Kikkan Randall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Randall.
Kikkan Randall Cross country skiing pictogram.svg
Kikkan Randall B FIS Cross-Country World Cup 2012-2012 Quebec 02.jpg

Québec, décembre 2012.
Contexte général
Sport Ski de fond
Période active de 2000 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance (34 ans)
Lieu de naissance Salt Lake City (Utah)
Taille 165 cm
Poids de forme 61 kg
Club Apu Nordic Ski Center
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 1 1 1
Coupe du monde (globes ind.) 3 0 2
Coupe du monde (épreuves ind.) 10 5 5
* Dernière mise à jour : 23 février 2017

Kikkan Randall, née le 31 décembre 1982, est une fondeuse américaine qui a commencé sa carrière en 2000. Il s'agit de la meilleure fondeuse américaine de l'histoire. Elle n'a jamais remporté de médaille olympique, mais a remporté deux médailles individuelles en championnats du monde, l'argent en sprint aux mondiaux 2009 à Liberec et le bronze lors de l'édition 2017 de Lahti. En Coupe du monde, elle gagne à trois reprises le petit globe de cristal de sprint en 2012, 2013 et en 2014, et compte vingt-cinq podiums dont dix victoires individuelles et une victoire par équipes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kikkan Randall nait à Salt Lake City où sa famille vit pendant les études de sa mère étudie le droit à l'Université de l'Utah. Après sa naissance, la famille retourne en Alaska. Dans sa famille elle compte deux anciens participants à des Jeux olympiques, Chris Haines, est un fondeur qui participe aux jeux olympiques de 1976 à Innsbruck, 52e du trente kilomètres[1], alors que sa tante, Betsy Haines, termine à la 37e place des jeux olympiques de 1980 à Lake Placid[2].

Dès sa jeunesse, elle est plongée dans le monde du ski : pour son premier anniversaire, son père lui offre une père de chaussures de ski et une paire de ski de 31 inch, environ 78 centimètres[3]. Durant ses premières années, elle pratique l'athlétisme, obtenant des titres d'état avec son lycée, East Anchorage High School, avec pour ambition du courir en NCAA[3]. Lors de sa deuxième année de lycée, elle rejoint un programme de ski de fond, sport dont elle se passionne rapidement.

En , elle participe à deux courses de Continental Cup, puis participe aux championnats du monde junior à Strbske Pleso. En mars de la même année, elle participe à des courses FIS à Sun Valley. L'année suivante, après avoir disputé ds courses de Continental Cup et des championnats américains, elle connait sa première participation à une qualification pour une course de coupe du monde lors d'un sprint libre à Soldier Hollow. Lors des championnats du monde junior quisuivent, à Karpacz-Szklarska, elle termine 36e d'un quinze kilomètres, 23e d'un cinq kilomètres et finaliste du sprint libre où elle termine sixième. Le même mois, elle est retenue pour les mondiaux 2001 disputés à Lahti où elle termine 34e du sprint libre. Lors de la saison 2001-2002, elle participe au Continental Cup et aux courses FIS, disputant toufois les mondiaux juniors de Schonach, où elle termine 65e d'un cinq kilomètres et 19e du sprint. Elle obtient également la sélection pour participer à ses premiers Jeux olympiques d'hiver, où elle obtient une 44e place du sprint libre.

Après un début de saison passé sur le Continental Cup, où elle remporte un sprint à West Yellowstone, elle participe aux mondiaux de Val di Fiemme où elle termine 50e du dix kilomètres classique, 54e de la poursuite, et 39e du sprint libre. Enfin de saison, elle obtient un podium sur une course FIS lors du sprint libre d'Eastern. Au début de la saison 2003-2004, Randall obtient deux podiums à Anchorage sur des courses de Continental Cup. Elle obtient un total de sept podiums sur ce circuit, dont une victoire lors du sprint de Telemark.

