La Ouache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Ouache
Description de l'image La Ouache.jpg.
Album de Matmatah
Sortie
Enregistré Studios Parkgate, Catsfield, Royaume-Uni
Durée 48:23
Genre Rock français, rock celtique
Producteur Claude Chamboissier
Label La Ouache Production
Trema/Sony Music (France)
Distrisound (Belgique)
Trema Music (Suisse)

Albums de Matmatah

Singles

1998 : Lambé An Dro
2 février 1999 : Emma

La Ouache est le premier album du groupe de rock Matmatah, originaire de Brest, sorti en 1998. Cet album, aux consonances rock celtique contenant des références à Brest, comprend les hits Lambé an Dro, Emma et L'Apologie. Il s'est écoulé à plus de 800 000 exemplaires.

Contexte[modifier | modifier le code]

Environnement musical[modifier | modifier le code]

Alan Stivell sort en 1993 son album Again qui bénéficie d'un nouvel engouement pour la musique celtique, avec au même moment la création de l'Héritage des Celtes par Dan Ar Braz. Cet album est une sorte de révélation pour Tristan Nihouarn qui prend, à la fac, des cours de kan ha diskan[1]. Les quatre musiciens fréquentent les fest-noz, dynamisés notamment par le jeune groupe Ar Re Yaouank. Dans le sillon de Matmatah, deux groupes de rock celtique se démarquent : Armens, originaire de Lorient, et Merzhin, basé à Landerneau[2]

Le rock est l'influence majeure du groupe et la musique populaire de manière générale. Selon le groupe, Noir Désir a tracé le chemin, Louise Attaque a transformé le chemin en route et Matmatah a été parmi les premiers à emprunter cette route un an après, avec d’autres groupes comme Tryo[3]. La période d’euphorie de l'été 1998 (coupe du monde en France) a sans doute amplifié l'accueil de cette musique plutôt festive[2].

Single et enregistrement[modifier | modifier le code]

Le 28 juillet 1997, les titres Les Moutons et Lambé An Dro sortent en single, enregistrés de manière artisanale. Grâce au produit des ventes du premier single (30 000 exemplaires en dix mois), Matmatah arrête sa production et part en Angleterre pour enregistrer l'album, avant même d'avoir signé un contrat dans une maison de disques[1]. En trois semaines, tous les enregistrements sont effectués au Studio Parkgate, lieu mythique, où ont enregistrés quelques références comme Blur, Jeff Beck, The Cure ou Paul Mc Cartney. Cette opportunité permettait au groupe d’enregistrer dans un excellent studio, avec une équipe d’ingénieurs du son anglaise. Dans ce cadre propice à la création, l’enregistrement se fit avec du matériel exceptionnel, ayant une forte symbolique pour le groupe, notamment une vieille reverbe ayant appartenu à John Lennon.

Composition[modifier | modifier le code]

