Léo Poll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poll.
Léo Poll
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Leib PolnareffVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Père-Lachaise - Division 59 - Poll 02.jpg
Vue de la sépulture.

Léo Poll, de son vrai nom Leib Polnareff (russe : Лейб Полнарев, Leïb Polnarev), né à Odessa (aujourd'hui en Ukraine) le et mort à Créteil le , est un musicien français d'origine juive russe. Il est le père du scientifique bulgare Boris Polnarev (1922-2013) et du chanteur français Michel Polnareff (1944-).

Biographie[modifier | modifier le code]

Léo Poll arrive en France en 1923[1]. Il compose notamment la musique de chansons interprétées par Édith Piaf (La Java en mineur, Un jeune homme chantait sur des paroles de Raymond Asso, Partance)[2], Georges Guétary (À force d'aimer) ou Danielle Darrieux (Au ciel de Juillet).

Il s'occupe également de l'arrangement de nombreuses chansons et compose la musique du film La Bande à Bouboule, en 1931[3]. En 1942, il met en musique la chanson Le Galérien écrite par Maurice Druon pour laquelle il arrange un air traditionnel russe. Le Galérien sera d'abord interprété par Yves Montand, puis par les Compagnons de la chanson en 1950, Félix Leclerc en 1953, Armand Mestral, Mouloudji en 1958 et aussi par de nombreux autres interprètes[4].

En tant que musicien, Léo Poll est membre d'un orchestre de jazz et pianiste pour Édith Piaf, Charles Trenet, Jean Sablon ou encore Jacques Tati. Plus tard, il devient éditeur de musique.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (59e division).

Disque[modifier | modifier le code]

  • 78 Tours, Sweet Jennie Lee/Adeline, Pathé 96017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis-Constant Martin, Olivier Roueff, La France du jazz : musique, modernité et identité dans la première moitié du XXe siècle, Éditions Parenthèses, 2002, p. 40.
  2. Jean Lapierre, La chanson de Paris, Aumage éditions, 2005, p. 21.
  3. Fiche imdb
  4. Précisions fournies par le site Internet babord.amures[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Polnareff par Polnareff, Michel Polnareff, éditions Grasset & Fasquelle, Paris, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]