Kikkan Randall commence sa saison 2004-2005 par une victoire à domicile, à Anchorage, sur une course FIS, un cinq kilomètres libre. Elle participe ensuite au circuit Nor-Am Cup. Kikkan Randall prend son premier départ sur une course de coupe du monde à Pragelato pour un sprint par équipes, avec Wendy Kay Wagner, terminant à la douzième place. Le mois suivant, elle participe à ses premières courses individuelles, un dix kilomètres où elle termine 70e puis un sprint où elle ne franchit pas les qualifications. Lors des championnats du monde d'Oberstdorf, elle participe à quatre épreuves, le dix kilomètres libre où elle termine 65e, le relais quatre fois cinq kilomètres, terminé à la quinzième place, le sprint classique où elle se qualifie en 29e position avant d'échouer lors de son quart de finale et le relais par équipes où elle termine quatorzième.

La saison suivante, elle dispute d'abord le Nor-Am Cup, puis les championnats américains où elle obtient deux titres, avant de retrouver la coupe du monde en à Davos où elle est éliminée en quart de finale du sprint libre. Lors des Jeux olympiques de Turin, elle obtient tout d'abord une dixième place du sprint par équipes, puis termine 53e du dkix kilomètres classique avant de finir quatorzième du relais quatre fois cinq kilomètres avec les Américaines. Sur le sprint, disputé en style classique, elle termine dixième de la qualification avant de s'incliner en demi-finale. Elle dispute la finale du sprint de Borlaenge, sa première en coupe du monde, obtenant ainsi avec sa cinquième place son premier Top 10. Après une élimination dès les qualifications du sprint classique à Drammen, elle finit sa saison sur le circuit Nor-Am Cup.

Kikka Randall fait ses débuts lors de la Coupe du monde de ski de fond 2006-2007 par un dix kilomètres à Gaellivare, puis dispute une demi-finale à Kuusamo lors d'un sprint classique. Après des championnats nationaux, elle retrouve la coupe du monde à Rybinsk ou elle obtient une troisième place derrière l'Italienne Arianna Follis et l'Allemande Claudia Kuenzel sur un sprint libre[4]. À Otepää, elle ne franchit pas les qualifications du sprint classique. Lors d'un sprint classique dispué en Chine à Changchun, elle termine septième, éliminée en demi-finale. Elle se rend au Japon à Sapporo pour les mondiaux. Elle est éliminée en quart de finale du sprint classique, et termine onzième du sprint par équipes. Elle dispute également la poursuite, terminant 41e, et le relais quatre fois cinq kilomètres où l Américaines terminent à la quatorzième place. Lors de son retour sur la coupe du monde, elle echoue en demi-finale à Lahti, est éliminée en qualification à Drammen et en quart de finale à Stockholm.

Quart de finaliste à Kuusamo pour ses débuts sur la coupe du monde 2007-2008, elle remporte une course FIS à Zug puis, une semaine plus tard, le sprint de Rybinsk devant la Norvégienne Astrid Jacobsen et la Russe Natalia Korosteleva. Elle remporte ainsi sa première course de coupe du monde, devenant également la première Américaine à le faire[5]. Après deux titres de championne des États-Unis obtenus à Houghton, elle dispute deux courses à Canmore, éliminée en qualfications du sprint classique, puis demi-finaliste du sprint libre. Elle est ensuite éliminée en quart de finale lors du sprint classique d'Otepää. À Stockholm, elle est de nouveau éliminée lors des qualifications du sprint classique, avant de disputer la finale du sprint libre de Lahti où elle termine cinquième. Elle termine sa saison de coupe du monde par un nouvel échec en qualifications lors du sprint classique de Drammen.

Kikkan Randall termine deuxième du sprint des championnats du monde de Liberec, derrière l'Italienne Arianna Follis, devenant ainsi la première médaillée américaine en ski de fond, tant pour les mondiaux que pour les Jeux olympiques[6]. Dans les autres épreuves auxquelles elle participe lors de ces mondiaux, elle termine dixième avec Laura Valaas lors du sprint par équipes, et treizième du relais. Après ces mondiaux, elle ne franchit pas les qualifications à Lahti, puis est éliminée en quart de finale à Trondheim. Elle échoue de nouveau lors des qualifications lors du sprint de Stockholm, ouverture des Finales de la coupe du monde. Elle termine finalement 49e de ce mini-tour.

