Lac-Frontière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frontière (homonymie).

Lac-Frontière
Lac-Frontière
Lac Frontière, Hôtel du Lac
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale Montmagny
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Alain Robert
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Frontiérois, oise
Population 184 hab.[1] (2016)
Densité 3,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 42′ nord, 70° 00′ ouest
Superficie 5 001 ha = 50,01 km2
Divers
Code géographique 18010
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Lac-Frontière

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Lac-Frontière

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte administrative de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Lac-Frontière

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte topographique de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Lac-Frontière
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Lac-Frontière est une municipalité dans la municipalité régionale de comté de Montmagny au Québec (Canada), située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches.

Lac-Frontière est un petit village d'environ 175 habitants, développé surtout dans les années 1920 avec le moulin BC Horward. Anciennement, le village a porté le nom de Lac-des-Anglais, puis de St-Léonidas-du-Lac-de-la-Frontière qui a été transformé en Lac-Frontière. Cette petite municipalité était anciennement un village qui comptait de 2000 à 3000 habitants. Ce village est devenu plus petit à cause de la fermeture du moulin BC Howard et de nombreux feux ravageant des bâtiments et des habitations du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Montmagny

Le village est situé sur le bord du Lac Frontière, élargissement de la Rivière Noire Nord-Ouest.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sainte-Lucie-de-Beauregard Saint-Adalbert Rose des vents
Saint-Fabien-de-Panet N États-Unis d'Amérique États-Unis, Flag of Maine.svg Maine
O    Lac-Frontière    E
S
Saint-Just-de-Bretenières

Géographie physique[modifier | modifier le code]

La municipalité est située à environ 60 kilomètres au sud de Montmagny et 90 kilomètres au nord-est de Saint-Georges. D'une superficie de 51,30 km2, la municipalité partage ses frontières avec l'État du Maine ainsi que les municipalités de Saint-Just-de-Bretenières à l'ouest, de Saint-Fabien-de-Panet et de Sainte-Lucie-de-Beauregard au nord ainsi que Saint Adalbert à l'est.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Lac-Frontière est drainé par la rivière Noire Nord-Ouest et ne fait donc pas partie du bassin versant du fleuve Saint-Laurent, mais bien de celui du Fleuve Saint-Jean. Plusieurs ruisseaux serpentent le territoire ici et là. Le lac Frontière qui est un élargissement de la rivière Noire Nord-Ouest est la principale étendue d'eau sur le territoire de la municipalité.

Flore[modifier | modifier le code]

Lac-Frontière étant située dans la forêt mixte, on y retrouve des feuillus ainsi que des conifères. La majorité du territoire est sous couvert forestier et est dominée par l'érable à sucre, l'érable rouge, le bouleau jaune, le bouleau à papier ainsi que le peuplier faux-tremble. Parmi les conifères, nous retrouvons le sapin baumier, l'épinette noire, le thuya occidental, le mélèze laricin et le pin blanc d'Amérique.

Faune[modifier | modifier le code]

La municipalité abrite de nombreux mammifères communs du Québec sur son territoire comme l'orignal, le cerf de Virginie, le castor, la marmotte commune, l'écureuil roux et le tamia rayé. Dans les ruisseaux, nous retrouvons principalement de l'omble de fontaine (truite mouchetée), de la barbotte brune et de la carpe commune. Du maskinongé a été introduit dans le lac Frontière dans les années 1970 et peut être tant dans le lac que dans la rivière Noire Nord-Ouest et certains de ces affluents.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Le seul moyen de se déplacer sur de longues distances est l'automobile. Bien que le chemin de fer ait été important pour le développement de la municipalité, plus aucun train n'y passe depuis quelques années et la gare n'existe malheureusement plus. La gare la plus proche est située à Montmagny, soit à 60 kilomètres plus au nord, l'aéroport le plus près est lui aussi à Montmagny. La rue des Douanes servaient anciennement de lien avec le Maine, mais le pont sur la rivière Noire Nord-Ouest a été démantelé quelques années après la fermeture des douanes.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La municipalité de Lac-Frontière s'est développée autour d'un seul noyau urbain qui est situé à proximité de la frontière canado-américaine. Aujourd'hui, il ne s'agit que d'une partie de ce qu'était anciennement Lac-Frontière. Plusieurs rues n'existent d'ailleurs plus et sont disparues à la suite d'incendies.

La municipalité compte aussi un lieu-dit, La Prusse, qui est située sur la route 204 qui était anciennement le rang de La Prusse, à l'ouest du village.