Anter-ouache 
Le titre fait allusion à la danse bretonne hanter-dro. Les paroles reprennent une technique de chant dans la musique traditionnelle à danser, servant à “accorder” les voix des chanteurs avant de démarrer ou pour créer une pause.
Emma 
Cette chanson est une allusion à Emma Peel, le personnage fictif de la série Chapeau melon et bottes de cuir, remplacée dans la saison 6 par Tara King aux côtés de l'agent John Steed[réf. nécessaire]. Dans le clip réalisé par Bruno Resnais, Alex, joué par Jocelyn Quivrin, fantasme sur l'héroïne télévisuelle Emma, jouée par l'actrice et modèle Karine Asure, ce qui cause la jalousie de sa copine Kate, jouée par Caroline Bernard[4].
Lambé an Dro (« Un Tour à Lambé ») 
La chanson démarre par l'interjection « Mets la ouache, Fañch ! » : « ouaje » est le verlan de joie, une façon argotique d'exprimer l'énergie, et Fañch le prénom breton du batteur[5]. L'anaphore « Viens donc faire un tour à Lambé » fait référence au quartier de Lambézellec (où vit Tristan Nihouarn, alors étudiant)[6]. La musique est inspirée de la danse an-dro (gavotte en ronde). Dans le clip, une femme arrive en Bretagne jusqu'au cabaret Vauban à Brest où le groupe joue en concert ; ce n'est qu'arrivée au premier rang que l'on découvre son ventre de femme enceinte et son visage sous les traits d'Emma Peel, clin d’œil à la chanson Emma[7].
Troglodyte 
Le titre exprime l'origine du nom du groupe, Matmata, un village tunisien composé d'habitations troglodytes, où a été tournée La Guerre des étoiles[5]. Les paroles racontent l'histoire d'un immigré originaire de Matmata qui vient travailler à Paris et qui rencontre, en novembre 1995, la bombe terroriste du métro Châtelet[1].
Kerfautras 
Les paroles font référence à un quartier de Brest, Kerfautras, principalement connu pour son cimetière. Le groupe possède un studio près du cimetière[8].
Dernière journée en mer 
Les paroles racontent le ressenti d'un pêcheur en mer qui prend son bateau pour la dernière fois avant de partir au front (réquisitionné par la lettre qu'il vient de recevoir).
L'Apologie 
Le groupe appelle à légaliser l'« anti-dépresseur » que constitue, selon lui, le « pétard ». L'Apologie s'achève par cette conclusion : « L'alcool et le tabac ont le droit de tuer, car aux comptes de l'Etat apportent leurs deniers. Messieurs dames, mourez donc d'alcool et de fumée ; la patente est payée, la mort autorisée ». Les paroles conduisent chaque membre du groupe, leur manager et même l'éditeur à verser une amende pour « provocation à l'usage de stupéfiants »[9].
La Fille du Chat Noir 
Les paroles parlent d'une serveuse du bar « Le Chat Noir » au centre de Brest. Cette chanson décrit autant la serveuse elle même (très jolie, toujours en retard…) que les habitudes du narrateur (pilier de comptoir, loin d'être un homme idéal, constamment arrêté en état d'ivresse). La mélodie s'inspire d'un air de gavotte, incluant à la fin des onomatopées qui servent à faire danser traditionnellement, en chant kan-ha-diskan[10].
An Den Coz (« Le vieil homme ») 
Chanson écrite et interprétée par Eric Digaire. Il compose un morceau rock, qui, une fois retravaillé avec le groupe, dévoile un petit côté celtisant ou même arabisant sur un rythme de danse an-dro.
Derrière ton dos 
Le narrateur évoque son alcoolisme, son infidélité (« il n'y a pas qu'en levrette que j'fais des choses derrière ton dos »), son addiction aux maisons de jeu (« de Las Vegas jusqu'à Spézet ») et les conséquences avec la police et sa compagne (« Et je regrette, Dieu je regrette, d'avoir été si nul partout et puis d'avoir foutu en miettes mes 6 derniers points et puis nous »).
Les Moutons 
Premier morceau enregistré par le groupe. Les paroles font référence à l'actualité et la Bretagne sur un air de danse plinn et un chant à répondre (tel que E Garnison des sœurs Goadec), chanté a capella lors des premiers concerts[11]. Les rimes sont construites à partir du célèbre « tra la la la leno » fréquent dans la chanson bretonne en kan ha diskan et les percussions symbolisent le bruit des pas des danseurs sur le parquet en fest-noz[12].
La Complainte de Fanch 
Seul morceau écrit, composé et chanté par le batteur Fañch. Il critique la société de consommation.
Ribette's 
Instrumental punk-rock dédié à leur tourneur Marc Ribette[13]. Le riff est répété tel que le chant à répondre.

Parution et réception[modifier | modifier le code]

L'album est auto-produit et réalisé par Claude Chamboisier (Club Dorothée)[14]. Matmatah signe chez Trema en mai 1998, qui s’engage à sortir l’album avant l’été. Le 9 juin 1998, La Ouache est dans les bacs, distribué en France par Sony Music.

Lambé An Dro bénéficie de relais médiatiques, multidiffusé sur NRJ et dont le clip est en rotation sur les grandes chaînes musicales qu'étaient M6 et MCM[15].