Malgré sa deuxième place à Liberec, elle ne figure pas dans principales favorites du sprint des Jeux olympiques : elle ne s'est alors jamais qualifiée pour une finale d'un sprint disputé en style classique[7]. Dixième des qualifications, dont le meilleur temps est réalisé par Marit Bjørgen[8], elle se qualifie pour les demi-finales en tant que lucky loosers, meilleurs temps des non qualifiés aux places[7],[N 1]. Elle termine quatrième de sa demi-finale, terminant finalement huitième du classement de la compétition[7]. Onzième avec le relais américain, elle dispute également le trente kilomètres où elle se classe 23e. Après avoir echoué dans sa tentative de qualification lors du sprint classique de Drammen, elle termine à la deuxième place lors du sprint libre d'Oslo, devancée par Marit Bjørgen. Quart de finaliste du sprint classique de Stockholm en ouverture des Finales, elle termine 17e de ce mini-tour.

Elle commence sa saison suivante par une victoire sur le sprint libre de Muonio, une course FIS disputée en Finlande. Lors du sprint classique de Kuusamo, elle ne parvient pas à franchir les qualifications, terminant 19e de ce Nordic Opening. Elle obtient son premier podium de la saison de coupe du monde à Düsseldorf où elle est deuxième derrière Arianna Follis. À Davos, elle est devancée par Marit Bjørgen et Arianna Follis. Seizième du prologue du tour de ski d'Oberhof, elle termine 17e du sprint classique d'Oberstdorf et cinquième du sprint libre de Toblach. Elle termine le tour sur une 21e place finale. À Liberec, elle remporte son deuxième succès en coupe du monde en s'imposant devant la Suédoise Hanna Falk et la Norvégienne Celine Brun-Lie[9]. Le mois suivant, À Drammen, c'est face à Maiken Caspersen Falla et Charlotte Kalla qu'elle s'impose[10]. Alors en tête du classement des sprints, elle est présentée comme l'une des principales rivales de Marit Bjørgen pour le sprint libre des championnats du monde d'Oslo[11]. Après un neuvième temps des qualifications, elle est éliminée dés les quart de finale après avoir croiser les skis avec Ida Ingemarsdotter, l'une des deux Suédoises avec lesquelles elle lutte pour les places qualificatives. Lors du sprint par équipes, elle termine neuvième, place également obtenue lors du relais. À Lahti, elle s'incline en quart de finale d'un sprint classique, Lors du sprint d'ouverture des Finales, en style classique à Stockholm, elle échoue en demi-finale, terminant finalement le mini-tour à la seizième place. Elle termine finalement à la troisième place du classement général des sprints, classement remporté par la Slovène Petra Majdič devant l'Italienne Arianna Follis[12].

Lors de la coupe du monde 2011-2012, elle dispute pour la première fois de sa carrière une finale d'un sprint classique, à Kuusamo, où elle termine quatrième lors du Nordic opening dont elle termine à la sixième place du classement général. Elle est victorieuse à Düsseldorf devant la Russe Natalia Matveeva et la Suisse Laurien Van Der Graaff. Deuxième sur le même site du sprint par équipes avec Sadie Bjornsen, elle remporte le sprint de Davos devant Natalia Matveeva et Maiken Caspersen Falla. À Rogla, elle termine dernière de la finale. Lors du tour de ski, elle echoue en demi-finale du sprint classique d'Oberstdorf et deuxième, derrière Marit Bjørgen, du sprint libre de Toblach. À Milan, elle obtient termine deux fois à la deuxième, sur le sprint derrière Ida Ingemarsdotter et du sprint par équipes avec Jessica Diggins derrière les Suédoises. Elle échoue de nouveau en demi-finale d'un sprint classique, à Otepää, puis à ce même stade à Moscou pour un sprint libre. Elle termine ensuite troisième du sprint libre de Szklarska Poreba en Pologne, et cinquième d'un sprint classique à Lahti. Huitième à Stockholm, elle termine finalement les Finales à cette même place. Elle remporte le classement des sprint avec 658 points, devant Maiken Caspersen Falla et Marit Bjørgen. Elle est la première Américaine, depuis Bill Koch en 1982, à remporter un classement de coupe du monde de ski de fond[13].

Athlète avec un bonnet, légèrement de profil, levant les bras en l'air.
Kikkan Randall, vainqueure de la coupe du monde de sprint 2012-2013.

