La Boissière-sur-Èvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Boissière-sur-Èvre
La Boissière-sur-Èvre
Église Saint-Symphorien.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Beaupréau
Commune Montrevault-sur-Èvre
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Michel Ménard
2020-2026
Code postal 49110
Code commune 49033
Démographie
Gentilé Buissiérain
Population 420 hab. (2013)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 09″ nord, 1° 04′ 44″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 102 m
Superficie 6,02 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Montrevault-sur-Èvre
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Boissière-sur-Èvre
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Boissière-sur-Èvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Boissière-sur-Èvre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Boissière-sur-Èvre

La Boissière-sur-Èvre est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Montrevault-sur-Èvre[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine des Mauges, La Boissière-sur-Èvre se situe au sud-ouest de La Chapelle-Saint-Florent, sur la route D 152, Bouzillé / Saint-Rémy-en-Mauges[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Busseria en 1146, Busserium en 1163, puis La Boissière-Saint-Florent, et La Boissière-sur-Evre en 1883[3],[4],[5],[6].

Jusque dans les années de l'entre-deux-guerres, la commune était encore orthographiée La Bouessière-sur-Evre[7] en dialecte traditionnel angevin des Mauges.

Nom des habitants (gentilé) : les Buissiérains[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Guerre de Vendée, le passage des colonnes infernales coûte la vie à 45 habitants. La guerre de 1870 en tue un. Pendant la Première Guerre mondiale, 25 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, un habitant est tué[3].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine. Le , les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle baptisée Montrevault-sur-Èvre pour le [8], dont la création a été officialisée par arrêté préfectoral du [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , La Boissière-sur-Èvre constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Montrevault-sur-Èvre et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 mai 2020 Christophe Dougé[9]    
mai 2020   Jean-Michel Ménard[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1995 Marthe Maisonneuve[11]    
1995 2001 Colette Lacroix[11]    
mars 2001 mars 2008 Yves Gouleau[11]   Agriculteur
mars 2008 décembre 2015 Christophe Dougé[12],[13] EÉLV Coordinateur d'association en environnement,
conseiller régional

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune est membre en 2015 de la communauté de communes Montrevault Communauté[14], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle de Montrevault-sur-Èvre entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014, La Boissière-sur-Èvre fait partie du canton de Montrevault et de l'arrondissement de Cholet[15]. Ce canton de Montrevault comporte alors les onze même communes que l'intercommunalité. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du . La commune est alors rattachée au canton de Beaupréau, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 420 habitants, en augmentation de 3,19 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
519467493480531591598588595
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
581582586572555504479463396
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
392380353344402410420347321
1990 1999 2006 2011 2013 - - - -
365367381423420----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,3 %) est en effet inférieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,4 %, 15 à 29 ans = 19,5 %, 30 à 44 ans = 25,1 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 48,8 % de femmes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 21 %, 45 à 59 ans = 17,7 %, plus de 60 ans = 22 %).
Pyramide des âges à La Boissière-sur-Èvre en 2008 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
6,2 
75 à 89 ans
10,2 
11,8 
60 à 74 ans
11,3 
20,0 
45 à 59 ans
17,7 
25,1 
30 à 44 ans
21,0 
19,5 
15 à 29 ans
17,2 
17,4 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 32 établissements présents sur la commune à fin 2010, 25 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 19 % du secteur de la construction, 38 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Symphorien, du XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Célestin Port (Édition revue et mise à jour en 1965 par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. 1, Angers, (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Arrêté no DRCL-NCL-2015-59 en date du 5 octobre 2015 portant création de la commune nouvelle de Montrevault-sur-Èvre », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 74,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. IGN et BRGM, Géoportail La Boissière-sur-Èvre (49), consulté le 18 août 2012.
  3. a et b Célestin Port 1965, p. 416.
  4. a et b Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Le Coudray-Macouard, Cheminements, , 398 p. (ISBN 978-2-84478-338-7, lire en ligne), p. 33.
  5. EHESS, « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui - La Boissière-sur-Èvre » (consulté le 12 février 2015).
  6. Insee, « Code officiel géographique - La Boissière-sur-Èvre » (consulté le 12 février 2015).
  7. « L'Ouest-Éclair du 6 octobre 1928 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  8. Ouest-France, « Montrevault-sur-Evre. Une 4e commune nouvelle dans les Mauges », sur ouest-france.fr, .
  9. « Conseil municipal - Composition », sur Mairie de Montrevault-sur-Èvre (consulté le 22 septembre 2019).
  10. « Montrevault-sur-Evre. Neuf adjoints et onze maires de communes déléguées », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le 3 juillet 2020).
  11. a b et c Ouest-France, Les maires buissiérains de 1983 à aujourd'hui réunis, article du 25 juin 2014
  12. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 18 avril 2014).
  13. Ouest-France, Second mandat pour Christophe Dougé, article du 1er avril 2014.
  14. Insee, Composition de l'EPCI Montrevault Communauté (244900643), consulté le 10 octobre 2013.
  15. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de La Boissière-sur-Èvre, consultée le 12 février 2015.
  16. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  21. Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  22. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le 2 juillet 2011)
  23. Insee, Statistiques locales du territoire de La Boissière-sur-Èvre (49), consultées le 9 décembre 2012.