Ventes[modifier | modifier le code]

En août 1998, l’album est certifié disque d’or (100 000 exemplaires vendus). Alors que jusque là, l’album s’était vendu en majeure partie grâce au bouche-à-oreilles, lorsque Lambé An Dro rentre en playlist sur la plupart des ondes françaises en septembre, les ventes atteignent les 300 000 albums en décembre 1998 (un disque de platine leur est remis à l’Elysée Montmartre). En 1999, l'album devient double disque de platine (600 000 exemplaires) pour atteindre ensuite les 800 000 albums vendus[5]. Il s'est classé à la 11e place des classements en France et à la 25e en Belgique francophone[16].

Nominations et récompenses[modifier | modifier le code]

Date Structure Catégorie Nommé Résultat
janvier 2000 NRJ Music Awards 2000 Groupe Matmatah Nomination
mars 2000 15e Victoires de la Musique Groupe Matmatah Nomination

Pistes de l'album[modifier | modifier le code]

Toute la musique est composée par Matmatah.

No Titre Paroles Durée
1. Anter-ouache/Ouache instrumental 3:34
2. Emma Tristan Nihouarn 3:56
3. Lambé An Dro Tristan Nihouarn 3:54
4. Troglodyte Tristan Nihouarn 3:58
5. Kerfautras Cédric Floc'h 3:07
6. Dernière journée en mer Cédric Floc'h 4:11
7. L'Apologie Cédric Floc'h 3:17
8. La Fille du Chat Noir Cédric Floc'h 3:14
9. An Den Coz Éric Digaire 3:54
10. Derrière ton dos Tristan Nihouarn 4:01
11. Les Moutons Matmatah 3:48
12. La Complainte de Fanch Jean-François Paillard 4:50
13. Ribette's instrumental 2:29

Crédits[modifier | modifier le code]

Interprètes[modifier | modifier le code]

Équipe de production et artistique[modifier | modifier le code]

  • Édité par Les Éditions Levallois
  • Produit par La Ouache Production
  • Réalisation : Claude Chamboisier
  • Enregistré et mixé par Tim "Spag" Speight assisté de Douglas Cook, au studio Parkgate à Catsfield, en Angleterre, sauf Les Moutons mixé au Studio Guillaume Tell à Paris
  • Mastering : La Source Mastering, Jean-Pierre
  • Photos de l'album : Sophie-Maris S., Julien Banes et D.R.
  • Conception graphique : PKGB

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Matmatah », RFI Musique,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Souviens-toi… le rock celtique », Bikini,‎ (lire en ligne).
  3. « Le bouche à oreille », sur matmatah.com (consulté le 29 décembre 2016).
  4. [vidéo] Clip de Emma sur YouTube.
  5. a, b et c « Y a de la Ouache ! », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 15 décembre 2011)
  6. Didier Déniel, « Lambé an Dro. L'hymne à la fête de Matmatah », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  7. [vidéo] Clip de Lambé An Dro sur YouTube.
  8. Sarah Morio et Steven Le Roy, « Matmatah. Remate-moi ça ! », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  9. « Dépeche AFP de Juin 2000 », (consulté le 29 juin 2012)
  10. Bernois, « Back Dans Les Bacs: Matmatah », sur www.rjb.ch, (consulté le 6 mars 2017)
  11. Gilles Le Morvan, A travers chants : Les Moutons, France 3 Bretagne, 30 juillet 2015
  12. Matmatah official, « Les moutons », sur youtube.com, (consulté le 29 décembre 2016)
  13. « Arsenal Productions : Marc Ribette prend du galon », Le Télégramme,‎ (lire en ligne).
  14. « Matmatah » OÜI FM », sur OÜI FM (consulté le 29 décembre 2016)
  15. Gilles Renault, « Critique. Matmatah, la cote bretonne. », Libération,‎ (lire en ligne).
  16. « Matmatah - La Ouache », sur lescharts.com (consulté le 22 août 2011)