Au début de la saison 2012-2013, Kikkan Randall obtient son premier podium sur une course de distance en coupe du monde sur le dix kilomètres de Gällivare, remporté par Marit Bjørgen devant Therese Johaug[14]. Lors du Nordic Opening de Kuusamo, elle échoue en demi-finale du sprint classique, mais obtient un nouveau podium sur une course de distance en terminant deuxième du cinq kilomètres, terminant finallement à la cinquième place du classement général. Elle enchaine par une victoire à Quebec en sprint par équipes, avec Jessica Diggins, puis sur le sprint du lendemain, devant Maiken Caspersen Falla et Ida Ingemarsdotter. La semaine suivante, lors de l'étape de Canmore, elle termine sixième d'un dix kilomètres classique mass-start, puis termine deuxième du sprint derrière Falla. Elle termine cette étape par une huitième place sur le skiathlon. Vainqueure du prologue du tour de ski, elle remporte une deuxième victoire d'étape avec le sprint libre de Val Muestair. Elle termine finalement à la douzième place du classement général. Avant les mondiaux, elle remporte une nouvelle victoire, à Sochi, sur le sprint libre où elle devance la Française Aurore Jean et la Norvégienne Celine Brun-Lie.

19e du sprint des mondiaux 2013 de Val di Fiemme, Kikkan Randall remporte ensuite avec Jessica Diggins le sprint par équipes devant la Suède et la Finlande[15]. Elle fait partie du relais quatre fois cinq kilomètres, également composé de Sadie Bjornsen, Elizabeth Stephen et Jessica Diggins, qui termine quatrième. En fin de saison, elle remporte son deuxième globe consécutif de la discipline des sprints[16], devant la Polonaise Justyna Kowalczyk. Elle est également troisième du classement général, remporté par Kowalczyk devant Therese Johaug.

Après avoir commencé sa saison à eitostoelen lors de courses FIS, remportant le sprint libre, elle participe au Nordic Opening disputé à Kuusamo. Lors de celui-ci, elle obtient son premier podium en coupe du monde sur un sprint classique, derière Justyna Kowalczyk[17]. Elle termine finalement cinquième de celui-ci. Troisième à Lillehammer avec le relais américain, elle termine deuxième à Davos d'un sprint libre remporté par Marit Bjørgen[18]. Éliminée en quart de finale du sprint classique d'Asiago, où elle est également cinquième d'un sprint par équipes avec Sadie Bjornsen, elle remporte le sprint de Nove Mesto devant Laurien Van Der Graaff et Ingvild Flugstad Østberg[19]. Une semaine plus tard, à Szklarska Poreba en Pologne, elle devance l'Allemande Denise Herrmann et la Vesna Fabjan[20]. Lors de la dernière étape avant les Jeux olympiques, à toblach, elle termine cinquième du sprint remporté par Marit Bjørgen.

Randall Marit Bjørgen et sont les deux favorites du sprint [21]. 18e des qualifications, elle termine quatrième de son quart de finale, qui comprend également Marit Bjørge et Denise Herrmann, et ne parvient pas à se qualifier pour la suite de la compétition[22]. Neuvième avec le relais américain, elle termine huitième du sprint par éqipes, avec Sophie Caldwell et termine les jeux lors du trente kilomètres par une 28e place. Après les jeux, elle remporte le sprint de Lahti, devant Katja Visnar et Sophie Caldwell[23], puis échoue en demi-finale du sprint classique de Drammen. Lors des Finales disputées à Falun, où elle termine finalement treizième, elle termine quatrième d'un sprint classique. Avec 558 points, elle remporte le classement des sprints, son troisième globe consécutif de la spécialité, en devançant l'Allemande Denise Herrmann et Marit Bjørgen[24]. Elle est ainsi la troisième fondeuse à obtenir trois globe consécutifs, après la Norvégienne Bente Skari, cinq titres entre 1998 et 2002, et Marit Bjørgen, quatre titres entre 2003 et 2006[24]. Elle termine au sixième rang du classement général de la coupe du monde remporté par Therese Johaug.

