a et b (es) « SELECCIÓN FEMENINA - MUNDIAL DE TURQUÍA - PORTADA », (consulté le 19 février 2015)
  45. (en) « FIBA - player profile Laia Palau », sur fiba.com (consulté le 23 février 2015)
  46. (en) « FIBA Team Profile Spain by Paul Nilsen »,
  47. (en) « Eurobasket 2011 - Results and Standings » (consulté le 19 février 2015)
  48. a et b (en) « Eurobasket 2011 - Player profile Laia Palau » (consulté le 19 février 2015)
  49. (en) « Eurobasket 2013 - qualification round - player profile - Laia Palau » (consulté le 19 février 2015)
  50. (en) « Eurobasket 2013 - Standings » (consulté le 19 février 2015)
  51. (es) « Mondelo: Este equipo ya había hecho un europeo de leyenda y ya son eternas »,
  52. (en) « Eurobasket 2013 - Statistical leaders - players - assists » (consulté le 19 février 2015)
  53. « Eurobasket 2013 : Laïa Palau après la finale », sur youtube.com,
  54. a et b (es) « Laia Palau: Crecemos más en mentalidad que en centímetros »,
  55. (es) « Una capitana al borde de los 200 »,
  56. (es) « España celebra los 200 de Palau con victoria », sur feb.es,
  57. (es) « SELECCIÓN FEMENINA - MUNDIAL DE TURQUÍA - PORTADA » (consulté le 19 février 2015)
  58. (es) « José Luis Sáez: Este equipo es un ejemplo de todo », sur feb.es,
  59. (en) « FIBA World championship for Women - Spain Games and Results », sur fiba.com (consulté le 19 février 2015)
  60. (es) « Alba Torrens: "La plata demuestra el gran trabajo del baloncesto femenino" »,
  61. (en) « FIBA World championship for Women - Spain Games and Results », sur 20minutos.es (consulté le 19 février 2015)
  62. (en) Paul Nilsen, « Palau Preparing Her Exit Plan », FIBA, (consulté le 22 juin 2015)
  63. a et b (en) « Spain Beat Belarus To Bronze Medal », FIBA, (consulté le 29 juin 2015)
  64. (en) « Eurobasket women 2015 - Laia Palau », sur eurobasketwomen2015.com (consulté le 10 avril 2015)
  65. Pascal Legendre, « Laia Palau, icône du basket espagnol, va prendre sa retraite internationale après l’EuroBasket », sur basketeurope.com, (consulté le 4 avril 2017)
  66. Vincent Thiollière, « INVINCIBLE TEAM USA », bebasket.fr, (consulté le 21 août 2016)
  67. « USA take down Spain in Turkey 2014 Final to retain world title », FIBA, (consulté le 8 octobre 2014)
  68. (es) « Liga femenina resultados y estadisticas », sur competiciones.feb.es (consulté le 1er mars 2015)
  69. a et b « CCC Polkowice – First Time Polish League Champions », Love Women's Basketball, (consulté le 22 avril 2013)
  70. (en) « Final - Rivas Ecopolis 52-65 Ros Casares », sur fibaeurope.com (consulté le 6 avril 2012)
  71. (en) « FIBA Profile Laia Palau » (consulté le 18 février 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]