Un seul secteur industriel est présent sur la municipalité et il s'agit d'une ancienne scierie à l'ouest du village.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité se fit connaître au départ sous le nom de Lac des Anglais dû à la présence de plusieurs anglophones à proximité, tant des américains que des britanniques qui traçaient la frontière canado-américaine. Le nom fut également traduit en anglais sous la forme d'English Lake, qui fut également popularisé par les gens de la région de Bellechasse et de Montmagny[2].

La localité ainsi que le lac furent plus tard connus sous le nom de Lac de la Frontière qui se transforma peu à peu en Lac-Frontière, possiblement sous l'influence de la syntaxe anglaise qui désignait la localité sous le nom de Lake Frontier[2].

Quant à la desserte catholique fondée en 1921, qui fut érigée en paroisse dès 1924 a été mis sous le patronage de saint Léonidas en honneur de l'abbé Léonidas Verrault, le premier curé desservant[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Entre 1842 et 1849, le "Lac des Anglais" ou English Lake en anglais, sert de siège du quartier général britannique pour délimiter la frontière canado-américaine. En 1912, a lieu l'ouverture du bureau de poste sous le nom de Lac-Frontière. En 1915, le Chemin de fer Québec Central bâtit son terminus au Lac-Frontière. Le 27 février 1916, a lieu la constitution de la municipalité de Talon-Partie-Sud-Est. En 1920, le canton de Talon où est situé la municipalité est proclamé. L'église construite en pin de la Colombie-Britannique est construite en 1919. En 1921, la mission de Saint-Léonidas est fondée, l'ouverture des registres se fait dans la même année. En 1924, la municipalité de canton de Talon-Partie-Sud-Est change de nom pour Lac-Frontière. Le 9 juin 1924, a lieu l'érection canonique de Saint-Léonidas-de-Lac-Frontière.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 7 février 1916 : Érection de la municipalité du canton de Talon-Partie-Sud-Est.
  • 26 décembre 1931 : La municipalité du canton de Talon-Partie-Sud-Est devient la municipalité de Lac Frontière.
  • 15 mars 1969 : La municipalité de Lac Frontière devient la municipalité de Lac-Frontière.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1941 1951 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991
414420489362283250216199174
1996 2001 2006 2011 2016 - - - -
174163197198184----

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[4].

Lac-Frontière
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Jeanne-Mance Dusablon-Bolduc Voir
2005 Françoise Auclair Voir
n/d Léon Laverdière Voir
2009 Voir
n/d Guy Garant Voir
2013 Voir
2017 Alain Robert Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Éducation[modifier | modifier le code]

L'école ayant été fermée, il y a déjà plusieurs années, les enfants d'âge primaire vont soit à l'école de Sainte-Lucie à Sainte-Lucie-de-Beauregard, à l'école Chanoine-Ferland à Saint-Fabien-de-Panet ou encore à l'école de Saint-Just à Saint-Just-de-Bretenières, tout dépendant du secteur de la municipalité. Quant aux jeunes du secondaire, ils doivent se rendre à Saint-Paul-de-Montminy où les cours de première à cinquième secondaire sont donnés.

Santé[modifier | modifier le code]

La municipalité ne dispose d'aucun service de santé. Le CLSC le plus proche est situé dans le village voisin de Saint-Fabien-de-Panet alors que l'hôpital la plus proche est l'Hôtel-Dieu de Montmagny.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

La municipalité de Lac-Frontière entretient un réseau d'aqueduc dans le périmètre urbain. Bien qu'anciennement, une brigade de pompiers volontaires existait, comme en témoigne la vieille caserne sur la rue du Lac Nord, la municipalité est desservie par les pompiers de la municipalité voisine de Sainte-Lucie-de-Beauregard en première intervention alors que les pompiers de Saint-Just-de-Bretenières peuvent aussi intervenir en entraide tout comme la brigade de Saint-Fabien-de-Panet.

Parcs et sports[modifier | modifier le code]

La municipalité possède un parc dans le village, voisin de l'église, qui permet la pratique de quelques sports comme le hockey sur glace et le baseball. Il est aussi possible de pratiquer le vélo de montagne dans le Parc régional des Appalaches dans le secteur de la montagne du Lac.

Religion[modifier | modifier le code]

L'Église Saint-Léonidas au centre du village.

La municipalité possède une église catholique située sur la rue de l'Église au centre du village, construite en 1919. Elle a su résister aux nombreux incendies. Son intérieur, fait entièrement en pin rouge de Colombie lui donne un cachet unique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. a et b « Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 19 novembre 2017)
  3. Hormisdas Magnan, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la province de Québec, Arthabaska, L'Imprimerie d'Arthabaska Inc., , p. 522
  4. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]