Éliminée en quart de finale du sprint classique de Ruka, sa première compétition de la coupe du monde 2014-2015 puis éliminée en qualifications à Lillehammer lors du nordic Opening, elle échoue de nouveau sur un sprint libre à Davos, éliminée en quart de finale. Lors du tour de ski, elle dispute une demi-finale du sprint libre au Val Mustair. Pour son dernier sprint avant les mondiaux, à Oestersund, elle est éliminée en qualifications.

Comme lors de l'édition précédente, le sprint des mondiaux 2015 se déroule en sprint classique. Elle ne franchit pas la phase de qualifications. Elle termine à la 31e place du skiathlon, puis elle est alignée sur le dix kilomètres libre où elle termine quinzième. Pour le sprint par équipes, où l'équipe américaine est détentrice du titre, Jessica Diggins est le premier choix de l'entraîneur Chris Grover qui choisit finalement Sophie Caldwell en tant que deuxième fondeuse[25]. Randall ne figure également pas dans le relais quatre fois cinq kilomètres.

Finalement, elle remporte son premier podium de saison en mars à Lahti, où elle termine troisième derrière Marit Bjørgen et Ingvild Flugstad Østberg[26]. Elle termine saison par une non qualification lors du sprint classique de Drammen.

En , elle annonce son forfait pour la saison 2015-2016 pour mettre au monde un enfant, tout en conservant comme objectifs des mondiaux 2017 de Lahti et les Jeux olympiques de 2018 de Pyeongchang[27].

Lors de son retour en 2016-2017, elle ne parvient pas à se qualifier lors des deux sprints auxquels elle participe, puis dispute un quart de finale lors du sprint du tour de ski à Val Mustair. Lors du sprint de Toblach, elle échoue en demi-finale. Elle renoue avec une finale dans un sprint à Falun où elle termine cinquième[28]. Elle participe à la première épreuve des mondiaux 2017 de Lahti, un sprint libre. Dans une course privée de Marit Bjørgen éliminée dès les quart de finale, de Stina Nilsson et Natalia Matveeva qui chûtent dans une demi-finale relevée avec également la présence de Falla et Randall, de Heidi Weng troisième et élimée dans l'autre demi-finale, elle termine troisième derrière Maiken Caspersen Falla et Jessica Diggins, une troisième Américaine Sophie Caldwell participant également à cette finale[29].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Kikkan Randall a pris part à trois éditions des Jeux olympiques d'hiver avec pour meilleur résultat une 8e place en sprint style classique en 2010.

Résultats aux Jeux olympiques[30]
Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5 km
JO 2002
Drapeau : États-Unis Salt Lake City
44e Épreuve inexistante à cette date [N 2] [N 3] Épreuve inexistante à cette date
JO 2006
Drapeau : Italie Turin
9e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 14e 10e 14e
JO 2010
Drapeau : Canada Vancouver
Épreuve inexistante à cette date 8e Épreuve inexistante à cette date 23e 11e
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
18e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 28e 8e 9e

Légende :

  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve
  • — : Épreuve non disputée par Kikkan Randall

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Kikkan Randall compte neuf participations aux Championnats du monde entre 2001 et 2017. Elle remporte une médaille d'argent en sprint en style libre en 2009 et une en or au sprint par équipes en 2013 avec Jessica Diggins. ce dernier titre est le premier de l'histoire pour les États-Unis en ski de fond[31]. En 2017, elle remporte une nouvelle médaille individuelle, le bronze, lors du sprint.

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5 km
Mondiaux 2001
Drapeau : Finlande Lahti
34e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
[N 4]
[N 5] Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2003
Drapeau : Italie Val di Fiemme
39e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 50e
[N 4]
54e [N 5] Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2005
Drapeau : Finlande Lahti
Épreuve inexistante à cette date 29e 65e Épreuve inexistante à cette date 14e 15e
Mondiaux 2007
Drapeau : Japon Sapporo
Épreuve inexistante à cette date 22e Épreuve inexistante à cette date 41e 11e 14e
Mondiaux 2009
Drapeau : République tchèque Liberec
Médaille d'argent, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 26e 10e 13e
Mondiaux 2011
Drapeau : Norvège Oslo
26e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 32e 18e 9e 9e
Mondiaux 2013
Drapeau : Italie Val di Fiemme
Épreuve inexistante à cette date 19e 30e Épreuve inexistante à cette date Médaille d'or, monde 4e
Mondiaux 2015
Drapeau : Suède Falun
Épreuve inexistante à cette date 35e 15e Épreuve inexistante à cette date 31e
Mondiaux 2017
Drapeau : Finlande Lahti
Médaille de bronze, monde Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 26e 17e

Légende :

  • Médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • Médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • Médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • — : Épreuve non disputée par Kikkan Randall
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement au général : 3e en 2013.
  • 3 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement du sprint en 2012, 2013 et en 2014.
  • 25 podiums :
    • 20 podiums en épreuve individuelle : 10 victoires, 5 deuxièmes places et 5 troisièmes places.
    • 5 podiums en épreuve par équipes : 1 victoire, 2 deuxièmes places et 2 troisièmes places.
  • Vainqueur du prologue et de la 3e étape (sprint) du Tour de ski 2012-2013.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Kikkan Randall a remporté le petit globe de cristal du sprint en 2012, 2013 et en 2014 ; au classement général, son meilleur résultat est une 3e place obtenue en 2013. Son meilleur résultat dans une course par étapes est une 5e place lors du Nordic Opening en 2013.

Saison / Épreuve Général Distance Sprint   Tour de ski
depuis 2007
Finales
depuis 2008
Nordic Opening
depuis 2011
Class. Points Class. Points Class. Points
2001 97e 7 70e 7 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2002 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2003 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2004 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2005 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2006 59e 48 34e 48 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2007 30e 155 12e 155 Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
2008 32e 198 15e 198 Épreuve inexistante à cette date
2009 46e 107 76e 8 25e 99 49e Épreuve inexistante à cette date
2010 37e 238 49e 49 18e 161 17e Épreuve inexistante à cette date
2011 10e 657 23e 136 3e 427 21e 16e 19e
2012 5e 1307 14e 401 1re 658 10e 8e 6e
2013 3e 1190 10e 398 1re 542 12e 7e 5e
2014 6e 841 17e 153 1re 558 13e 5e
2015 43e 156 71e 15 17e 141 Abandon Épreuve inexistante à cette date 58e
2017 Abandon Épreuve inexistante à cette date

Légende :

  • — : épreuve non disputée
  • Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Kikkan Randall compte neuf victoires individuelles en Coupe du monde, toutes obtenues en sprint en style libre. Il s'agit de la seule fondeuse américaine à s'être imposée en Coupe du monde[N 6].

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
30 km
libre
Tour de ski ou
Finales ou
Nordic Opening
libre classique libre classique libre classique
2007-08 Drapeau : Russie Rybinsk
2008-09
2009-10
2010-11 Drapeau : République tchèque Liberec
Drapeau : Norvège Drammen
2011-12 Drapeau : Allemagne Düsseldorf
Drapeau : Suisse Davos
2012-13 Drapeau : Canada Québec
Drapeau : Russie Sotchi
Drapeau : Finlande Lahti
2013-14 Drapeau : République tchèque Nove Mesto
Drapeau : Finlande Lahti

Championnat du monde junior[modifier | modifier le code]

En trois participations aux Championnats du monde juniors, Kikkan Randall n'a remporté aucune médaille, son meilleur résultat est une 6e place sprint en style libre en 2001 à Karpacz.

Épreuve / Édition Sprint 5 km Poursuite
2 × 7,5 km
Relais
libre classique libre classique
Mondiaux 2000
Drapeau : Slovaquie Strbske Pleso
19e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2001
Drapeau : Pologne Karpacz
6e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date 23e 36e Épreuve inexistante à cette date
Mondiaux 2002
Drapeau : Allemagne Schonach
19e Épreuve inexistante à cette date 65e Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date Épreuve inexistante à cette date
Légende :
Épreuve inexistante à cette date : pas d'épreuve.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Après une phase de qualifications où les trentes meilleures fondeuses sont retenues au temps, cinq quart de finales de six athlètes octroient les places pour les deux demi-finales : les deux premières de chaque quart, et les deux meilleurs temps de l'ensemble des autres participants, ainsi désignés sous le terme lucky loosers.
  2. Un quinze kilomètres mass-start au programme des Jeux olympiques de 2002.
  3. Aux Jeux olympiques de 2002, la poursuite est disputée en 2 × 5 kilomètres.
  4. a et b En 2003, Une course est disputée sur un dix kilomètres classique chronometré. Une autre course, toujours en classique, est disputée sur un quinze kilomètres mass-start.
  5. a et b En 2003, la poursuite est disputée en 2 × 5 kilomètres.
  6. Sa compatriote Jessica Diggins compte une victoire dans une étape du Tour de ski 2015-2016.

Réféences[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Chris Haines », sur sports-reference.com (consulté le 26 février 2017).
  2. (en) « Betsy Haines », sur sports-reference.com (consulté le 26 février 2017).
  3. a et b (en) Mackenzie Lobby, « Kikkan Randall: Change Of Fortune », sur espn.com, .
  4. Mirko Hominal, « Le sprint de Rybinsk pour Arianna Follis ! », .
  5. Mirko Hominal, « Une première américaine », sur ski-nordique.net, .
  6. (en) Mattias Karen, « Randall wins silver medal at Nordic worlds », sur deseretnews.com, .
  7. a, b et c (en) Matias Saari, « Anchorage skier and Alaska favorite Kikkan Randall sets an Olympic best », sur newsminer.com, .
  8. (en) Topher Sabot, « Bjoergen Leads Women’s Sprint Qualifier, Randall Through in 10th », sur fasterskier.com, .
  9. « Ski de fond: l'américaine Randall s'impose à Liberec, Barthélémy 6e », sur 20minutes.fr, .
  10. « sprint libre dames : Kikken Randall, deuxième victoire de la saison », sur dauphinordique.com, .
  11. (en) Nathaniel Herz, « In Oslo, Crash in Quarters Ends Randall s Day Early », sur fasterskier.com, .
  12. (en) « Petra Majdic sprints to victory in Stockholm and wins Sprint World Cup », sur fis-ski.com, .
  13. (en) Beth Bragg, « Randall clinches World Cup sprint title in unusual fashion », sur 7 mars 2012.
  14. (en) « Randall Nails First FIS WCup Distance Podium in Gällivare w/Brooks a Stunning 5th », sur skitrax.com, .
  15. Mirko Hominal, « Jessica Diggins et Kikkan Randall en or », sur ski-nordique.net, .
  16. Mirko Hominal, « Kikkan Randall remporte le globe de sprint », sur ski-nordique.net, .
  17. (en) Topher Sabot, « Randall Earns First World Cup Classic Sprint Podium in Kuusamo, Second Only to Kowalczyk », sur fasterskier.com, .
  18. (en) « Bjørgen Overtakes Randall for Narrow Davos Sprint Victory », sur fasterskier.com, 15 dcembre 2013.
  19. Mirko Hominal, « Kikkan Randall au dessus du lot », sur ski-nordique.net, .
  20. Mirko Hominal, « Kikkan Randall s'offre un nouveau sprint », sur ski-nordique.net, .
  21. Mirko Hominal, « Sochi 2014 / Sprint dames : Bjoergen et Randall en favorites », sur ski-nordique.net, .
  22. (en) « Kikkan Randall's bid falls short », sur espn.co.uk, .
  23. Mirko Hominal, « Kikkan Randall de retour au sommet », sur ski-nordique.net, .
  24. a et b (en) « Kikkan Randall (USA) and Ola Vigen Hattestad (NOR) took third Sprint World Cup titles », sur fis-ski.com, .
  25. (en) Lander Karath, « U.S. Taps Caldwell, Diggins for Team Sprint; Randall ‘Playing it day by day’ », sur fasterskier.com, .
  26. (en) Colin Gaiser, « Randall Returns to Podium as Bjørgen Claims Victory in Lahti Skate Sprint », sur fasterskier.com, .
  27. Mirko Hominal, « Kikkan Randall forfait pour la saison », sur ski-nordique.net, .
  28. Mirko Hominal, « Falun : Une finale sensationnelle », sur ski-nordique.net, .
  29. Mirko Hominal, « Falla et les USA en fête », sur ski-nordique.net, .
  30. (en) Profil olympique de Kikkan Randall sur sports-reference.com
  31. (en) Claudio Onorati, « Randall, Diggins win historic gold medal for U.S. at Nordic worlds », sur sportsillustrated.cnn.com, .

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :